Se connecter avec votre compte LNH.com:
  • Soumettre
  • Ou
  • Se connecter avec Google

L'heure n'est pas encore arrivée pour le no. 84

mardi, 27.09.2005 / 24 h 00 / Canadiens de Montréal - Nouvelles
X
Partagez avec vos amis


L\'heure n\'est pas encore arriv\u00E9e pour le no. 84
Latendresse amasse un but et une passe dans la victoire des siens

En plus de distribuer plusieurs mises en échecs, Pierre Dagenais a éclipsé tous ses coéquipiers en effectuant huit tirs au but.

MONTRÉAL -- Dans ce qui pourrait être son dernier match au Centre Bell, Guillaume Latendresse s'est assuré de laisser une fort bonne impression aux partisans des Canadiens. La révélation du camp d'entraînement 2005 des Canadiens a joué les héros en inscrivant le filet vainqueur, en prolongation, permettant aux siens de signer un gain de 4-3 contre les Bruins.

L'attaquant de 18 ans était de nouveau partout sur la patinoire, multipliant les solides coups d'épaule ; le défenseur Jonathan Girard pourrait en témoigner longuement. De plus, en se faisant complice du deuxième but des siens, Latendresse compte désormais cinq points à sa fiche, à un point du sommet chez les Canadiens partagé par Radek Bonk, Marcel Hossa et Tomas Plekanec.

Profitant d'une double supériorité numérique en prolongation, Claude Julien a une fois de plus fait confiance à Latendresse et le porte-couleur des Voltigeurs de Drummondville ne l'a pas déçu.

« Je lui ai demandé de se mettre devant le filet, a avoué l'entraîneur-chef des Canadiens. C'est un jeune homme à qui tu n'as pas besoin de faire un dessin. Tu lui dis une fois puis il comprend bien. Tout ce que je peux dire c'est qu'il a très bien joué et qu'il sera en uniforme pour le prochain match. »

Et c'est ce qu'il a fait. Posté devant le filet d'Andrew Raycroft, l'ailier de 6'2' et 225 livres a redirigé le tir depuis le point d'appui d'Andrei Markov, permettant au Tricolore de se sauver avec la victoire. Il s'agissait de son troisième filet en avantage numérique, un sommet dans le circuit.

« Ça fait du bien, a confié l'athlète originaire de Ste-Catherine. J'étais -2 à Toronto. J'ai eu ma chance sur le jeu de puissance. C'est sà»r qu'il fallait, à  un moment ou à un autre, marquer.»

Regardant la partie du haut de la passerelle, s'il y avait une seule personne au Centre Bell qui peut comprendre ce qu'éprouve la jeune sensation des Canadiens, c'est bien Patrice Bergeron. Les similitudes qui les unies sont dignes des meilleurs trucages du cinéma américain.

L'attaquant des Bruins avait réussi le tour de force de percer l'alignement des Bostonnais à 18 ans, attirant les projecteurs sur lui dès son premier match hors-concours lorsqu'il enfila le filet vainqueur, en prolongation de surcroît, ici même au Centre Bell, le 19 septembre 2003.

Les parallèles ne s'arrêtent pas là pour les deux hockeyeurs issus de la Ligue junior majeur du Québec. À deux ans d'intervalle, les deux avants ont tous deux été sélectionnés en deuxième ronde au 45e rang.

« Il doit continuer de s'amuser, a confié Bergeron. Il n'a rien à perdre. Qu'il joue dans le junior ou dans la Ligue nationale, je ne crois pas qu'il y ait de mauvais aspects des deux cà´tés. Le plus important c'est de travailler fort. »

Bergeron n'a pas mâché ses mots à savoir si un jeune de 18 ans est apte à faire le saut directement à la Ligue nationale, lui qui avait amassé trois points en neuf parties hors-concours en 2003-2004 tandis que Latendresse en compte sinq en seulement trois rencontres.


«Je sais que les gens s'arrêtent souvent à regarder l'âge d'un joueur », a renchéri Bergeron, qui amassa 39 points en 71 rencontres lors de son année recrue en 2003-2004. « Quand tu es prêt, tu es prêt. Si tu es prêt pour la Ligue nationale, je ne vois pas pourquoi l'âge viendrait faire une différence. »

Les deux jeunes hommes ne s'étant jamais rencontrés, Bergeron a vu Latendresse pour la première fois en action et a rapidement compris l'engouement entourant le numéro 84 du Bleu-Blanc-Rouge.

« Il avait vraiment l'air à l'aise, c'est certain », indiqua Bergeron. « Oui, il a récolté deux points, mais il a aussi fait les petites choses que les entraîneurs regardent et apprécient. Il a terminé ses mises en échecs, est allé dans le trafic et parfois ce sont des petits gestes qui peuvent vraiment faire la différence. »

Encore une fois, les unités spéciales ont fait la différence. Outre le but de Pierre Dagenais en première période, tous les autres ont été inscrits avec l'aide du jeu de puissance.

