La saison en revue – Mathieu Darche

lundi, 21.06.2010 / 24 h 01 / Canadiens de Montréal - Nouvelles
canadiens.com
X
Partagez avec vos amis


La saison en revue \u2013 Mathieu Darche
MONTRÉAL – Certaines choses sont faites pour arriver… un jour.

Certes, Mathieu Darche se retrouve exactement où il a toujours rêvé d’être, mais le tout ne s’est pas exactement déroulé de la façon qu’il l’avait anticipé.

Comme n’importe quel autre enfant qui a grandi en jouant au hockey dans la ruelle dans son quartier de Montréal, Darche a fantasmé à l’idée d’un jour porter le chandail des Canadiens et d’en faire un métier.

Après avoir été balloté entre les mineures et la LNH durant six saisons, de même qu’un passage en Europe, Darche a finalement vu l’étape numéro un de son rêve se réaliser lorsqu’il a reçu une offre de contrat des Canadiens au cours de l’été. Alors que tous s’attendaient à ce qu’il passe la saison entière à Hamilton, le capitaine des Bulldogs a plutôt été rappelé par le Tricolore en janvier et c’était pour de bon.

« Cette saison a été surréaliste pour moi », a mentionné Darche. «Quand tes amis te rappellent que tu vis le rêve de tout petit garçon, c’est là que tu réalises. Des fois, je patine, je lance des rondelles et je regarde par terre. Je vois le logo des Canadiens et tout d’un coup, ça me frappe. »

Ne se contentant pas de bénéficier de son propre casier dans le vestiaire des Canadiens et d’avoir son nom écrit sur un beau chandail, Darche a fait sentir sa présence lorsqu’il s’est joint à la formation. N’ayant aucun but gagnant au cours de ses 101 premières rencontres dans la LNH avant la saison 2009-2010, il en a marqué trois à sa première campagne dans l’uniforme bleu-blanc-rouge, terminant à seulement un but gagnant des meneurs Tomas Plekanec, Marc-André Bergeron et Michael Cammalleri.

Toujours les pieds sur terre, être membre des Canadiens n’a pas changé la vie de ce père de deux enfants.

«On ne me reconnaît pas tant que ça », a laissé savoir Darche. Je crois que c’est parce que j’ai un visage générique qui se fond bien dans la masse. Durant les séries, ça a un peu changé. Quand tu marches dans la ville avec une énorme barbe, les gens ont tendance à faire le lien. »

En espérant que les partisans ne font que commencer à apprivoiser Darche, qui n’aura qu’une seule destination en tête lorsqu’il deviendra joueur autonome sans compensation le 1er juillet.

Manny Almela écrit pour canadiens.com. Traduit par Vincent Cauchy.

Voir aussi
Le vote final enfin arrivé
Qui est Lars Eller? 
Qui est Ian Schultz? 
L'année en revue – Glen Metropolit 
L’année en revue – Roman Hamrlik