On se retrouve à 1 000

lundi, 22.10.2007 / 23 h 23 / Canadiens de Montréal - Nouvelles
canadiens.com
X
Partagez avec vos amis


On se retrouve \u00E0 1 000
Bryan Smolinski est devenu le deuxième joueur des Canadiens cette saison à disputer son 1000e  match dans la LNH.
MONTRÉAL – Pour Bryan Smolinski, affronter les Bruins pour son 1 000e match n’aurait pu tomber mieux, lui qui a commencé son parcours dans la LNH dans l’uniforme noir et or.

Sélectionné au 21e rang au total par Boston lors du repêchage amateur de 1990, Smolinski a fait ses débuts près de trois ans plus tard lorsqu’il a chaussé les patins une première fois dans le grand circuit alors que Mario Lemieux et les Penguins étaient de passage au Garden de Boston le 27 mars 1993. 999 matchs plus tard,  l’attaquant de 35 ans a bouclé la boucle alors qu’il a croisé le fer avec la formation qui lui a donné sa première chance.

Pour cette rencontre mémorable,  Smolinski s’est fait complice du premier but dans la LNH de son jeune coéquipier Mikhail Grabovski.

« Je crois que j’étais plus excité que Grabo quand il a marqué », a expliqué Smolinski. « Lorsque j’ai commencé dans la LNH, il y avait des gars comme Bourque, Neely, Oates, Andy Moog pour me supporter. J’espère pouvoir, avec mon expérience, apporter le même soutien à mes jeunes coéquipiers. »

Smolinski devient donc le 219e joueur depuis Gordie Howe en novembre 1961 à atteindre le plateau des 1 000 matchs en carrière dans la LNH, le 27e originaire du pays de l’Oncle Sam. Le numéro 20 des Canadiens avait sa petite idée de la manière dont il a pu atteindre ce plateau.

« Rire », a lancé sans hésiter Smolinski. « Rire souvent. Avoir du plaisir et travailler fort. Voilà comment on atteint ce plateau. Le temps passe si vite toutefois. Je n’ai pas vu passer ces 1 000 matchs. Au début, tu ne veux que percer l’alignement, puis te trouver un appartement et puis voilà 1 000 matchs.  Je suis très heureux pour ma ville et ma famille d’avoir participé à autant de rencontres, surtout pour une place comme Toledo où le hockey n’est pas le sport le plus populaire.»

L’événement était encore plus spécial alors qu’il affrontait son ancienne équipe et l’un de ses meilleurs amis.

 « C’est une équipe totalement différente, mais ça demeure néanmoins très spécial d’atteindre ce plateau et devant Glen Murray, mon bon ami », a avoué Smolinski. « On a commencé ensemble et il est là pour mon 1 000e match.  »

Bryan Smolinski a débuté sa carrière dans la LNH avec les Bruins en mars 1993.
Murray avait aussi le nombril encore mouillé quand Smolinski est débarqué chez les Bruins après ses études à Michigan State.

 « Nous étions effectivement quelques recrues », s’est souvenu Murray, qui a évolué avec Smolinski avec les Bruins, les Penguins et les Kings. « Nous avons même partagé un appartement lors de nos premières années à Boston.  C’est fou comme le temps passe vite. »

« Je suis très content d’avoir assisté au 1 000e match de Bryan », a ajouté Murray, qui a quant à lui 954 rencontres derrière la cravate. « Nous sommes devenus très proches au fil des années, et peu importe combien de matchs il jouera encore, Smoke sera le même gars souriant, terre-à-terre qu'il l’a toujours été. »

Ayant fait un long un bon bout de chemin ensemble dans la LNH, les deux vétérans se respectent mutuellement et ont chacun leur place sur leur recomposition automatique.

« Nous avons toujours gardé contact. Il était à mon mariage », a poursuivi Murray. « Je ne suis pas surpris qu’il ait fait rapidement sa place avec les Canadiens. C’est typique de Bryan. Peu importe le nombre d’équipes pour qui il a joué, Bryan a toujours été le gars le plus populaire dans le vestiaire. »