Se connecter avec votre compte LNH.com:
  • Soumettre

« Boom-Boom » : tout simplement unique

samedi, 11.03.2006 / 24 h 00 / Canadiens de Montréal - Nouvelles
Son fameux numéro 5 désormais immortalisé dans les hauteurs du Centre Bell

MONTRÉAL -Dans la riche et glorieuse histoire des Canadiens, le 11 mars 2006 prendra désormais une place prépondérante dans le cœur des partisans de la formation montréalaise. Il était peut-être absent lorsque son fameux numéro 5 a été hissé dans les hauteurs du Centre Bell, mais la légende de Bernard « Boom-Boom » n'aura jamais été aussi grande qu'en ce samedi.

« Nous voulons remercier l'organisation des Canadiens de Montréal pour cette soirée mémorable et cet incroyable honneur », a déclaré d'entrée de jeu Danny Geoffrion, qui en compagnie de son frère Robert, a partagé quelques mots à propos de son légendaire paternel. « Le support que votre famille a donné à notre famille démontre pourquoi notre père était aussi fier d'avoir porté les couleurs du Bleu-Blanc-Rouge. »

Bernard Geoffrion est décédé paisiblement tà´t samedi matin à l'âge de 75 ans après avoir livré une courageuse bataille contre un cancer à l'estomac.

Outre ses deux garçons, Geoffrion était également représenté par sa conjointe Marlene, sa fille Linda, son gendre et ses brus, ses huit petits-enfants. De plus, sept de ses anciens coéquipiers (Marcel Bonin, Émile Bouchard, Phil Goyette, Dickie Moore, André Pronovost, Henri Richard, Dollard St-Laurent et Jean-Guy Talbot) étaient présents lors de la cérémonie animée par Richard Garneau et Dick Irvin.

« J'aurais voulu qu'il puisse voir ça », a avoué son coéquipier pendant de longues années et ami personnel Dickie Moore, qui le 12 novembre dernier, avait son numéro 12 retiré par Montréal. « Cela représentait énormément pour lui et il voulait tellement que cela se réalise. »

« C'était merveilleux de voir toute sa famille présente ici et je suis certain que personne ne pourra oublier cette soirée », a ajouté Moore. «  Je viens à l'instant de remercier Pierre Boivin pour le travail incroyable que les Canadiens ont fait ce soir. »

Moore n'a pu résister d'adresser à son fidèle complice.

« Tu l'as fait Boom. Tu es ici, comme tu l'as toujours souhaité. »
 
Le « Boomer » a également évolué durant deux saisons avec les Rangers entre 1966 et 1968 avant de mettre officiellement un terme à sa carrière de hockeyeur. Par l'entremise de Jaromir Jagr, l'organisation new-yorkaise a remis à la famille Geoffrion un plateau d'argent avant que le président du Club de hockey Canadien Pierre Boivin remettre à cette dernière une peinture, signée Michel Lapensée, retraçant les faits marquants de la carrière de celui qui a popularisé le lancer frappé.

« Le soir de la première rencontre avec notre mère - un combat de boxe au Forum de Montréal - il lui a dit qu'un jour son numéro rejoindrait celui de son père au-dessus de la glace du Forum », a renchéri Danny Geoffrion à propos de Marlene, la fille du renommé numéro 7 des Canadiens Howie Morenz.

Il aura donc tenu promesse. En plus du numéro 7, Geoffrion est maintenant immortalisé en compagnie de Jacques Plante (nº 1), Doug Harvey (nº 2), Jean Béliveau (nº 4), Maurice Richard (nº 9), Guy Lafleur (nº 10), Henri Richard (nº 16) et depuis novembre 2005, Dickie Moore et Yvan Cournoyer (nº 12).

Alexandre Harvey écrit pour canadiens.com