Se connecter avec votre compte LNH.com:
  • Soumettre
  • Ou
  • Se connecter avec Google

Le jour 2 du camp tout aussi intense que le premier

jeudi, 15.09.2005 / 24 h 00 / Canadiens de Montréal - Nouvelles
X
Partagez avec vos amis


Le jour 2 du camp tout aussi intense que le premier
L'équipe des Blancs rebondit grâce à un gain de 4-1 contre les Rouges

Bien que le camp n'est débuté que depuis deux jours, Claude Julien aime déjà la forme que prend sa formation pour la saison 2005-2006.

MONTRÉAL -- Alors qu'il y a un an jour pour jour s'amorçait l'arrêt de travail de la LNH, les Canadiens ont célébré cet anniversaire en offrant à ses partisans, entassés au Sportsplexe 4 Glaces de Pierrefonds pour une deuxième journée, une autre rencontre simulée des plus intenses, jeudi matin.

Après avoir été blanchi par les Rouges mercredi, Saku Koivu et l'équipe des Blancs est revenue à la charge en l'emportant au compte de 4-1 lors d'un match simulé qui surpassa en intensité la première journée du camp.

À chacun sa couleur : Pour une deuxième journée consécutive, l'équipe des Blancs et des Rouges étaient composés des mêmes effectifs.

Les Rouges : Jaroslav Halak, Yann Danis, Olivier Michaud, Mike Komisarek, Mathieu Dandenault, Sheldon Souray, Jean-Philippe Côté, Ron Hainsey, Jonathan Aitken, Andrew Archer, Radek Bonk, Pierre Dagenais, Alex Kovalev, Kyle Chipchura, Niklas Sundstrom, Jan Bulis, Corey Locke, Andrei Kostitsyn, Jimmy Bonneau, Duncan Milroy, Mike Ribeiro, Marcel Hossa, Guilllaume Latendresse.

Les Blancs : José Théodore, Carey Price, Mark Streit, Jeff Paul, Francis Bouillon, Craig Rivet, Kevin Lavallée, André Benoit, Andrei Markov, Raitis Ivanans, Saku Koivu, Peter Vandermeer, Richard Zednik, Chris Higgins, Steve Bégin, Tomas Plekanec, Maxim Lapierre, Alexander Perezhogin, Michaà«l Lambert, Cory Urquhart, Francis Lemieux, Michael Ryder, Jonathan Ferland.

La carte de pointage : La journée numéro 1 ayant été dominée par les vétérans tels que Alex Kovalev et Mike Ribeiro, ce fut une tout autre histoire jeudi alors que les jeunes loups ont tenu le haut du pavée. Trois des quatre buts des Blancs ont été inscrits par joueurs n'ayant pas encore donné leur premier coup de patin dans la LNH avec les Canadiens : Michael Lambert, André Benoit et Maxim Lapierre ont tour à tour fait scintiller la lumière rouge. Michael Ryder a complété la marque pour les Blancs tandis que Ron Hainsey a procuré le seul moment de réjouissance pour les Rouges.

Les hommes masqués : José Théodore a été irréprochable après avoir accordé un but mercredi alors que son coéquipier des Blancs Carey Price a été déjoué à une reprise. Dans le coin rouge, Yann Danis a été battu une fois avant que Jaroslav Halak fut victime de trois buts. Le poste de substitut s'étant libéré suite à la blessure de Cristobal Huet, la lutte qui s'annonce chaude devrait s'intensifier d'ici la fin du camp. Danis semble avoir une longueur d'avance en partie grâce à un solide début de camp en plus d'une accumulation de bonnes performances devant la cage des Bulldogs en 2004-2005. Halak a été spectaculaire à ses heures alors qu'il tente de se nicher une place au sein des Canadiens et ainsi devenir le « vol » du repêchage de 2003 en raison de sa sélection tardive au 271e rang.