Les Canadiens étaient parvenus à se tailler une avance de trois buts avant la fin du premier tiers-temps en enfilant deux buts avec un homme en plus.

Dagenais a une fois démontré qu'il n'avait pas son pareil lorsque laissé seul contre un gardien. Parfait en deux tentatives avant la rencontre lors des tirs de barrage ayant lieu à la fin des rencontres préparatoires, Dagenais a servi la même recette à Andrew Raycroft que celle qu'il avait servie à Mike Dunham lors du premier match hors-concours : il s'est servi de sa grande portée pour conserver le disque le plus longtemps puis logea la rondelle au fond  du filet après que le gardien eu commis le premier geste et n'ait d'autres alternatives que de constater les dégâts. Le numéro 26, à 9 :43 en première période, a ainsi permis au Tricolore d'inscrire le premier but d'un match pour une troisième fois en cinq rencontres.

Par la suite, l'attaque massive des Canadiens, la meilleure du circuit lors du calendrier préparatoire, a pris les choses en mains. Près d'une minute après le but de Dagenais, Ron Hainsey a permis aux favoris locaux de doubler leur avance. Le défenseur de 24 ans a effectué un lob en direction de la cage de Raycroft, la rondelle frappant le défenseur Girard avant d'aller choir au fond du filet. Craig Rivet et Guillaume Latendresse ont obtenu des mentions d'aide sur le jeu.

Puis, avec moins d'une minute à faire au premier engagement, le jeu de puissance du Tricolore a encore tonné. Richard Zednik a complété le tic-tac-toe amorcé par Tomas Plekanec et Francis Bouillon, déjouant le cerbère des Bruins entre les jambières grâce à un tir sur réception.

Toutefois, l'application de la tolérance « zéro » est une lame à deux tranchants. Les Bruins ont administré la même médecine aux Canadiens, marquant à trois sur l'avantage numérique au cours des quarante dernières minutes de jeu. Brad Isbister a été le premier à inscrire les visiteurs au pointage. Le nouveau venu des Bruins a profité d'une empilade à l'embouchure du filet de Yann Danis pour faire scintiller la lumière rouge alors que les siens jouissaient d'un surnombre de deux hommes.

Puis, à 8:50, ce fut au tour de Brad Boyes de toucher le fond du filet. Boyes a surpris Danis d'un tir du poignet du cà´té éloigné.

« Danis a fait de gros arrêts », a souligné le pilote du Tricolore. « Je suis sà»r qu'il y a certains buts qu'il voudrait revoir. Il faut se questionner sur la façon dont on va analyser son jeu. Est-ce qu'on doit arriver à la conclusion qu'il n'est pas prêt parce qu'il donne un mauvais but ou bien on regarder l'ensemble de son jeu ? C'était son premier vrai test dans la Ligue nationale. On va le revoir en action d'ici la fin du camp. »

Ce dernier, qui est en excellente position pour seconder José Théodore en début de saison, a complété sa soirée de travail avec 21 arrêts à sa fiche.

Glen Murray a complété la marque, lui qui fut le seul tireur à toucher le fond du filet lors de la fusillade en fin de rencontre.

Les Canadiens et les Bruins ne tarderont pas à recroiser le fer. Dans moins de 24 heures, les éternels rivaux se disputeront la victoire en territoire neutre, soit au Colisée de Moncton. Toutefois, les Montréalais se présenteront dans la métropole néo-brunswickoise avec des effectifs réduits alors qu'une nouvelle vague de coupures devraient survenir avant le départ de la formation.

NOTES : Claude Julien a utilisé les combinaisons suivantes lors de la cinquième rencontre hors-concours de sa formation : Dagenais- Mike Ribeiro- Alexander Perezhogin, Zednik-Plekanec- Latendresse, Andrei Kostitsyn-Corey Locke- Jonathan Ferland, Peter Vandermeer- Steve Bégin -Chris Higgins. À la ligne bleue, Markov a joué en compagnie de Mike Komisarek, Francis Bouillon a formé un duo avec Mark Streit tandis que Hainsey s'est aligné au cà´té de Craig Rivet...Michael Ryder n'a pas été en mesure de revêtir l'uniforme pour un cinquième match de suite...Dagenais a récolté un sommet de huit tirs durant la rencontre...Markov a été le plus utilisé par Julien, passant 28 minutes 44 secondes sur la patinoire...

Résultat de la fusillade

  Gardien But
Jonathan Girard (BOS) Yann Danis Non
Shawn McEachern (BOS) Yann Danis Non
Glen Murray (BOS) Yann Danis OUI
Pierre Dagenais (MTL) Andrew Raycroft Non
Alexander Perezhogin (MTL) Andrew Raycroft Non
Mike Ribeiro (MTL) Andrew Raycroft Non


Boston remporte la fusillade 1-0

Alexandre Harvey écrit pour canadiens.com