Se connecter avec votre compte LNH.com:
  • Soumettre
  • Ou
  • Se connecter avec Google

Savard entre dans la légende

samedi, 18.11.2006 / 24 h 00 / Canadiens de Montréal - Nouvelles
X
Partagez avec vos amis


Savard entre dans la l\u00E9gende
Son fameux numéro 18 se retrouve désormais dans les hauteurs du Centre Bell

Serge Savard a eu droit à un touchant discours de la part de son ancien entraîneur Scotty Bowman, lors de la cérémonie d'avant-match.

MONTRÉAL -  Serge Savard a peut-être chaussé les patins pour la dernière fois avec les Canadiens il y a déjà plus de 25 ans, mais, à en juger par la réaction de la foule au Centre Bell, c'est comme s'il n'avait jamais quitté.

Savard, qui a passé un total de 28 ans dans l'organisation, d'abord en tant que joueur pendant 15 saisons puis 13 autres à titre de directeur-gérant, était visiblement ému lorsque la bannière portant son numéro 18 a été hissée dans les hauteurs du Centre Bell. La foule, bruyante comme jamais, a rendu la vie difficile au maître de cérémonie Richard Garneau qui a dà» s'y prendre par deux fois pour continuer son discours alors que sa voix était noyée par les applaudissements nourris à l'attention de Savard.

« Je ne savais réellement pas à quoi m'attendre », a expliqué Savard, qui est devenu le deuxième défenseur dans l'histoire de l'équipe, après Doug Harvey, à voir son chandail retiré. « La foule a certainement été très chaleureuse à mon égard ».

En plus des présentateurs Garneau et Dick Irvin, le légendaire Scotty Bowman était également présent lors de la cérémonie d'avant-match pour rendre hommage au membre du Temple de la renommée. Bowman a été un témoin privilégié de l'ascension de Savard vers les plus hauts sommets alors qu'il a été l'entraîneur de la future légende des Canadiens. D'abord son entraîneur chez les Canadiens juniors alors que Savard n'était âgé que de 17 ans, les routes de Bowman et de Savard se sont séparées pendant quelques années lorsque Bowman a choisi de conduire la destinée des Blues.

« J'ai fait une erreur en allant à St-Louis », a avoué Bowman qui a dirigé les Blues de 1967 à 1971 pendant que Savard devenait une vedette montante à la ligne bleue du Tricolore. « Il m'a battu deux fois en finale de la coupe Stanley! »

Ce n'était toutefois que partie remise pour Savard et Bowman qui, durant les huit années que passa Bowman à la barre des Canadiens, ont remporté la coupe Stanley à cinq reprises, dont quatre années de suite de 1976 à 1979.

« Serge était le genre de joueur que tout entraîneur rêvait de piloter », a renchéri Bowman.

Et un coéquipier hors pair également. Avant de sauter sur la glace et de s'adresser à la foule, Savard s'est souvenu de tous ceux qui lui ont permis d'obtenir cette consécration.

« J'ai eu une pensée pour mes coéquipiers, des gars dont le travail ne sera peut-être jamais reconnu, » a expliqué Savard. « Mais sans leur aide, je n'aurais jamais remporté plusieurs fois la coupe Stanley.

Collections de bagues
Savard domine une liste bien garnie d'ex-Glorieux avec huit coupes Stanley chez les défenseurs.
Serge Savard 8
Red Kelly 8
Larry Robinson 6
Doug Harvey 6
Guy Lapointe 6
Tom Johnson 6
Jacques Laperrière 6
Kevin Lowe 6
Larry Hillman 6

«J'éprouve un grand sentiment de gratitude, » a ajouté Savard. « Ce n'est pas comme une coupe Stanley qu'on gagne. C'est un honneur qu'on me fait, c'est quelque chose qu'on me donne. »

Le capitaine des Canadiens Saku Koivu n'était qu'un bambin lorsque Savard paradait annuellement sur la rue Ste-Catherine, mais le numéro 11 des Canadiens conserve de bons souvenirs de l'homme qui l'a repêché en première ronde en 1993.

« Je n'aurais jamais cru en signant mon premier contrat dans la LNH avec Serge que je sois encore ici ou  que je fasse partie de ce moment unique », a indiqué Koivu. « On ne se tanne jamais de ces cérémonies. »

Cette cérémonie a revêtu un cachet très particulier pour Savard.

«C'est différent que d'être intronisé au Temple de la renommée du hockey », a conclu Savard. « Tu vois ton chandail monter, c'est toute ta vie à Montréal, au Forum que cela te rappelle. Tu t'en vas rejoindre Maurice Richard avec lequel je n'ose même pas me comparer.»

Néanmoins, comme lors des matchs où Savard patrouillait la ligne bleue du Tricolore, les Canadiens se sont sauvés avec la victoire contre les Thrashers, samedi soir.

Alexandre Harvey écrit pour canadiens.com