Qu'on est bien chez soi

samedi, 03.12.2005 / 24 h 00 / Canadiens de Montréal - Nouvelles
X
Partagez avec vos amis


Qu\'on est bien chez soi
L'ancien portier des Canadiens savoure son nouveau départ à Hollywood, mais s'ennuie de Montréal

Mathieu Garon et Francis Bouillon se sont liés d'amitié depuis leur passage avec les Canadiens de Frédériction lors de la saison 1998-1999.

MONTRÉAL -- Les Kings de Los Angeles effectuent cette fin de semaine une de leurs rares visites à Montréal et celle-ci n'est pas seulement spéciale pour l'ex-portier du Tricolore Mathieu Garon, mais l'est tout autant pour son ancien coéquipier et comparse Francis Bouillon.

« J'ai rencontré Mathieu alors que nous évoluions pour la filiale des Canadiens à Frédéricton en 1998-1999 », a indiqué Bouillon, qui est toujours demeuré en contact avec Garon depuis cette époque. « Nous sommes devenus de bons amis. Ce fut pas facile lorsque j'ai appris qu'il avait été échangé. »

Après avoir été sélectionné au 44e échelon lors du repêchage amateur de 1996 et avoir frayé son chemin dans l'organisation jusqu'à l'obtention du rôle de substitut de José Théodore en 2003-2004, Garon a été impliqué dans une transaction à trois équipes qui l'envoya à Los Angeles alors que Radek Bonk et Cristobal Huet faisaient le chemin inverse, en juin 2004.

Bien que Garon n'est certainement pas la première personne à prendre la route d'Hollywood à la recherche de son premier grand rôle, son départ de Montréal ne fut pas pour autant facile pour le natif de Chandler.

« Jouer pour les Canadiens était un rêve devenu réalité », a admis Garon qui soufflera 27 bougies le mois prochain. «  Être de retour au Centre Bell pour la première fois représentant un moment unique pour moi. De revoir tous ces visages familiers fut très agréable. J'ai adoré mon séjour ici. Les gens, les partisans, l'organisation, tout était de première classe. Cependant, je savais que je n'allais pas voir beaucoup d'action, avec un joueur-étoile comme José Théodore devant les buts, tant et aussi longtemps que j'allais être à Montréal. »

Bien que Bouillon s'ennuie de la présence de Garon, il se réjouit toutefois que ce dernier obtienne enfin la chance de tenir le rôle de gardien numéro un dans la LNH avec les Kings.

« Cette transaction fut sans aucun doute salutaire pour Mathieu », confia Bouillon. « Chaque joueur désire obtenir une chance de se faire valoir. Je suis très heureux pour lui. Nous le sommes tous. Mais à chaque fois que nous l'affronterons, cela risque de changer. »

« Je lui ai demandé s'il allait m'accorder une chance et me laisse marquer, mais il a refusé », a lancé Bouillon, tout sourire. « C'était bizarre de le voir de l'autre côté de la patinoire. Nous nous entraînons ensemble durant la saison et je l'avais déjà vu dans ses nouvelles couleurs alors le choc était passé pour moi, contrairement à certains de mes coéquipiers. »

Garon, qui a participé à un sommet personnel de 19 rencontres à sa dernière saison avec les Canadiens en 2003-2004, a déjà défendu la cage des Kings à 15 reprises cette saison alors qu'il se partage la tâche avec la recrue Jason LaBarbera. L'adaptation à son nouveau domicile a été beaucoup plus facile sur la glace qu'à l'extérieur.

« Je dois avouer qu'après avoir grandi au Québec, je ne croyais pas qu'un jour, je me rendrais à l'aréna en sandales et en bermuda. Cela a pris un certain temps pour que je m'y habitue », a avoué Garon.

L'ancien gardien des Canadiens, son épouse Marie-Julie et leur jeune garçon Charles-Édouard sont sur le point de célébrer leur premier Noà«l sous les palmiers de la Californie.

« Nous avons acheté un arbre de Noà«l la semaine dernière, et, jusqu'à maintenant, c'est très étrange de voir toutes ses lumières alors qu'il fait 30 degrés à l'extérieur », clarifia Garon. « Ma conjointe est vraiment dans l'esprit des Fêtes. Elle a planifié de décorer l'extérieur de la maison. J'espère que je ne reviendrai pas à la maison et je vais retrouver des rennes en plastique sur le gazon. »

Alexandre Harvey écrit pour canadiens.com