Il y a de l'énergie dans l'air

jeudi, 27.09.2007 / 23 h 45 / Canadiens de Montréal - Nouvelles
canadiens.com
X
Partagez avec vos amis


Il y a de l\'\u00E9nergie dans l\'air
Aux côtés de Tom Kostopoulos, Maxime Lapierre et Steve Bégin se sont entendus comme larrons en foire.
MONTRÉAL –  Peu de choses sont plus déplaisantes qu’avoir une roche dans son soulier.  Guy Carbonneau a décidé d’en mettre trois dans celui des Bruins lors de leur passage à Montréal ce jeudi.

L’entraîneur-chef des Canadiens a donc concocté un trio aussi énergique qu’un Red Bull en unissant Steve Bégin, Tom Kostopoulos et Maxim Lapierre sur un même trio. À en juger par le nombre de fois où les joueurs des Bruins ont fait connaissance avec la baie vitrée du Centre Bell, l’expérience a été fort concluante. Au total, le trio a distribué dix mises en échec.

« C’est toujours  agréable de jouer avec des gars aussi énergiques que Bégin et Lapierre », a indiqué Kostopoulos qui a notamment donné de solides coups d’épaule à Aaron Ward et Matt Hunwick.  « Ces deux gars-là travaillent toujours très fort. Ils savent faire les petites choses bien et ils le font sans relâche. Ça te force à en faire autant »

Kostopoulos , qui s’est amené à Montréal à titre joueur autonome durant l’été, est également venu en aide à son coéquipier Bégin après que ce dernier eut encaissé une solide mise en échec de la part de Milan Lucic. Malgré qu’il concède quatre pouces et 15 livres à son adversaire,  le numéro 6 des Canadiens n’a pas hésité à jeter les gants et faire quelques pas de danse avec  l’ailier gauche des Bostonnais.

« Le concept d’équipe est très important », a expliqué Kostopoulos.  « Mais dans ce cas-ci, j’ai simplement été plus rapide que Bégin pour me battre avec Lucic, sinon il l’aurait fait lui-même. Chose certaine, il faut se tenir ensemble. »

Lapierre non plus n’a pas détesté camper un trio avec des joueurs pratiquant un style de jeu similaire au sien.

« Jouer avec des gars comme Bégin et Kostopoulos, ça donne une toute autre perspective au match », a expliqué Lapierre. « Ça donne un match beaucoup plus intense lorsqu’on est entouré de joueurs qui travaillent toujours très fort et qui veulent toujours terminer leur mise en échec. C’est le style de match que j’aime jouer. »

Le centre de 22 ans était donc somme toute satisfait de sa performance après que son entraîneur eut exprimé le souhait qu’il en donne un peu plus.

« Ça s’est mieux déroulé que le dernier match, c’est certain » a avoué Lapierre qui présentait une fiche de -3 en trois rencontres avant de chausser les patins ce jeudi.  « Notre ligne a bien joué, on était presque tout le temps dans leur territoire. À part pour quelques instants en deuxième période, on était toujours sur leur dos.»

Le message a donc bel et bien été reçu. Ce sera au tour des Sénateurs de payer le prix samedi à Ottawa.


Alexandre Harvey écrit pour canadiens.com