Le Club de hockey Canadien attristé par le décès de Pat Burns

vendredi, 19.11.2010 / 18 h 49 / Canadiens de Montréal - Nouvelles
Canadiens de Montréal
X
Partagez avec vos amis


Le Club de hockey Canadien attrist\u00E9 par le d\u00E9c\u00E8s de Pat Burns
COMMUNIQUÉ DE PRESSE

MONTRÉAL --C’est avec tristesse que la grande famille des Canadiens a appris le décès de Pat Burns à la suite d’un long et courageux combat contre le cancer. Âgé de 58 ans, Pat Burns a rendu l’âme entouré de ses proches à La Maison Aube-Lumière de Sherbrooke, au Québec.

Né le 4 avril 1952 dans le quartier Saint-Henri, à Montréal, Pat Burns a fait son cheminement comme joueur dans les rangs juniors, s’alignant avec les Knights de London de la Ligue de l’Ontario, avant d’amorcer une carrière dans les forces constabulaires de la ville de Gatineau. Parallèlement, il continuait à être entraîneur d’équipes de hockey mineur de la région. En 1983-1984, il devient entraîneur-chef Olympiques de Hull avec lesquels il demeurera quatre saisons, menant les Olympiques au tournoi de la coupe Memorial en 1986, après une saison de 54 victoires et seulement 18 revers.

C’est en 1987 que Pat Burns fit ses débuts dans l’organisation des Canadiens, dirigeant la filiale des Canadiens à Sherbrooke. Après seulement une saison dans la Ligue américaine de hockey, il est promu au poste d’entraîneur-chef des Canadiens de Montréal. Dès sa première saison, Burns vient près de remporter la coupe Stanley après une remarquable saison de 53 victoires, 18 défaites et 9 verdicts nuls et se voit remettre le premier de trois trophées Jack-Adams, attribué à l'entraîneur de l'année.

Après quatre saisons à Montréal, il prend le chemin de Toronto en 1992-1993. C’est derrière le banc des Leafs, qu’il mène à la finale d’Association, que Burns hérite de son deuxième trophée Jack-Adams. Il effectue un retour dans la LNH, cette fois avec les Bruins en 1997-1998 et est une fois de plus choisi entraîneur par excellence de la LNH. Après quatre saisons à Boston, Pat Burns accepte de diriger les Devils du New Jersey en 2002-2003 et mène son équipe à la conquête de la coupe Stanley en prenant la mesure des Mighty Ducks d’Anaheim au terme d’une excitante série finale de sept matchs.

En 15 saisons derrière un banc d'une formation de la LNH, Burns n'aura raté les séries qu'une seule fois - soit en 1999-2000 à Boston.  Les statistiques de Pat Burns parlent d’elles-mêmes. Au cours de sa carrière dans la LNH, il a dirigé 1 019 matchs, cumulé une fiche de 501 victoires, 353 revers et 165 verdicts nuls. En séries éliminatoires, Burns a maintenu une fiche de 78 gains et 71 défaites en 149 rencontres.

Pat Burns laisse dans le deuil sa conjointe Line, sa fille Maureen et son fils Jason.