Une question d'équilibre

mardi, 10.04.2007 / 24 h 00 / Canadiens de Montréal - Nouvelles
X
Partagez avec vos amis


Une question d\'\u00E9quilibre
Le directeur général des Canadiens fait le bilan de la saison

Bob Gainey et Guy Carbonneau ont rencontré la presse mardi au Centre Bell pour faire le bilan de la dernière saison.

MONTRÉAL - Reconstruction, un mot qui n'est pas dans le vocabulaire de Bob Gainey ces jours-ci. Le directeur général des Canadiens a été clair sur ce point lors de son bilan de fin de saison mardi  au Centre Bell et il a bien l'intention de le prouver cet été.

Tout est une question d'équilibre et cette recherche d'équilibre sera son principal mandat au cours des prochains mois.

« Cette saison, nous étions très bon dans certains aspects et très faibles dans d'autres. Toutefois, le fait que nous gagnions les cachait. Une équipe doit être bonne dans toutes les facettes.  On ne peut pas se permettre d'être trop vulnérables dans certaines facettes. Nos adversaires sont intelligents. Ils vont finir par trouver cette faiblesse et l'exploiter. Notre objectif demeure de former une équipe qui peut gagner des championnats, qui peut gagner la coupe Stanley. Ceci nécessite plus d'équilibre. »

Gainey est confiant que sa formation possède de solides fondations tout en reconnaissant les inquiétudes exprimées par son capitaine Saku Koivu.

« Nous ne sommes pas une équipe en reconstruction », a indiqué Gainey. « Nous sommes une équipe qui est en mesure d'entourer Saku pour lui permettre de devenir un champion. C'est maintenant à notre tour de prouver à nos joueurs et aux autres à travers la ligue que cet objectif peut être atteint à Montréal. »

Bien qu'il ne possède pas de bague de la coupe Stanley, Koivu ne se comporte pas de la sorte selon Gainey.

« Koivu est un champion », a indiqué Gainey. « Il pense comme un champion, joue comme un champion et s'entraîne comme un champion. GrÂce à lui, la Finlande est passée bien près de remporter la médaille d'or aux derniers Jeux olympiques. »

Le directeur général des Canadiens a mentionné que l'influence de Koivu n'était pas négligeable, notamment avec tous les jeunes joueurs qui se sont greffé au noyau l'équipe en 2006-2007.

« [Guillaume] Latendresse a passé la saison aux côtés de Koivu et c'était très important pour son développement », a ajouté Gainey. «  Il est important que nos jeunes joueurs soient entourés de joueurs de caractère, des joueurs combatifs et compétitifs qui mettent l'équipe devant eux. Koivu est exactement ce genre de joueurs. »

Gainey aura du pain sur la planche alors que sept joueurs de la formation seront joueurs autonomes sans compensation à compter du 1er juillet. Ses priorités ne font cependant aucun doute : Sheldon Souray et Andrei Markov.

« Nous espérons être en mesure de conserver les services de ces deux défenseurs », a expliqué Gainey. « Je n'ai pas échangé Sheldon à la date limite des transactions pour deux raisons : la première est que je veux qu'il demeure avec nous et la seconde est qu'il aurait été injuste pour nos partisans de l'échanger alors que nous formions une équipe capable de participer aux séries et de bien réussir par la suite. »

Les Canadiens ont cependant raté les éliminatoires pour la première fois en trois saisons, malgré un total de 42 victoires. Il faut reculer en 1969-1970 pour voir la formation montréalaise privée d'une participation au grand bal du printemps avec un si grand nombre de victoires, soit 38.

« Je suis certainement déçu d'être ici aujourd'hui », a admis Guy Carbonneau. « Les prochaines fois que nous allons avoir ce genre de rencontre, j'espère que ce sera en juin, pas au mois d'avril. Néanmoins, je suis toujours aussi heureux de la chance extraordinaire que Bob m'a donnée. »

L'entraîneur recrue n'a aucun regret de sa venue derrière le banc de la formation avec laquelle il a été capitaine de 1989 à 1994.

« J'ai appris beaucoup cette saison, et ce, à chaque jour », a conclu Carbonneau. « Je suis une personne émotive. C'est de cette façon que j'ai réussi en tant que joueur et j'espère que cela va me servir derrière le banc. Être entraîneur n'est pas un travail facile, mais j'ai eu beaucoup de plaisir. J'ai hÂte à l'an prochain. »
 
 Alexandre Harvey écrit pour canadiens.com

 

Partie 1

 | 2 | 3 | 4