Derrière la lentille lors des séances photos des Canadiens

lundi, 21.11.2005 / 24 h 00 / Canadiens de Montréal - Nouvelles
X
Partagez avec vos amis


Derri\u00E8re la lentille lors des s\u00E9ances photos des Canadiens
Le photographe dévoile les secrets des coulisses

« Habituellement, tout se déroule bien mais, à chaque fois que vous prenez plusieurs personnes en photo, tout peut arriver, » a clamé le photographe de l'équipe Bob Fisher.

MONTRÉAL -- Pour la plupart des gens, leur dernière photo de classe remonte à leurs jeunes jours à l'école secondaire, une véritable boîte à surprises alors que tous se demandaient quel élève allait oser faire une grimace avant que le flash se déclanche. Pour les Canadiens, les séances photos sont coutumes quelques fois par année et apparemment, rien n'a changé.

« Habituellement, tout se déroule bien », a clamé le photographe de longue date de l'équipe Bob Fisher qui a immortalisé l'édition 2005-2006 des Canadiens la semaine dernière. « Mais, à chaque fois que vous prenez plusieurs personnes en photo, tout peut arriver. »

Un grand merci à la technologie moderne, un problème, tel l'absence d'Alex Kovalev qui devait se rendre à Pittsburgh pour subir une arthroscopie, est réglé grâce à un brin de créativité le temps de la finition venu. Cependant, l'absence des joueurs, membres de la direction ou du personnel d'entraîneurs n'est qu'un casse-tête parmi tant d'autres lorsque vient le temps pour Fisher de saisir sur pellicule l'image parfaite.

« Je pratique ce métier depuis un bon moment, et vous pouvez me croire, j'ai tout vu », déclara Fisher qui s'est joint à l'équipe durant la campagne 1985-1986. « Mon premier voyage avec l'équipe fut à Calgary au printemps 1986. Nous sommes revenus avec la coupe Stanley et c'est alors que je me suis dit que j'avais le meilleur boulot au monde. »

« La première photo d'équipe que j'ai prise est celle avec la coupe ce printemps-là et c'est ma préférée, mais pas uniquement pour cette raison », a admis Fisher. « Je prends plusieurs clichés et je choisis le meilleur. Le premier que j'ai fait cette journée-là , le capitaine Bob Gainey s'est levé et a brandi son poing au-dessus de sa tête aenn signe de victoire avant que je prenne la photo. L'essence de ce moment capturé sur la pellicule était la façon parfaite de terminer en beauté cette saison. »

L'improvisation des joueurs ne donne pas toujours d'aussi bon résultat que le geste de Gainey en 1986.

« Certains joueurs n'aiment pas la caméra comme elle peut les aimer », a souligné Fisher. « Chris Chelios, par exemple, détestait être pris en photo. Une année, il est même allé aussi loin que de sortir sa langue alors que je prenais sa photo. »

Un autre ancien capitaine de la formation a également causé des maux de tête au photographe de l'équipe.

« Mike Keane et moi avions développé une certaine complicité au fil des ans », a confié Fisher. « Une fois, simplement pour me faire fâcher, il m'a donné un clin d'œil. Je ne pouvais le croire ! »

Interrogé à savoir la photo d'équipe qui avait le plus de valeur à ses yeux, Fisher n'a pas hésité.

« Il y en a deux que je n'oublierai jamais », s'est souvenu Fisher. « La première est celle où une jeune adolescente, atteinte de la leucémie, Marie-Hélène Grendron fut la première fille à prendre part à la photo d'équipe. Sa famille avait remporté l'encan pour participer à une photo d'équipe et elle a ainsi pu réaliser son rêve. Ce fut un moment très émotif de la voir entourer de tous ses héros des Canadiens. »

« Puis, il y a cette photo prise lorsque Saku Koivu est revenu après avoir remporté sa bataille contre le cancer. Ce n'était pas facile. Voir votre capitaine, le crâne dénudé, sachant ce qu'il avait dû affronter; cette photo sera difficile à battre. »

Fisher sera le premier à vous dire qu'il travaille dans le domaine du sourire. Chaque personne qui l'a rencontré sait que Bob peut réussir à arracher un sourire à n'importe qui, hormis au photogénique José Théodore une journée en 2003.

« Les Canadiens avaient raté les éliminatoires cette année-là et José m'avait prévenu qu'il n'avait aucune intention de sourire », s'est rappelé Fisher. « J'ai essayé toutes les astuces, mais rien n'y a fait. En tant que photographe, j'étais quelque peu irrité, mais je me suis également souvenu quel fier compétiteur est José. »

Avec l'impressionnant début de saison que connaît le Tricolore en 2005-2006, Fisher n'aurait probablement pas eu besoin de flash avec les sourires éclatants qu'affichent tous les membres de l'organisation.

Marie-Hélène Grendron fut la première fille à prendre part à la photo d'équipe quand sa famille avait remporté l'encan pour participer à une photo d'équipe.

Alexandre Harvey écrit pour canadiens.com