Éric Desjardins : un regard sur le passé

vendredi, 11.08.2006 / 24 h 00 / Canadiens de Montréal - Nouvelles
X
Partagez avec vos amis


\u00C9ric Desjardins : un regard sur le pass\u00E9
L'ex-défenseur des Canadiens annonce sa retraite après 17 saisons

Éric Desjardins profite du moment seul à  seul qu'il passe avec la coupe Stanley.

MONTRÉAL - L'ex-défenseur des Canadiens Éric Desjardins a peut-être tiré sa révérence de la compétition en tant que membre des Flyers de Philadelphie, mais, comme bon nombre d'autres joueurs avant lui, il a remporté sa coupe Stanley à Montréal.

Desjardins annonce ainsi sa retraite 17 saisons après avoir donné ses premiers coups de patins dans la LNH avec les Canadiens en 1988-1989. Repêché en troisième ronde par le Tricolore, le 38e  choix au total de l'encan amateur 1987, Desjardins a revêtu l'uniforme du Bleu-Blanc-Rouge à  405 reprises en saison régulière, amassant 179 points au cours des six saisons qu'il passa avec les Canadiens.

Bien que le curriculum de l'athlète de 37 ans parle de lui-même avec ses trois sélections au Match des étoiles, ses nombreuses présences sur la scène internationale à défendre les couleurs de l'unifolié, notamment lors de Coupe Canada en 1991, à la Coupe du monde de hockey en 1996 de même qu'aux Jeux olympiques de Nagano en 1998, le legs de Desjardins sera à  tout jamais intrinsèquement lié à son rà´le de premier plan dans la conquête de la coupe Stanley des Canadiens au printemps 1993.

En plus de mener tous les défenseurs des Canadiens avec 14 points ce printemps-là, Desjardins s'est déniché une place bien particulière dans le livre des records de la LNH grâce à  sa performance du 3 juin 1993 au Forum de Montréal lors de l'affrontement numéro 2 en finale contre les Kings de Los Angeles.

Tirant de l'arrière 1-0 dans la série en plus d'accuser un retard de 2-1 dans le match, le ciel était loin d'être bleu pour les Canadiens avant que l'entraîneur-chef Jacques Demers sorte un lapin de son chapeau en demandant que l'on mesure le bâton du défenseur des Kings Marty McSorley avec moins de deux minutes à  écouler en temps réglementaire. L'astuce de Demers a récolté ses fruits alors que l'arbitre Kerry Fraser a confirmé les suspicions de l'entraîneur, procurant aux Canadiens un jeu de puissance des plus nécessaires.

Kerry Fraser confirme la courbe illégale, désormais célèbre, du bâton de Marty McSorley.

La table était donc mise pour Desjardins qui inscrit alors son deuxième filet du match avec 1:13 à faire en troisième période, forçant du même coup la présentation d'une période de prolongation. Le numéro 28 des Canadiens n'avait pas encore mis le point final à sa soirée de travail alors que son lancer frappé déjoua Kelly Hrudey après seulement 51 secondes en prolongation et ainsi procurer la première des quatre victoires consécutives des Canadiens contre Wayne Gretzky et sa bande en route vers une 24e coupe Stanley.

En plus des nombreuses histoires qu'il pourra raconter à ses petits-enfants, Desjardins pourra également se vanter d'avoir été le premier, et encore le seul défenseur à ce jour, d'enfiler un tour du chapeau lors d'un match de la finale de la coupe Stanley.

Avec les différentes blessures qu'a subies Desjardins au cours des dernières années l'obligeant ainsi à prendre la décision d'accrocher ses patins, les seuls autres joueurs encore actifs de l'édition gagnante de 1993 sont Patrice Brisebois, Mathieu Schneider, Sean Hill et John LeClair.

Le deuxième chapitre de la carrière de Desjardins a débuté en février 1995 lorsqu'il fut troqué aux Flyers en compagnie de LeClair et Gilbert Dionne en retour du cinquième marqueur de la LNH la saison précédente : Mark Recchi. Desjardins passera les 11 saisons subséquentes avec Philadelphie, agissant notamment à titre de capitaine durant deux campagnes en plus de se hisser au deuxième rang des pointeurs chez les défenseurs dans l'histoire des Flyers, derrière Mark Howe, grâce à une récolte de 396 points.
 
Avec un total de 1 143 matchs derrière la cravate, le natif de Rouyn  envisage maintenant de prendre un peu de recul et de profiter de sa retraite loin des réflecteurs à St-Adolphe d'Howard avec sa conjointe Manon et ses deux enfants Jakob et Alana. Peu importe où son après-carrière le mènera, vous pouvez être certain que sa bague de la coupe Stanley 1993 ne sera pas très loin.

Alexandre Harvey écrit pour canadiens.com