Se connecter avec votre compte LNH.com:
  • Soumettre
  • Ou
  • Se connecter avec Google

L'héritage de Bob Gainey

vendredi, 12.05.2006 / 24 h 00 / Canadiens de Montréal - Nouvelles
X
Partagez avec vos amis


L\'h\u00E9ritage de Bob Gainey
Même 15 ans plus tard, le parcours des North Stars en 1991 demeure un exploit hors de l'ordinaire

À sa première saison à la barre des North Stars en 1991, Bob Gainey a mené le Minnesota, pourtant négligé, jusqu'en finale de la coupe Stanley.

MONTRÉAL - Attendre l'inattendu. Telle a été la tendance depuis le début des séries éliminatoires 2006. Tandis que les Hurricanes sont parvenus à renverser la vapeur contre les Canadiens, peu d'hommes de hockey peuvent prétendre en savoir davantage sur la façon de tirer le tapis sous les pieds des favoris que Bob Gainey.

Pour la première fois depuis que la LNH a modifié le format des éliminatoires pour des confrontations par conférence en 1993-1994, le carré d'as de la Conférence de l'Ouest a mordu la poussière dès la première ronde. Tour à tour, les Red Wings (1er), les Stars (2e), les Flames (3e) et les Predators (4e) ont plié l'échine face à des adversaires qui ont refusé de laisser leurs rà´les de négligés dicter leur sort en séries d'après-saison.

Si les Canadiens étaient parvenus à se joindre à cette liste en parvenant à combler la perte de Saku Koivu pour disposer des Hurricanes, classés deuxièmes, cela n'aurait pas été la première fois que Gainey orchestre une telle surprise dans le rà´le d'entraîneur-chef d'une équipe de la LNH.

Une période de 15 ans s'est peut-être écoulée depuis les débuts de Gainey derrière un banc, lui qui avait amorcé sa carrière d'entraîneur en 1991 avec Minnesota, mais le surprenant parcours des North Stars jusqu'à la coupe Stanley cette année-là  demeure encore l'un des plus impressionnants exploits dans l'histoire des séries de la LNH.

En plus d'être la dernière équipe à avoir atteint la finale malgré qu'ils aient présenté un dossier inférieur à ,500 en saison régulière, les North Stars ont montré la porte de sortie aux Black Hawks et aux Blues pour s'accaparer de la deuxième de même que de la troisième position parmi les équipes ayant réussi à surmonter le plus grand écart de points au classement général le printemps venu.

Lorsque David rencontre Goliath
Les North Stars de Bob Gainey ont surmonté deux des plus grands écarts de points au classement dans l'histoire de la LNH durant les séries de 1991.
  Vainqueur Victime Différence Entraîneur gagnant
1981-82 Los Angeles (63) Edmonton (111) 48 Don Perry
1990-91 Minnesota (68) Chicago (106) 38 Bob Gainey
1990-91 Minnesota (68) St. Louis (105) 37 Bob Gainey
1950-51 Montreal (65) Detroit (101) 36 Dick Irvin
1980-81 NY Rangers (74) St. Louis (107) 33 Craig Patrick

Lorsque Gainey a accepté le rà´le de directeur gérant/ entraîneur-chef des North Stars en vue de la campagne 1990-1991, l'État du Minnesota n'avait pas encore préparé un itinéraire pour une éventuelle parade avec la coupe Stanley. Après tout, la troupe de Gainey avait terminé au quatrième rang de la division Norris avec 68 points, 38 points derrière leurs rivaux en première ronde, les Black Hawks de Chicago.

« Nous espérions pour le mieux, mais nous savions qu'on nous accordait que très peu de chances de gagner dans cette série contre les Black Hawks », a admis Bobby Smith qui a évolué sous la férule de Gainey au Minnesota après avoir partagé la joie de soulever la coupe Stanley avec les Canadiens en 1986.

