Avantage Aebischer

samedi, 21.10.2006 / 24 h 00 / Canadiens de Montréal - Nouvelles
X
Partagez avec vos amis


Avantage Aebischer
Le gardien des Canadiens savoure la victoire contre son ancienne équipe et José Théodore

David Aebischer, tout comme Mike Komisarek, était bien heureux au terme de la rencontre.

MONTRÉAL - Ce ne fut certes pas un duel de gardiens de but proprement dit, mais David Aebischer a eu le meilleur sur José Théodore alors que le gardien des Canadiens affichait son plus beau sourire au terme de la victoire de 8-5 des siens contre son ancienne équipe.

Même si le Colorado est parvenu à se donner des priorités de 3-0, 3-1 puis 4-2, Théodore n'a pu contenir l'avalanche de buts que lui avait réservée le Tricolore pour terminer la rencontre, s'inclinant à son premier match devant ses anciens partisans. Les Canadiens ont explosé avec cinq buts au dernier engagement, permettant ainsi à la formation montréalaise de connaître sa meilleure soirée à l'attaque depuis un gain de 8-0 contre les Penguins à Pittsburgh, le 10 janvier 2004.

Repêché en 1997 en sixième ronde par l'Avalanche, le 161e choix au total de la séance, Aebischer a passé près de cinq saisons avec Colorado avant d'être échangé aux Canadiens en mars dernier en retour de Théodore. Le gardien helvète de 28 ans a été le substitut de Patrick Roy pendant trois ans avant de s'approprier le filet de l'Avalanche suite à l'annonce de la retraite du légendaire cerbère à l'été 2003.

« J'ai eu hâte de jouer durant toute la journée, mais je n'étais pas nerveux », a avoué Aebischer qui a effectué 33 arrêts contre son ancienne équipe.  « C'est plutà´t durant la période d'échauffement que ça m'a frappé, de voir sur la glace mes anciens coéquipiers, des joueurs avec qui j'ai joué pendant aussi longtemps, comme Joe Sakic. »

L'amphithéâtre était déjà fébrile avant même la première mise au jeu alors que les amateurs avaient déjà commencé à scander « Abby » et « Théo » et ils ont poursuivi tout au long de la soirée.

« Il y a avait beaucoup d'émotions dans le Centre Bell », a confié Aebischer après avoir démontré sur la glace au terme du match toute sa joie d'avoir signé sa troisième victoire de la saison. « Ça finit par te rejoindre éventuellement. C'était complètement fou!»

Son entraîneur-chef abondait dans le même sens.

« C'est certain que ça allait être un match émotif, » a indiqué Carbonneau, qui au cours de sa carrière de joueur a été aux premières loges lors des retours mémorables de Guy Lafleur à Montréal, d'abord dans l'uniforme des Rangers puis avec les Nordiques. «  Qu'on le veuille ou non, lorsque tu as des athlètes comme José et Patrice [Brisebois] qui reviennent dans leur patelin, ça ne peut faire autrement que de donner un bon match et d'avoir de l'émotion dans l'air. De notre cà´té, tous les joueurs dans le vestiaire voulaient gagner pour David. Ça va certainement donner un « boost » à David et à tout le reste de l'équipe.»

Visiblement heureux de la victoire des siens qui ont récolté au moins un point lors de six des sept premiers matchs de la saison, Carbonneau a lâché un soupir de soulagement après le son de la sirène.

« Pour être totalement honnête, ce match m'inquiétait un peu »,  a admis Carbonneau. « C'est le genre de match qui peut hanter une équipe. Au moins, on n'entendra pas pendant des jours, des semaines, des mois, que Théo est revenu à Montréal et a battu les Canadiens de Montréal. De cette façon, on peut mettre tout ça derrière nous et passer à autre chose. »

Alexandre Harvey écrit pour canadiens.com