Se connecter avec votre compte LNH.com:
  • Soumettre
  • Ou
  • Se connecter avec Google

Agent double

samedi, 02.02.2008 / 18 h 18 / Canadiens de Montréal - Nouvelles
canadiens.com
X
Partagez avec vos amis


Agent double
Après seulement 52 matchs cette saison, Streit a déjà égalé sa marque personnelle de 36 points établie en 2006-2007.
MONTRÉAL - Attaquant ou défenseur, telle est la question. Même si la réponse n’est peut-être pas aussi évidente que le secret de la Caramilk, Mark Streit livre tout autant la marchandise.

Insérer à l’avant pour la première fois depuis le 12 janvier, Streit n’a aucunement laissé paraître qu’il n’était pas à son aise, terminant sa soirée de travail avec un but et une passe.

« C’est certain que j’aime mieux jouer à la défense et je m’y sens plus à l’aise », a expliqué Streit qui occupe le deuxième rang chez les Canadiens dans la colonne des mentions d’aide avec 28. « Cependant, c’est beaucoup plus facile de faire la transition défense-attaque lorsque l’équipe joue de cette façon. C’est une autre histoire lorsque l’autre équipe met beaucoup de pression, mais nous avons été en mesure de contrer les Islanders. »

Faisant honneur à la réputation des couteaux de son pays, le défenseur-attaquant suisse de 30 ans a, après seulement 52 matchs, déjà égalé sa marque personnelle au chapitre des points avec 36, preuve qu’être une version améliorée du frappeur ambidextre au baseball peut s’avérer payant.

« J’aime ce rôle. J’essaie toujours de faire de mon mieux », a renchéri Streit. « Je vois en plus beaucoup d’action en avantage numérique. L’important, c’est de garder les choses simples. C’est ainsi beaucoup plus facile de s’ajuster. »

L’ajustement à sa « double vie » n’est certainement pas passé inaperçu aux yeux de son entraîneur-chef qui n’hésite pas à lui lancer toutes sortes de défis. 

« Il profite de toutes les occasions qu’on lui offre », a indiqué Guy Carbonneau. « Il a véritablement lancé sa carrière l’an dernier en campant ce rôle. Il n’est jamais venu se plaindre à mon bureau de sa situation. C’est un joueur qui s’applique à bien se préparer pour ce qu’il a à faire, peu importe qu’il joue à l’avant ou à la défense. »

S’il facilite la vie de son entraîneur-chef, Streit complique celle des poolers qui doivent se demander dans quelle position il devrait le classer. Mais, ça, c’est leur problème.


Alexandre Harvey écrit pour canadiens.com