Se connecter avec votre compte LNH.com:
  • Soumettre
  • Ou
  • Se connecter avec Google

Le jour de Saint-Patrick

jeudi, 11.09.2008 / 18 h 00 / Canadiens de Montréal - Nouvelles
canadiens.com
X
Partagez avec vos amis


Le jour de Saint-Patrick
MONTRÉAL – Bien des choses ont changé au cours des 13 dernières années. Les Canadiens ont quitté le Forum pour le Centre Bell, les tirs de barrage ont été introduits dans la LNH, mais une chose est demeurée intacte : Patrick Roy est toujours roi à Montréal.

Plusieurs partisans des Canadiens se souviennent où ils étaient lorsque Roy a été échangé le 6 décembre 1995. Suivant l’annonce du retrait de chandail numéro 33 par les Canadiens cette saison, ces mêmes partisans savoureront le jour où « Casseau » rejoindra le rang des immortels du Tricolore, le 22 novembre 2008.

« Je suis très heureux de regagner la famille des Canadiens, car lorsqu’on pense aux Canadiens, on doit absolument mettre le mot famille devant », a confié Roy. «  Je crois que le temps est venu de tourner la page sur ce qui s’est déroulé dans le passé et il s’agit du même message que je souhaite adresser aux partisans.  Je suis très fier des dix saisons que j’ai passées ici. C’est à Montréal que j’ai appris à être un gagnant.»

  Informations reliées
Roy en images
Le 33 en chiffres
Ses statistiques
Après avoir endossé son chandail numéro 33 pour la première fois depuis décembre 1995, Roy était loin de se sentir coincé avec le logo des Canadiens sur sa poitrine.

«  Je me sens très à l’aise », a lancé Roy, souriant, en regardant l’uniforme qu’il a porté durant 551 matchs en saison régulière. « J’avais hâte que ce jour arrive et je sais que le 22 novembre sera une soirée très chargée en émotions. Ce sera aussi très déchirant, car il faudrait remplir la glace au complet pour me permettre d’avoir à mes côtés tous les gens qui ont influencé ma carrière et qui m’ont permis de connaître du succès. »

Néanmoins, avec quatre de ses anciens coéquipiers présents dans la salle, soit Bob Gainey, Guy Carbonneau, Kirk Muller et Roland Melanson, Roy n’a pas raté l’occasion de les remercier.

« Bob est le plus grand capitaine avec qui j’ai joué », a indiqué Roy à propos de Gainey, le capitaine des Canadiens lors de la conquête le la coupe Stanley en 1986. « J’ai beaucoup appris de lui et j’ai tenté de suivre ses traces en amenant ce même type de leadership . En 1993, avec Guy comme capitaine, nous n’avions pas le choix de le suivre, car il était si dédié à la cause de l’équipe et nous avons remporté la coupe, même si nous doutions grandement d’avoir la formation pour aller jusqu’au bout en début de saison. »

En plus des deux conquêtes du précieux trophée, Roy a eu le temps de remplir ses tablettes durant son passage avec les Canadiens, remportant quatre trophées Jennings, trois Vézina en plus de deux Conn-Smythe. Mais le gardien de but, maintenant âgé de 42 ans, sait plus que quiconque l’ampleur de l’honneur que l’on lui réservera à la fin novembre.

« C’est un très, très grand honneur de voir mon chandail retiré par les Canadiens », a poursuivi Roy. «  Avec 24 coupes Stanley et plus de 750 joueurs qui ont porté cet uniforme, il y a un nombre incroyable de grands joueurs qui ont connu de glorieuses carrières à Montréal et je me sens privilégié de savoir que mon chandail se retrouvera aux côtés des autres légendes de l’équipe.

« C’est ici que j’ai commencé », a renchéri Roy. « C’est ici que j’ai appris à gagner. C’est ici que cela devait se terminer. La boucle sera donc bouclée ».

Alexandre Harvey écrit pour canadiens.com