Se connecter avec votre compte LNH.com:
  • Soumettre
  • Ou
  • Se connecter avec Google

Les jeunes loups continuent d'impressionner au camp

vendredi, 16.09.2005 / 24 h 00 / Canadiens de Montréal - Nouvelles
X
Partagez avec vos amis


Les jeunes loups continuent d\'impressionner au camp
Les Blancs l'emportent à nouveau contre les Rouges

Malgré les embà»ches de communication, Alexander Perezhogin trouve tout de même le moyen de s'exprimer avec aisance sur la glace avec Saku Koivu.

MONTRÉAL --Alors que la Ligue nationale se promet d'entrer dans une ère axée sur l'offensive, les gens s'étant déplacés au Sportsplexe de Pierrefonds ont eu la chance de voir ce que pourrait être cette nouvelle réalité, les Blancs disposant des Rouges par la marque de 7-3.

Après une victoire de 3-0 lors de la première journée du camp, les Rouges, depuis lors, ont été surclassés 11-4 au chapitre des buts suite à des revers de 7-3 et 4-1 vendredi et jeudi respectivement.

La carte de pointage : Après des jours plus tranquilles offensivement, les Canadiens ont explosé vendredi pour un effort combiné de dix buts provenant de dix auteurs différents. Saku Koivu a ouvert la marche en marquant le premier but pour les Blancs. Il fut suivi de Kevin Lavallée, Richard Zednik, Chris Higgins, Jeff Paul, Mark Streit et de Pete Vandermeer qui enfila un but d'une rare beauté alors que presque tout le temps au cadran était écoulé. Sheldon Souray, d'un puissant tir de la pointe, Marcel Hossa et Mike Ribeiro, grâce à  une belle mise en scène de Guillaume Latendresse, donnèrent la réplique.

Les hommes masqués : José Théodore, après une journée sans faille jeudi, a alloué deux buts lors de sa sortie tandis que son coéquipier Carey Price céda à une reprise. Pour les Rouges, Yann Danis a été déjoué en quatre occasions tandis qu'Olivier Michaud, qui effectuait ses débuts, concéda trois buts. Jaroslav Halak a obtenu une journée de congé, mais effectua divers exercices sous l'œil attentif de Roland Melanson.

L'entraîneur : Claude Julien continue d'être impressionné par le rythme et l'intensité au camp d'entraînement jusqu'à présent.

« J'appréhende toujours que la cadence va ralentir, mais le rythme s'accentue », indiqua Julien à la fin du match simulé vendredi. « Les vétérans travaillent très fort, et, pour les plus jeunes, on ne peut que faire l'éloge de leurs efforts. Ces jeunes savent qu'il a des postes de disponibles. Ils veulent se tailler une place et ils nous le démontrent. C'est tout ce qu'un entraîneur peut demander à un camp d'entraînement. J'espère qu'ils seront en mesure de garder cet entrain tout au long du calendrier pré-saison. Ils démontrent clairement qu'ils n'ont pas l'intention de nous rendre la vie facile lorsque viendra le temps des coupures. »

Capitaine K : En plus d'afficher la meilleure forme de sa carrière, le capitaine des Canadiens Saku Koivu apprécie d'évoluer en compagnie des jeunes Chris Higgins et Alexander Perezhogin depuis l'ouverture du camp d'entraînement. Higgins et Perezhogin sont considérés parmi les favoris pour combler les postes disponibles, ainsi avoir Koivu comme mentor sur la glace n'est donc pas une heureuse coà¯ncidence.

« Ils travaillent tous les deux très fort et les deux se sont améliorés à tous les jours, ce qui est le plus important », souligna Koivu. « Higgins a fait beaucoup de chemin depuis son premier camp il y a deux ans et Perezhogin, bien qu'il n'est pas aussi développé, est indéniablement fort talentueux. »

Koivu a fait plus qu'aider ses jeunes coéquipiers, il a marqué le premier but du match dès sa première présence sur la glace et a fait montre de toute sa magie lors d'une fusillade improvisée à la fin du match. Koivu fut le seul des six joueurs à marquer alors qu'il déculotta Olivier Michaud avant de mettre le disque au fond du filet.

