Se connecter avec votre compte LNH.com:
  • Soumettre
  • Ou
  • Se connecter avec Google

La valse des joueurs autonomes

jeudi, 29.06.2006 / 24 h 00 / Canadiens de Montréal - Nouvelles
X
Partagez avec vos amis


La valse des joueurs autonomes
Le directeur général Bob Gainey s'apprêterait-il à entrer dans la grande danse qui ouvrira vendredi soir sur le coup de minuit?

Zdeno Chara, Jason Arnott, Patrik Elias, Ed Jovanovski, Brendan Shanahan et Marc Savard comptent parmi les nombreux joueurs autonomes sans restriction qui changeront vraisemblablement de code postal en 2006-2007.

MONTRÉAL - Avec l'abondance de joueurs autonomes sans restriction qui se retrouvent libres comme l'air d'un cà´té et un plafond salarial de 44 millions $ de l'autre, Bob Gainey et ses 29 homologues doivent se demander comment il parviendront à trouver le juste milieu.

La saison de chasse aux joueurs autonomes s'ouvrira officiellement à compter de minuit vendredi soir, donnant du même coup aux équipes la chance de flirter avec les joueurs sans contrat de leur choix. Comme c'est le cas à chaque année, la liste de magasinage est assez longue, toutefois l'abondance ne se retrouve pas à chacune des positions.   

Si au niveau des attaquants la sélection est relevée avec les Patrik Elias, Marc Savard et Jason Arnott, ce sont les défenseurs qui constituent les plats de résistance à commencer par le géant de 6 pieds 9 pouces et 260 lbs Zdeno Chara suivi de l'arrière-garde des Canucks, Ed Jovanovski. Les équipes en quête de piliers défensifs de premier plan ne manqueront pas pour ces deux gaillards qui devraient n'avoir comme embarras que le choix.

La notoriété sera proportionnelle à l'attente et les plus gros noms s'envoleront rapidement, mais plusieurs défenseurs de moindre renom pourraient très certainement constituer du solide renfort pour bon nombre de brigades défensives dans le circuit.

Un habitué des guerres de tranchées, le vétéran Jay McKee qui a passé toute sa carrière de 12 saisons dans l'uniforme des Sabres de Buffalo devrait se retrouver sur la liste de souhaits de plusieurs directeurs généraux, sans parler des gardiens de but à travers la Ligue qui salivent à la seule idée de compter sur une muraille comme McKee qui excelle à bloquer les tirs comme il l'a fait à 241 occasions la saison dernière.

Coulé dans le même moule que McKee, le défenseur Brendan Witt pourrait aussi être un homme en demande. Après 11 saisons avec les Capitals de Washington, Witt a terminé la campagne 2005-2006 au sein de la formation des Predators de Nashville et est maintenant disponible au plus offrant. À 6 pieds 2 pouces et 225 lbs l'ancien capitaine des Caps n'est pas du genre à porter des gants blancs dans les coins de patinoire, lui qui a distribué 191 mises en échec l'an passé. De plus Witt a terminé au second du circuit au chapitre des minutes de punition, devancé seulement par le controversé Sean Avery qui a passé 209 minutes au cachot.

Comme le bon vin

La première saison sous le parapluie de la nouvelle ère de la LNH aura démontré hors de tout doute que la vitesse est de mise. Le rythme de jeu plus effréné que jamais requiert  de jeunes jambes et les équipes qui aspirent à la coupe devront souscrire à cette nouvelle règle d'or pour connaître du succès.

Cela dit, Rod Brind'Amour a clairement démontré que la date de naissance qui apparaît sur son certificat de naissance n'allait pas constituer un obstacle qui l'empêcherait de finalement gagner sa première coupe Stanley. Le vétéran qui soufflera bientà´t 36 chandelles sur son gâteau d'anniversaire a connu sa meilleure saison en 1997-1998 avec une récolte de 70 points dont 31 buts. Ces récentes performances lui ont valu un généreux contrat de cinq ans de la part des Hurricanes. L'émergence de Brind'Amour, qui semble s'abreuver à la fontaine de Jouvence, pourrait bien constituer une bonne nouvelle pour quelques vieux routiers autonomes à la recherche d'une prolongation de carrière.

Après une saison truffée de malchance et de blessures avec les Kings de Los Angeles, le vétéran de 36 ans Jeremy Roenick ne demanderait pas mieux que de servir à une autre formation du circuit sa meilleure imitation de Brind'Amour. Un des rares joueurs de premier plan à n'avoir jamais pu graver son nom sur le convoité trophée, Roenick n'a pas caché qu'après 18 saisons dans la LNH, il est prêt à plier bagage pour le Canada et accepter une diminution de salaire importante pour une chance de soulever l'héritage de Lord Stanley.

Les doigts sertis de trois bagues de la coupe Stanley, Brendan Shanahan est un autre vétéran à qui l'idée d'accrocher ses patins ne sourit pas. On ne songe certes pas à la retraite quand on vient de connaître une saison de 40 buts et de 81 points, soit sa campagne la plus productive depuis qu'il s'est joint aux Red Wings en 1996-1997. Si l'attaquant de 37 ans en venait à quitter la ville de l'automobile, on peut présumer que son téléphone ne dérougira pas.

Pendant que l'on s'arrachera les plus gros noms, un petit groupe de joueurs autonomes plus aguerris entretiendront l'espoir que quelques directeurs généraux n'aient pas perdu leur numéro de téléphone. Parmi ce groupe, on retrouve plusieurs anciens porte-couleurs des Canadiens, dont Éric Desjardins, Brian Savage, Donald Brashear, Valeri Bure, Lyle Odelein, Eric Weinrich, Trevor Linden et Mark Recchi.

Pour ceux qui tenteront de rejoindre Bob Gainey sur son cellulaire au cours des prochains jours ne devraient pas être trop surpris si leur appel aboutit sur sa boite vocale. Il y a de fortes chances que Bob soit en conversation sur l'autre ligne !

Carl Lavigne est le rédacteur-en-chef pour le magazine CANADIENS.