Se connecter avec votre compte LNH.com:
  • Soumettre
  • Ou
  • Se connecter avec Google

À court d'un homme, rien ne passe

lundi, 16.10.2006 / 24 h 00 / Canadiens de Montréal - Nouvelles
X
Partagez avec vos amis


\u00C0 court d\'un homme, rien ne passe
Le Tricolore domine la LNH en désavantage numérique

Steve Bégin, tout comme Guy Carbonneau, n'hésite pas à se mettre dans le chemin d'un lancer, comme l'indique ses 64 lancers bloqués la saison dernière.

MONTRÉAL - Qu'est-ce que vous obtenez lorsque vous engagez un triple récipiendaire du trophée Selke? La meilleure unité du circuit en désavantage numérique et six points sur une possibilité de huit depuis le début de la saison.

Jouer à court d'un homme n'a jamais dérangé Guy Carbonneau au cours de sa carrière et cela n'a pas changé depuis son passage derrière le banc des Canadiens. L'un des meilleurs avants défensifs de l'histoire, Carbonneau a bloqué plus que sa part de lancers et frustré bon nombre d'adversaires au cours de sa carrière de 19 ans dans la LNH.

C'est exactement ce que ses joueurs ont fait depuis le début de la campagne. En quatre rencontres, Montréal n'a alloué qu'un seul but en 24 occasions en désavantage numérique, occupant ainsi le premier rang du circuit à ce chapitre.

« Nous faisons vraiment du bon travail à court d'un homme », a indiqué Saku Koivu à propos des unités en désavantage numérique qui ont repoussé les cinq tentatives des Sénateurs samedi soir. « Il y avait beaucoup de talent offensif dans leur alignement et nous avons été en mesure de les arrêter. En espérant que nous pourrons poursuivre sur la même veine. »

Les Canadiens ont ainsi résisté aux 17 derniers assauts de leurs adversaires, soit depuis le but de Darcy Tucker en première période à Toronto le 7 octobre, il y a de cela huit périodes complètes et deux autres de prolongation.

« C'est certain que nos entraîneurs s'y connaissent dans ce domaine », a indiqué Christopher Higgins. « À passer autant de temps avec eux, si vous écoutez, vous allez forcément apprendre des tas de trucs. »

Higgins est définitivement tout ouà¯e. De plus, l'attaquant de 23 ans a inscrit deux buts en désavantage numérique, un sommet dans la LNH. De quoi faire rougir les Red Wings qui n'ont inscrit que deux buts en supériorité numérique depuis le début de la saison.

Un autre élève attentif aux conseils de Carbonneau, Doug Jarvis et Kirk Muller est sans aucun doute Steve Bégin qui avait dominé la formation chez les avants avec 64 lancers bloqués en 2005-2006.

« La recette du succès, et je vais le répéter souvent, c'est la communication », a expliqué Bégin. « Nous communiquons bien entre nous sur la glace. Nous parlons beaucoup à nos défenseurs. »

Avec un taux de réussite de 96% contre des adversaires tels les Sabres, les Flyers, les Leafs et les Sénateurs, il y a de quoi se réjouir.

« Nous sommes très polyvalents. Nous sommes capables de nous adapter à nos adversaires. On les étudie sur vidéo et on essaie de mettre les choses en pratique durant les entraînements. Si tu n'es pas sur la même page, tu te retrouves dans le trouble. Et pour le moment, nous sommes tous sur la même page. »

Rien de très bon augure pour les prochains visiteurs au Centre Bell, les Flames de Calgary, qui occupent le dernier rang de la ligue sur le jeu de puissance avec un taux de réussite de 3,33%.

Alexandre Harvey écrit pour canadiens.com