Se connecter avec votre compte LNH.com:
  • Soumettre
  • Ou
  • Se connecter avec Google
Magazine Canadiens

Le dernier mot : Ne-Yo

samedi, 30.08.2008 / 20 h 00 / Canadiens de Montréal - Magazine CANADIENS
canadiens.com
X
Partagez avec vos amis


Le dernier mot : Ne-Yo
 

Né à Camden en Arizona, Ne-Yo (né Shaffer Chimere Smith) était destiné à devenir une star. Le fier produit d’une famille musicale, le chanteur de R&B récipiendaire d’un Grammy s’est d’abord fait un nom comme auteur à succès au profit de Beyonce (avec « Irreplaceaple ») et de Rihanna (avec « Unfaithful ») avant de monter lui-même sur scène. Chanteur, danseur, rappeur et acteur à ses heures, Ne-Yo a atteint de nouveaux sommets en 2007 avec son album platine Because of You. Après avoir fait connaissance avec les amateurs de hockey au match des étoiles de la LNH 2008 à Atlanta, l’artiste de 25 ans est présentement en tournée avec Alicia Keys afin de promouvoir son tout dernier album, intitulé Year of the Gentleman.

 


Comment un artiste R&B qui a vendu un album platine se retrouve à chanter au centre de la patinoire au Match des étoiles de la LNH 2008?

Ne-Yo : Pour être parfaitement honnête, je ne le sais toujours pas. Vraiment (rire)! Je compte sur une équipe de gestion fantastique qui me trouve toutes sortes d’occasions. Je me rappelle d’avoir entendu mon gérant me parler d’une rencontre avec des représentants de la LNH, mais je n’avais aucune idée que je me retrouverais à chanter sur une patinoire. C’était autant un choc pour moi que pour les amateurs de hockey de me voir à cet endroit. Par contre, j’ai très bien aimé l’expérience et j’ai eu beaucoup de plaisir.






Ne-Yo au Match des étoiles 2008 de la LNH.
Est-ce que c’était ton premier contact avec la LNH?

NY : Je dois vous avouer que oui. Ma principale préoccupation était de savoir ce que penseraient les gens, parce qu’on entend rarement parler de R&B et de hockey dans une même phrase. Je me demandais si les spectateurs allaient même porter attention à ma présence, mais j’ai eu droit à un accueil chaleureux. Du moins, aussi chaleureux que cela pouvait être pour moi qui sautais sur la glace froide.

Tu as semblé capable  de garder l’équilibre sans trop de difficulté. Est-ce que tu patines?

NY : J’en connais assez à propos du patinage pour ne pas tomber en pleine figure sur la glace. J’ai patiné pour la première fois à l’âge de six ans avec ma mère et elle a bien aimé cela. Le reste de la famille n’appréciait pas l’expérience puisque nous n’étions pas habillés assez chaudement et nous gelions sur place! J’ai invité ma mère à Aspen au Colorado cette année et nous avons pu profiter d’un beau moment à patiner ensemble.

Tu sembles être partout cette année. Comment t’es-tu aussi retrouvé à disputer le match des célébrités au cours de la fin de semaine du match des étoiles de la NBA?


NY : Disons simplement que l’expérience était intéressante et restons-en à cela. La raison pourquoi j’aime regarder les sports c’est que je ne suis pas très bon une fois sur le terrain. J’ai joué suffisamment bien pour marquer un point, mais c’était tout.

Dis-nous si c’était là un point de plus que Taylor Hicks, gagnant 2006 d’American Idol?

NY : Oui c’était le cas et le gars jouait dans mon équipe. Tout le monde a laissé Floyd Mayweather et Terrell Owens amasser des points.

Tu as joué devant George W. Bush, mais tu as refusé de le rencontrer. Considérant que tu as aussi pris part à une soirée-bénéfice au profit de Barack Obama, je crois qu’il est juste de dire que tes allégeances politiques sont assez claires, n’est-ce pas?


Rihanna avec Ne-Yo.
NY : Certainement. Ce n’est pas seulement parce que Obama est noir. C’est une question de vision. Il n’essaie pas de parler au-delà de la compréhension des gens et c’est pourquoi il touche autant de jeunes électeurs comme moi. Il est direct et cela m’indique qu’il est plus sincère que tous les autres candidats. Nous allons voir comment le tout va se dérouler, mais il touche vraiment la jeune génération, parce que nous nous trouvons vraiment dans une période de changement aux États-Unis.

Ton nouvel album, Year of the Gentleman, célèbre le style et la grâce d’artistes comme Frank Sinatra et Sammy Davis, Jr. Désires-tu un retour à l’ère où les gars dominaient la chanson?

 
NY : Je crois que c’est un cycle qui poursuit son cours. Je crois que nous sommes présentement à une extrémité du cycle et qu’un jour nous allons parvenir à l’autre bout de ce cycle. Cela dit, j’aimerais bien pouvoir vivre cette période.

Pour qui n’écris-tu pas ces jours-ci? Nous avons même entendu dire que tu as travaillé avec Céline Dion. Te reste-t-il du temps pour dormir?


NY : Non, pas vraiment (rire). J’ai écrit une chanson pour le dernier album de Céline qui s’intitule « I’ve Got Nothin’ Left ». Pour être honnête, je m’étais fait à l’idée que Céline était une personne coincée, convenable et très sérieuse. Quand elle est arrivée à notre première rencontre, elle riait, elle était amusante et très détendue. Elle a même imité Elvis, ce qui était à la fois bizarre et drôle du fait qu’elle était tellement confortable avec elle-même même si j’étais là. C’est une femme spéciale et nous nous sommes bien amusés ensemble.

Tu chantes, tu fais du rap, tu danses, tu écris des chansons, tu es acteur… y a-t-il quelque chose que Ne-Yo ne fait pas?

NY : Vous ne me prendrez jamais à faire de la cuisine. Si vous ne voulez pas ruiner votre cuisine, ne me demandez pas de vous préparer un sandwich. Sérieusement.

 
Pour entendre la musique de Ne-Yo et regarder ses vidéos, consultez son site Web officiel à l’adresse www.neyoworld.com ou pour des nouvelles détaillées, sa biographie et son horaire de tournée, visitez sa page sur le site de Def Jam à l’adresse suivante : www.defjam.com/site/artist_home.php?artist_id=593.


Cet article a été publié dans le magazine Canadiens vol.22 no. 7 Table des matières


 À lire également:
Le dernier mot avec George Stroumboulopoulos
Le dernier mot avec Georges St-Pierre
Le dernier mot avec Alyssa Milano
Le derniet mot avec Elisha Cuthbert
Le dernier mot avec Russell Martin
Le dernier mot : Willa Ford
Le dernier mot : Alexandre Despatie