Se connecter avec votre compte LNH.com:
  • Soumettre
  • Ou
  • Se connecter avec Google

Les futurs Canadiens vont en camping

mardi, 11.07.2006 / 24 h 00 / Canadiens de Montréal - Nouvelles
X
Partagez avec vos amis


Les futurs Canadiens vont en camping
Les espoirs du Tricolore réunis à Montréal pour le camp de perfectionnement

MONTRÉAL -- Devoir se présenter à l'école lors des belles journées d'été est probablement la chose qu'un étudiant veut éviter à tout prix. À moins que vous ayez été repêchés tout récemment par les Canadiens et que vous êtes invités à une session de Canadiens 101 pour une semaine complète au Centre Bell.

Avec leur brosse à dents et leurs équipements, le sac de couchage étant fourni, le camp marque une étape importante pour 21 espoirs sur la route qui les conduira à la LNH. Dirigé en partie par le directeur du personnel des joueurs Trevor Timmins, le camp de perfectionnement des Canadiens qui s'étalera jusqu'à vendredi, donne l'opportunité à joueurs et entraîneurs de faire plus ample connaissance, tant sur qu'en dehors de la glace.

« D'entrée de jeu, nous disons à tous ces jeunes qu'il ne s'agit pas d'une évaluation », a averti Timmins. « C'est notre chance d'offrir à ces espoirs les outils que cette organisation juge nécessaires de posséder afin d'avoir du succès sur la glace et dans votre vie personnelle. »

Rien n'est laissé au hasard à ce camp. Tout y passe, du développement des habiletés sur la glace, des conseils sur la nutrition et l'entraînement. Même une séance de yoga est au menu.

« Nous tentons vraiment d'offrir à nos espoirs avec une bonne base d'informations le plus large possible. Notre organisation a une histoire si riche et transmettre cette tradition est quelque chose que nous voulons vraiment faire à ce camp », a indiqué Timmins, avant de dévoiler qu'un visionnement privé du film Le Rocket suivi d'un cours d'histoire sur la formation la plus glorieuse de la LNH étaient du nombre des activités hors-glace.

Ce lien avec le passé est rendu d'autant plus facile non seulement par l'implication des anciens Canadiens qui composent le personnel d'entraîneurs et de la direction, mais aussi en partie d'une paire de visages bien connus.

Les anciens coéquipiers Ryan Walter et Gaston Gingras joueront un rà´lé clé pour voir au développement des Canadiens de demain. Walter, qui s'est trouvé une niche bien à lui depuis qu'il a annoncé sa retraite en 1993 en donnant des conférences sur la motivation, doit faire part de sa sagesse aux derniers venus dans l'organisation montréalaise mercredi soir. Gingras, qui a remporté la coupe Stanley aux cà´tés de Walter en 1986, a un mandat relié plus directement au hockey alors que l'ancien défenseur dirigera quelques séances de patinage de puissance durant la semaine.

« Cela représente énormément pour nous d'être en mesure de mettre une empreinte des Canadiens aussi tà´t dans leur développement », a expliqué Timmins. « Cela nous permet d'inculquer certaines valeurs et techniques qui ne peuvent que les aider à long terme. »

« Et, d'avoir la chance d'apprendre de Scott Livingston, le coordonnateur du conditionnement physique, va les aider pour se mettre dans la meilleure des formes possibles lorsque débutera le camp d'entraînement en septembre. »

Selon Timmins, la formation actuelle des Canadiens permet d'observer les retombées de la tenue d'un tel camp.

« C'est agréable de voir des jeunes joueurs comme Mike Komisarek, Chris Higgins, Alexander Perezhogin faire maintenant partie de l'équipe après avoir gravi les échelons de notre organisation », a souligné Timmins. « Le groupe que nous avons ici sera ensemble pour une longue période de temps, en commençant dans la Ligue américaine avec Hamilton avant de s'asseoir l'un face à l'autre dans le vestiaire des Canadiens. »

Ce camp n'est pas que pur travail pour ces futurs Canadiens. Ils sauteront notamment dans un autobus jeudi soir en direction du Parc Jean-Drapeau afin d'assister au concert de Bon Jovi et Nickelback.

« Certains d'entre eux n'ont que 18 ans, donc je ne peux vraiment pas les blâmer d'être nerveux. Si j'étais dans leurs souliers, je serais nerveux aussi », a admis Timmins. « Mais, à cette étape-ci, ce qui importe est qu'ils apprennent et si vous n'avez pas de plaisir, vous n'apprendrez pas autant. »

Alexandre Harvey écrit pour canadiens.com