Andrei Kostitsyn v2.0

samedi, 22.09.2007 / 23 h 08 / Canadiens de Montréal - Nouvelles
canadiens.com
X
Partagez avec vos amis


Andrei Kostitsyn v2.0
Andrei Kostitsyn a été menaçant autour du filet des Sénateurs tout au long de la soirée.
MONTRÉAL – La patience est une vertu, mais elle a aussi ses limites, du moins pour Andrei Kostitsyn. Le premier choix des Canadiens en 2003 a bien l’intention d’élire domicile à Montréal pour de bon et il l’a de nouveau démontré ce samedi contre les Sénateurs.

Le gros ailier originaire de la Biélorussie sera à tout jamais lié au directeur du développement des joueurs chez les Canadiens Trevor Timmins. Après tout,  Kostitsyn fut le tout premier choix de Timmins lors d’un repêchage, lui qui s’est joint au Tricolore avant la saison 2002-2003.

« Andrei a tout un lancer et c’est l’une des choses que nous avions remarqué la première fois que nous l’avions vu avant de le repêcher », a indiqué Timmins, du haut de la galerie de la presse, entouré d’une poignée de ses recruteurs. « Il a tout un boulet de canon. Ne pas venir immédiatement en Amérique du Nord a peut-être ralenti son développement, mais son talent parle de lui-même. »

Samedi au Centre Bell, aucun trio n’a fait mieux que celui pivoté par l’aîné des Kostitsyn. Jumelé à son frère Sergei et le marchand de vitesse Mikhail Grabovski, Kostitsyn a bourdonné tout au long de la soirée autour du filet des Sénateurs. Le résultat : le numéro 46 a été le deuxième attaquant le plus utilisé par Guy Carbonneau.

« C’était certainement plaisant de les voir aller », a expliqué le capitaine Saku Koivu.  « Lors des camps d’entraînement, ces jeunes n’ont pas beaucoup de temps pour se faire valoir. Avec de telles performances, il ne sera pas facile pour les dirigeants de rendre leur décision. »

La foule a également aimé le spectacle, réservant une ovation debout au trio des Bélarus après qu’il eut menacé pendant de longs moments autour du filet des Sénateurs en fin de troisième période. L’entraîneur-chef du Tricolore était tout aussi satisfait.

« Ils ont fait une foule de bonnes choses, tant avec la rondelle que sans », a expliqué Carbonneau. « Ils ont fait ce qu’il devait fallait pour continuer d’attirer notre attention. »

Ces petites choses, Andrei avait commencé à les mettre en application lors de son séjour de 20 parties avec les Canadiens l’an dernier. Il s’était d’ailleurs mérité la confiance de Carbonneau qu’il l’avait envoyé dans la mêlée dans les derniers instants du match contre les Leafs alors que la participation du club aux séries était en jeu lors du dernier match de la saison.

«De plus, il a fait énormément progrès défensivement », a ajouté Timmins. « Quelques-uns de ses buts sont le résultat direct de cette amélioration. Il intercepte des jeux de sa zone, quelque chose que nous ne voyions pas de lui auparavant. Il devient peu à peu un joueur plus complet. »

Quant au futur immédiat de l’attaquant de 22 ans, il peut commencer à penser qu’il débutera la saison avec son casier au Centre Bell pour la première fois de sa carrière. La prochaine étape est de le conserver.

« C’est une année charnière pour lui », a renchéri Timmins. « Nous avons besoin qu’il produise de la façon qu’il l’a fait l’an dernier et depuis le camp d’entraînement. 2007-2008 pourrait très bien être son année. »