Regarder vers l'avant

lundi, 08.10.2007 / 16 h 00 / Canadiens de Montréal - Nouvelles
canadiens.com
X
Partagez avec vos amis


Regarder vers l\'avant
Mathieu Dandenault a inscrit son premier but de la saison samedi à Toronto.
MONTRÉAL – C’est un “problème” que la plupart des entraîneurs aimeraient avoir. Pour une deuxième saison de suite, Guy Carbonneau a la chance d’avoir sous la main plus de défenseurs qu’il n’en faut pour composer son alignement. La solution : transformer un défenseur en attaquant.

En 2006-2007, Mark Streit, qui n’avait jamais évolué à l’avant de sa carrière, a fait plus qu’amende honorable dans ce rôle. Cette année, c’est Mathieu Dandenault qui effectue un tour de garde à l’avant, retournant ainsi à ses premières amours. Le rapide patineur, maintenant âgé de 31 ans, a démontré de belles choses en compagnie de Steve Bégin et Bryan Smolinski lors des deux premières rencontres de la saison, générant plusieurs bonnes chances de marquer.

« Nous avons obtenu plusieurs chances lors de ces deux matchs tout comme à Ottawa lors du dernier match préparatoire », a indiqué Dandenault. « J’obtiens beaucoup de lancers, de bonnes chances de marquer lorsque je parviens à me démarquer. C’est simplement une question de capitaliser. »

Bien que la plupart des amateurs soient familiers avec Dandenault patrouillant la ligne bleue, il fut néanmoins repêché par les Red Wings de Détroit en deuxième ronde en 1994 en tant qu’attaquant. À sa dernière saison junior à l’âge de 18 ans, il a récolté 107 points en 67 matchs avec les Faucons de Sherbrooke.

« Je crois que les gens me voient comme un défenseur qui joue à l’avant, mais cela n’a rien de nouveau pour moi d’être autour du filet et d’essayer de marquer. C’était mon travail », a admis Dandenault. « Je dois m’habituer de nouveau d’être dans le trafic, près du filet, puisque cela fait quelque temps que je n’y avais pas mis le nez. »

L’athlète originaire de Sherbrooke savait exactement où se positionner lorsqu’il a ouvert la marque samedi à Toronto contre les Maple Leafs. C’est la combinaison vitesse-travail qui a mené à ce but et c’est exactement ce que Carbonneau aime voir.

« Cela revient toujours au travail et de faire la bonne chose à la bonne place au bon moment. Bégin, Smolinski et Dandenault, voilà trois joueurs qui ne sont pas les plus axés sur l’offensive, mais ils obtiennent beaucoup de chances parce qu’ils travaillent », a expliqué le pilote du Tricolore.

Pour Dandenault, le travail d’attaquant ne se limite pas qu’à forces égales. Il s’est également vu confier quelques missions en désavantage numérique à l’avant, lui qui connait l’importance d’être polyvalent.

« Je crois que si j’étais un entraîneur, j’aimerais pouvoir compter sur un joueur qui peut créer des choses à l’attaque, mais qui peut également retourner au poste de défenseur, en cas de blessures », a noté Dandenault.

Le vétéran sait qu’en plus de sa polyvalence, sa vitesse est son plus grand atout.
« Je sais que je dois me servir de ma vitesse et de saisir l’opportunité lorsqu’elle se présente.  Il ne faut jamais laisser l’adversaire se positionner. Je crois qu’on l’a bien fait à Toronto », a conclu Dandenault. « Je vais continuer d’apprendre et de prendre confiance et ainsi mériter plus de temps glace afin d’aider l’équipe à gagner. »

À en juger par le résultat, il semble que Carbonneau a encore vu juste.

Heather Engel écrit pour canadiens.com. Traduit par Alexandre Harvey.