Négligés, les North Stars ont remporté le premier match au Chicago Stadium avant de retourner au Minnesota la série égale 1-1. Gainey et les North Stars ont par la suite pris les commandes jusqu'à ce qu'une catastrophe se produise lors de la troisième rencontre.

« Nous nous sentions très confortables de retour à la maison avec une égalité de 1-1, à un point tel que nous avons pris les devants 5-2 dans le match numéro 3 », s'est rappelé Smith. « Toutefois, les Black Hawks sont revenus de l'arrière et ont gagné 7-5. »

Après une défaite aussi crève-cœur, Smith et ses coéquipiers n'étaient pas tellement pressés d'arriver à l'aréna pour l'entraînement le lendemain matin.

« Nous nous attendions tous, et c'était fort compréhensible, à passer un mauvais quart d'heure, mais Bob a fait tout le contraire », a expliqué Smith. « Il est entré dans le vestiaire ce matin-là et nous a dit à quel point nous avions bien joué jusqu'à présent dans les séries et quelle bonne équipe nous formions ».

« Personne n'en croyait ses oreilles », a ajouté Smith. « À ce moment précis, notre équipe a changé. Les choses n'ont plus jamais été les mêmes. Nous avons remporté les trois matchs suivants, surclassant les Black Hawks 12-2 pour remporter la série en six matchs. »

Smith n'en revient toujours pas de l'impact qu'a eu sur les North Stars cette année-là le style unique de Gainey en tant qu'entraîneur.

"« Il s'agit sans aucun doute de la meilleure tactique de la part d'un entraîneur de toute ma carrière de 15 ans dans la LNH », a avoué Smith, qui est maintenant actionnaire majoritaire et gouverneur des Mooseheads d'Halifax de la LHJMQ » « C'est la seule fois que je peux honnêtement dire qu'une décision d'un entraîneur nous a fait gagner une partie et a vraiment fait une différence. »

Gainey et Smith ont remporté la coupe Stanley en 1986 avec Montréal avant de passer tout près de réussir la même chose au Minnesota cinq ans plus tard.

Après avoir disposé des Black Hawks, les meneurs au classement général, Minnesota a joué le même tour à Brett Hull et aux Blues lors de la ronde suivante en six matchs et ce, malgré une différence de 37 points au classement en saison régulière. Le brillant parcours de l'équipe Cendrillon s'est ensuite poursuivi contre les Oilers d'Edmonton, les champions en titre de la coupe Stanley. Les ouailles de Gainey ont signalé la fin des émissions pour les Oilers en cinq matchs.

Même une confrontation avec Mario Lemieux et les Penguins en finale ne fut pas suffisante pour intimider les North Stars qui ont pris une avance de 2-1 dans la série. Cependant, Super Mario a été à la hauteur de sa réputation pour conduire les siens vers la victoire lors des trois rencontres suivantes et permettre à Pittsburgh de remporter la première de deux coupes consécutives.

Bien que les North Stars ont raté de peu la conquête du précieux trophée, Smith est toujours bouche bée qu'il en est fallu de si peu pour que lui et Gainey puissent donner au Minnesota une coupe Stanley.

« La chose extraordinaire est que nous avons remporté le premier match de chaque série cette année-là », a indiqué Smith. « C'est de la préparation. C'est tout un travail d'entraîneur. C'est Bob Gainey. »

Lorsque les Canadiens ont annoncé la venue de Bob Gainey à titre de nouveau vice-président et directeur-gérant à l'été 2003, la mélodie a été douce aux oreilles de son ancien coéquipier.

« La plus grosse surprise n'est pas que Bob ait décidé de devenir un entraîneur après sa carrière de joueur, mais plutà´t que cela a pris tant de temps avant qu'il revienne à Montréal », a renchéri Smith. « J'étais heureux de voir Bob connaître du succès au Minnesota puis à Dallas où il a remporté la coupe Stanley, mais cela sonnait faux. »

« La place de Bob est avec les Canadiens. Ce le fut toujours et je lui ai dit pendant des années ».

Alexandre Harvey écrit pour canadiens.com