Gainey s'amène derrière le banc

samedi, 14.01.2006 / 24 h 00 / Canadiens de Montréal - Nouvelles
X
Partagez avec vos amis


Gainey s\'am\u00E8ne derri\u00E8re le banc
Il sera secondé par Guy Carbonneau

Bob Gainey et Guy Carbonneau seront de nouveau près de l'action après avoir remporté la coupe Stanley avec les Canadiens au printemps 1986.

MONTRÉAL -- Alors que les Canadiens s'apprêtaient à affronter les Sharks des San Jose, la matinée a été plus mouvementée que prévue au Centre Bell alors que Bob Gainey a annoncé qu'il prendra les rênes de l'équipe jusqu'à la fin de la saison et qu'il aura à ses côtés un visage bien familier dans l'entourage de l'organisation : Guy Carbonneau.

 Devant une salle de presse remplie à craquer, Gainey en a étonné plus d'un en décrivant comment il s'amènera derrière le banc à compter du match de samedi contre les Sharks jusqu'au dernier match des Canadiens en 2005-2006 avant de confier la destinée de l'équipe à Carbonneau la saison prochaine.

 « Je suis très heureux d'être de retour à Montréal », a confié Carbonneau. « Je veux remercier Bob de me faire confiance et de croire que je suis l'homme de la situation. »

 Une fois que Gainey a reçu la permission des Stars de Dallas d'entreprendre les pourparlers avec son ancien coéquipier, les négociations se sont dérouler rapidement menant jusqu'à l'annonce de ce samedi.

 « Guy et moi avons eu deux ou trois discussions au cours de la dernière semaine et le tout s'est accéléré lorsque nous nous sommes rencontrés à Denver cette semaine », a expliqué Gainey.

 Carbonneau, qui a servi comme assistant-entraîneur avec les Canadiens sous la gouverne de Michel Therrien de novembre 2000 jusqu'à la fin de la campagne 2001-2002, n'a pas hésité à définir ses priorités à ce stade-ci.

 « La chose la plus importante qui m'est resté en tant que joueur est l'esprit de famille qui doit régner au sein d'une équipe de hockey et ça, je le dois en partie à mon expérience avec les Canadiens sous Jacques Demers », a avoué Carbonneau qui a remporté une deuxième coupe Stanley avec le Tricolore en 1992-1993 alors que Demers était l'entraîneur-chef. « Le leadership dans un vestiaire débute par un esprit de corps où tous les joueurs doivent partager la responsabilité de ce qui se passe sur la patinoire. »

 Bien que Gainey a déclaré que la charge de travail serait partagée entre ses deux associés, Carbonneau et Doug Jarvis, il a aussi clarifié qui serait imputable en bout de ligne.

 « Je suis celui qui a l'expérience de piloter une équipe de la LNH et personne n'a suivi cette équipe de plus près que moi depuis le début du camp d'entraînement », a indiqué Gainey qui a occupé les doubles rôles de directeur-gérant et d'entraîneur-chef de 1992 à 1995 avec les North Stars du Minnesota. « Ainsi, je prendrai les pleines responsabilités pour le personnel d'entraîneurs. »

 La décision de Gainey d'amener tranquillement Carbonneau dans le rôle d'entraîneur-chef n'est pas un hasard.

 « Je ne voyais pas l'utilité dans le mettre dans l'eau bouillante à ses débuts, quand je pouvais lui permettre de s'ajuster dans ce rôle. »

Carbonneau abondait dans le même sens.

 « C'est important pour moi, j'ai été parti pendant trois ans dans un mandat différent, dans une conférence différente », a admis Carbonneau. « J'ai voyagé beaucoup en Europe et en Amérique du Nord pour voir des matchs collégiaux et juniors. Pour moi de venir ici sans connaître l'équipe, sans connaître les joueurs, ça n'aurait pas été juste pour l'organisation et d'être un homme de décisions immédiatement. Je pense que la période d'ajustement d'ici jusqu'à la fin de la saison sera amplement pour ancrer mes pieds solidement. »

 Personne ne connaît mieux les joueurs dans le vestiaire des Canadiens que celui qui les a amenés là et Gainey aime encore la formation qu'il a devant lui.

« Nous avons un certain nombre de joueurs clés qui ne jouent pas à leur plein potentiel », a ajouté Gainey, qui a conduit ses surprenants North Stars à la finale de la coupe Stanley au printemps 1991. «  Le plus grand défi pour un entraîneur est de réunir des joueurs avec des bagages différents afin qu'ils travaillent, pensent et réussissent ensemble. Il y a huit formations qui se battent pour quatre ou cinq places en séries avec encore la moitié du calendrier à écouler. Le temps est venu de se mettre au travail et de grimper au classement. »

 

 Guy Carbonneau et Bob Gainey seront côte à côte derrière le banc des Canadiens.

Ce n'est pas la première fois que Gainey fait appel à Carbonneau pour faire le travail alors qu'en 1995, il avait fait signer un contrat au vétéran joueur de centre avec les Stars. Après avoir remporté la coupe Stanley en tant que coéquipiers en 1985-1986, les deux hommes ravirent de nouveau les grands honneurs ensemble en 1999 alors que Dallas a remporté la coupe Stanley.

 Le fait que Gainey prenne les guides de la formation a frappé de plein fouet le vestiaire des Canadiens.

 « Avec Bob, je peux vous dire que personne à la pratique ne voulait rater une passe ou commettre une erreur ce matin », a avoué Mathieu Dandenault. « Avec Bob dans la chambre à tous les jours, nous serons plus imputables que jamais. Tous les joueurs voudront montrer de quoi ils sont capables. »

 Embauché le 2 juin 2003 en tant que 15e directeur-gérant dans l'histoire des Canadiens, Gainey avait refusé de pointer du doigt, mais il avait plutôt expliqué comment les choses se dérouleront désormais.

 « Nous allons travailler avec nos joueurs pour qu'ils deviennent meilleurs et qu'ils puissent atteindre leur plein potentiel », avait dicté à l'époque Gainey. « Nous allons faire tout en notre possible en tant qu'organisation pour aider nos joueurs à connaître de bonnes et de meilleures saisons, que ça leur plaise ou non. »

 De voir Gainey sur la glace ce matin diriger son premier entraînement, il n'y a aucun doute qu'il disait vrai.

 Alexandre Harvey écrit pour canadiens.com