Roy ne nous avait pas tout montré

vendredi, 02.06.2006 / 24 h 00 / Canadiens de Montréal - Nouvelles
L'ex-gardien des Canadiens mène les Remparts à la conquête de la coupe Memorial

Plus ça change, plus c'est pareil. Deux décennies après ses exploits en séries comme recrue, Roy trà´ne au sommet du hockey junior.

MONTRÉAL - Seulement quelques jours après avoir célébré le 20e anniversaire de sa première conquête de la coupe Stanley avec les Canadiens en tant que verte recrue de 20 ans au printemps 1986, Patrick Roy a réussi un exploit similaire à sa première année à la barre des Remparts de Québec en remportant la coupe Memorial.

Avec quelques livres en plus, mais avec le même regard plus que familier, Roy a fait ce qu'il a toujours fait : déjouer les pronostics, saisir les opportunités et être à son meilleur dans les moments les plus cruciaux.

Son étagère étant déjà bien très garnie de coupes Stanley (4), de trophées Conn-Smythe (3), de trophée Vézina (3) et même une coupe Calder en tant que champion de la Ligue américaine en 1985, Roy a finalement mis le grappin sur cette pièce de collection qui lui avait échappé au moment de son adolescence.

À dire vrai, les rangs juniors n'ont pas toujours été très généreux envers Roy. Au cours des trois campagnes qu'il a passé à Granby à compter de 1982-1983, les Bisons ont toujours affiché un dossier bien inférieur à,500, ne participant aux séries qu'à une seule occasion. Lors de sa seule participation aux éliminatoires dans la LHJMQ, Roy et les Bisons furent balayés en quatre matchs par les Voisins de Laval en 1983-1984, et jusqu'à tout récemment, ce fut le plus près que Roy avait été de soulever la coupe Memorial.

Co-propriétaire des Remparts depuis 1997, le célèbre numéro 33 a choisi de s'impliquer davantage en devenant le directeur général de la formation après avoir mis un terme à sa fructueuse carrière dans la LNH à la fin de la campagne 2002-2003. Après avoir vu les Remparts éprouver des difficultés en début de saison avec un seul gain en cinq matchs, Roy a décidé de remplacer Éric Lavigne derrière le banc. Le changement s'avéra profitable pour les Diables rouges alors qu'ils ont terminé à un seul point du premier rang du classement général et des Wildcats de Moncton en présentant une fiche de 52-16-11. Les Remparts ont toutefois eu le dernier mot sur les Wildcats de Ted Nolan en défaisant la formation du Nouveau-Brunswick en finale du tournoi sacrant la meilleure formation junior au pays.

Roy semblait bien à l'aise derrière le banc des Remparts cette saison.

La conquête de la coupe Memorial était la première des Remparts depuis 1970-1971 alors qu'une figure bien connue des Canadiens, en l'occurrence Guy Lafleur, mena Québec vers la victoire. Le suivant pas à pas fut son ancien compagnon de trio et actuel assistant au directeur général des Canadiens André Savard.

Malgré qu'il en était à ses premières armes en tant qu'entraîneur, Roy a sans équivoque porté attention lors de sa carrière, évoluant pour quatre récipiendaires du trophée Jack-Adams. Jacques Lemaire, Pat Burns, Jacques Demers et Marc Crawford, qui ont dirigé Roy au cours de sa carrière de 19 saisons, présentent un total combiné de huit trophées d'entraîneur de l'année à leur actif.

La liste d'anciens joueurs de premier plan dans la LNH à avoir guidé une formation junior à la conquête de la coupe Memorial à  titre d'entraîneur est une courte liste qui comprend notamment Dale Hunter ( Knights de London en 2005), Brent Sutter ( Rebels de Red Deer en 2001) et Walter « Turk » Broda (Marlboros de Toronto en 1956 et 1957). Le chemin de Broda à la coupe Memorial est celui qui ressemble le plus à celui de Roy alors que le légendaire gardien des Leafs qui avait remporté la coupe Stanley à cinq reprises avant de soulever la coupe Memorial deux saisons consécutives à la barre des Marlboros.

Roy est devenu le troisième porte-couleur des Canadiens de réussir l'exploit de chausser les patins dans la LNH avec de remporter le plus précieux trophée du hockey junior canadien. Billy Reay fut le premier à réussir ce fait d'armes, aidé de Sam Pollock, en dirigeant Dickie Moore et les Canadiens Jr vers le sommet en 1949-1950. L'ex-défenseur Bob Turner a plus tard réalisé l'exploit avec la formation de sa ville natale, les Pats de Régina, en 1973-1974, après avoir remporté avec les Canadiens la coupe Stanley chaque année lors de la série record de cinq conquêtes consécutives entre 1956 et 1960.

S'adapter à la vie après le hockey n'est jamais une mince tâche. Près de trois ans après avoir arrêté sa dernière rondelle dans la LNH, il y a plusieurs choses que Roy doit apprendre à se passer. Il faut se rendre à l'évidence que gagner ne fait pas partie de cette liste.

À entendre les joueurs des Remparts les jours qui suivirent la victoire contre Moncton dimanche, on pouvait percevoir qu'ils croyaient tous que Roy pouvait les guider jusqu'au bout. Ils ne pouvaient tout simplement pas perdre. Vous n'avez qu'à demander à Bob Gainey et Guy Garbonneau des Canadiens de 1986 et 1993 ou encore Joe Sakic de l'Avalanche. Ils savent exactement de quoi il en retourne.

Alexandre Harvey écrit pour canadiens.com.