Gainey et les Canadiens passent à l'ère Carbonneau

vendredi, 05.05.2006 / 24 h 00 / Canadiens de Montréal - Nouvelles
X
Partagez avec vos amis


Gainey et les Canadiens passent \u00E0 l\'\u00E8re Carbonneau


Habitués à porter les mêmes couleurs, Bob Gainey et Guy Carbonneau ont rencontré les médias assis l'un à cà´té de l'autre, afin de partager leurs états d'âme concernant l'avenir de l'équipe.

MONTRÉAL - Près de cinq mois après avoir pris les commandes de l'équipe et avoir annoncé que Guy Carbonneau serait le nouvel entraîneur-chef des Canadiens à partir de 2006-2007, Bob Gainey a officiellement passé le flambeau à l'ancien capitaine du Tricolore vendredi matin.

« Je ne voyais pas la pertinence de jeter Guy dans la fosse aux lions immédiatement, alors que dans les faits nous avions la chance de lui offrir une transition en douceur, » avait dit Gainey de façon prophétique lorsqu'il avait présenté pour la première fois Guy Carbonneau à titre de son futur successeur, le 14 janvier.

Tel que prédit par Gainey, l'intensité a été élevée d'un cran lors de la deuxième moitié de saison, les Canadiens parvenant à mériter une place en séries avant de donner une bonne frousse aux Hurricanes lors de la première ronde éliminatoire.

Habitués à porter les mêmes couleurs, Gainey et Carbonneau ont rencontré les médias assis l'un à cà´té de l'autre et revêtant tous deux des chandails de golf à l'effigie du CH, afin de partager leurs états d'âme concernant l'avenir de l'équipe.

« Nous sommes à la fois satisfaits et insatisfaits, » a admis Gainey alors qu'on lui a demandé d'évaluer les réalisations de sa jeune formation. « Je crois que notre groupe s'est approché de son potentiel. La prochaine étape pour nous sera de continuer à nous impliquer dans le développement de nos jeunes joueurs qui peuvent tous s'améliorer, et qui le feront. »

Les progrès réalisés par l'impressionnant groupe de recrues des Canadiens donne à Carbonneau l'envie de découvrir au plus vite ce que l'avenir réserve aux Chris Higgins, Tomas Plekanec et Alexander Perezhogin.

« Nous nous sommes beaucoup améliorés depuis janvier et les jeunes qui frappaient à nos portes ont démontré de belles choses jusqu'à la fin, » a dit Carbonneau. « L'expérience acquise par les jeunes cette année les aidera définitivement en vue de la prochaine saison. Nous sommes dans la bonne direction et je ne crois pas que nous soyons si loin du but. Nous devons simplement ajouter quelques éléments. »

Ces ajustements seront l'affaire de Gainey, qui aura à peine le temps de reprendre son souffle avant de tourner son attention vers le marché des agents libres.

Alors qu'on lui demandait de choisir parmi une liste de joueurs potentiellement disponibles, d'un attaquant de puissance à un marqueur naturel en passant par un défenseur robuste et expérimenté, Carbonneau a lui-même répondu par une question qui semblait venir du fond du cœur.

« Pouvons-nous tous les avoir? » a-t-il demandé en souriant.

Si les Canadiens feront la lutte à 29 autres formations lorsque les DGs de la LNH obtiendront le feu vert pour débuter leur magasinage le 1er juillet, Gainey croit aux chances de Montréal d'attirer les joueurs de son choix.

« Aujourd'hui plus que jamais, nous détenons à Montréal un avantage sur toutes les autres villes, » a dit Gainey. « Le soutien démontré par nos partisans tout au long de la saison, l'énergie qui existe à l'intérieur de notre édifice et l'atmosphère à travers la ville valent de l'or. »

« Les gens prennent le CH à coeur à Montréal. Et si vous prenez cela à cœur également, il n'y a pas d'autre endroit où évoluer dans la LNH, » a martelé Gainey. « Il y a peut-être d'autres endroits, mais il n'y a pas de meilleur endroit. »

« Si vous ne supportez pas la pression, les attentes et la passion, ou si Montréal est trop vivante et endiablée pour vous, alors ce n'est pas un endroit pour vous, » a ajouté Gainey.

Carbonneau sait parfaitement ce que représente le hockey pour les Montréalais. Après tout, non seulement a-t-il passé les 13 premières années de sa carrière avec les Canadiens, il est même revenu derrière le banc deux fois plutà´t qu'une.

« J'ai évolué pour et cà´toyé de nombreux entraîneurs au fil des années et j'ai beaucoup appris partout où je suis passé, » a admis Carbonneau, qui a agi à titre d'entraîneur-adjoint sous le bouillant Michel Therrien de 2000 à 2002 avant de travailler aux cà´tés de son DG actuel, beaucoup plus stoàque.

« Disons simplement que les tempéraments de Bob et de Michel sont un peu différents, » a rigolé Carbonneau alors que la salle de presse bondée éclatait de rire. « J'imagine que je me retrouverai quelque part au milieu. »

Maintenant qu'il a officiellement remis son sifflet d'entraînement et sa planche à dessin à Carbonneau, Gainey a pris le temps de revenir sur son retour derrière un banc de la LNH.

« Ce fut une bonne expérience qui me sera assurément précieuse lorsque viendra le temps de prendre des décisions au cours des prochains mois, » a dit Gainey avant d'y aller d'une dernière remarque sarcastique. « J'ai vraiment apprécié travailler de façon étroite avec les joueurs. Mais je n'ai pas encore reçu de remarques à savoir s'ils avaient apprécié m'avoir dans leur entourage. »

Manny Almela écrit pour canadiens.com. Traduit par Michel Bélanger.