Balles à blanc : Ceux qui se sont déplacés pour assister au match simulé de vendredi ont eu droit à un avant-goà»t de la très anticipée fusillade qui permettra de déclarer un vainqueur si 65 minutes de jeu ne peuvent faire de maîtres. Hormis Koivu qui enfila l'aiguilla avec une facilité désarmante, les autres cobayes pour cet exercice n'ont pas eu autant de succès. Corey Locke est passé le plus près alors qu'il toucha le poteau de la cage protégée par Carey Price alors que Zednik, Kostitsyn, Perezhogin et Dagenais échouèrent dans leur tentative de faire scintiller la lumière rouge.


Mà»r à point : Chris Higgins s'est amené au camp comme l'un des grands favoris pour se trouver une niche à Montréal et il n'a pas déçu jusqu'ici. Travailleur acharné, le jeune homme de 22 ans a repris là où il l'avait laissé la saison dernière à Hamilton et il semble destiné à faire le saut dans la LNH cette saison.

« J'ai eu la chance de le voir à l'œuvre plusieurs fois l'an passé. Non seulement il était le meilleur joueur des Bulldogs sur la glace, mais il était le meilleur joueur tout simplement », avoua Julien. « Il est un centre naturel, mais nous sommes confortables de le déplacer à l'aile. Chris est un bon joueur, tant offensif que défensif, qui peut jouer à toutes les sauces. »

Une corde de plus à l'arc d'Higgins est que son ancien pilote des Bulldogs, Doug Jarvis, s'est joint au groupe d'entraîneurs des Canadiens, ce qui devrait faciliter la transition.

« J'ai vraiment apprécié jouer sous la férule de Doug », indiqua Higgins qui s'entraîna cet été à New York en compagnie de Mike Komisarek, originaire de Long Island. « Il m'a donné la chance de prouver ce que je pouvais faire dans toutes les situations. »

« Je me sens vraiment bien présentement et beaucoup mieux qu'à mon premier camp. Jouer en compagnie de vétérans tels que Koivu fut formidable pour moi. Je ne pourrais demander mieux. Saku me dit où il veut la rondelle et je tente de la refiler à cet endroit », lança Higgins, le sourire aux lèvres.

L'autre Alex : Sur la même voie rapide menant au Centre Bell qu'Higgins, Alexander Perezhogin démontre des aptitudes qui laissent croire à plusieurs qu'il est prêt à faire le grand saut.

« Tout ce que j'ai entendu à son sujet de la part des recruteurs qui l'ont vu évoluer en Russie l'an dernier fut positif », commenta Julien. « Ce jeune homme peut jouer et j'ai hâte de le voir dans différentes situations de match. »

« Le camp d'entraînement est une belle expérience jusqu'à maintenant », indiqua Perezhogin avec l'aide du journaliste russe/ interprète Genadi Boguslavski. Jouer sur le même trio que Saku Koivu est un honneur. Il prodigue constamment, à Chris et moi, de judicieux conseils tant sur et hors de la glace. »

Malgré que Koivu ne s'exprime pas en russe, il trouve tout de même le moyen de communiquer avec son jeune protégé.

« Il est bon garçon qui veut apprendre », nota Koivu. «  Je ne parle pas encore russe, mais qui sait, en jouant avec Alex Kovalev, j'apprendrai quelques mots. Mais je ne parierais pas trop là -dessus. Je m'attends à ce que Perezhogin apprenne plus vite l'anglais. »

Pas un tendre, ce Latendresse : En plus de se faire complice du but de Mike Ribeiro, Guillaume Latendresse a été généreux en distribuant de nombreux coups d'épaule. Plusieurs de ses mises en échecs ont attiré le regard des amateurs et des médias.

Alexandre Harvey écrit pour canadiens.com