L'entraîneur : Claude Julien avait aimé ce qu'il avait vu lors du jour 1 et il a pu en dire tout autant à propos des efforts déployés lors de la seconde journée. « J'ai observé plusieurs belles choses encore aujourd'hui », indiqua Julien au terme du match simulé d'une heure. « Je suis comme les joueurs, car je ne peux attendre à dimanche que le tout débute officiellement. Les parties hors-concours nous permettront de voir qui est prêt à faire le saut. Nous avons été clairs qu'il y avait des postes en jeu et tous les joueurs le savent. Le calendrier pré-saison est le calendrier pré-saison, mais je m'attends à des performances impressionnantes au cours de deux prochaines semaines. »

« Évaluer le talent fait partie de mon travail, mais je suis un entraîneur et diriger me manque. J'ai fait du recrutement suffisamment longtemps, maintenant je veux simplement retourner au travail. Les joueurs ne sont pas les seuls à devoir effacer la rouille », conclut Julien.

Droit au but : Avec les départs de Patrice Brisebois et Stéphane Quintal, Mathieu Dandenault représentant le seul ajout à la brigade défensive, il y a une place de disponible pour un nouveau visage. Le défenseur suisse Mark Streit est au nombre des candidats afin d'occuper ce poste et il n'a certainement pas fait tout ce chemin pour retourner bredouille en Suisse au terme de deux semaines de « vacances » à Montréal.

« Ce qui arrivera à partir de ce moment-ci est hors de mon contrà´le », mentionna Streit qui fêtera sous peu ses 28 ans. « J'ai joué en Amérique du Nord il y a quatre ans, mais je n'étais pas prêt à l'époque. Je crois que le temps est bien choisi pour moi de faire ce saut. »

« Mon habilité à relancer l'attaque rapidement est, je l'espère, ce que les Canadiens recherchent avec l'entrée en vigueur des nouvelles règles cette année. Le jeu devrait être plus rapide et c'est ce que j'aime. Les Canadiens m'ont offert cette chance et j'entends bien en profiter. »

Un bulldog affamé : Ron Hainsey convoite le même poste que Streit après avoir connu une bonne saison à Hamilton en 2004-2005. Armé d'une toute nouvelle attitude, le défenseur de 24 ans, plus aguerri, sait qu'il a pris énormément d'expérience depuis qu'il a été repêché au 13e rang en 2000.

« Lorsqu'on regarde les besoins de l'équipe à l'heure actuelle, je sens que le moment est propice por moi de me mériter une place dans l'alignement et surtout de la conserver », souligna Hainsey qui a disputé 32 matchs dans le circuit Bettman. «  Je vais tout donner et espérer que cela porte fruit. »


L'élève et le maître : Il n'y a pas si longtemps, Mike Ribeiro apprenait l'ABC de la Ligue nationale. Or, en ce début de camp d'entraînement, Ribeiro a troqué son rà´le d'élève pour celui de mentor, prodiguant de judicieux conseils à la révélation du camp jusqu'à maintenant, en l'occurrence Guillaume Latendresse.

Questionné s'il avait observé des similitudes entre lui et Latendresse, le numéro 71 a répondu à sa manière bien à lui.

« Oui, nous avons quelques ressemblances, mais je n'étais pas si gros à l'époque, je ne suis pas si gros maintenant, et je peux vous dire que je ne serai jamais aussi gros », rétorqua Ribeiro à propos du plus gros ailier droit à 6'2" et 225 livres qui ne porte pas le nom Kovalev sur son chandail. « Il est en avance sur moi au même âge. J'aime évoluer en sa compagnie et en plus, c'est un bon gars. Mais, il est encore tà´t. La dernière chose que l'on veut est d'avoir des attentes trop élevées pour un joueur de cet âge. »

Ribeiro a aussi admis que le camp de cette année n'était pas comme les autres pour plusieurs raisons.

« L'enthousiasme qu'apportent les jeunes joueurs comme Guillaume et le fait que nous sommes tous très impatients de commencer la saison font en sorte qu'on s'amuse énormément », précisa le meilleur pointeur des Canadiens en 2003-2004. « De plus, savoir que je serai de l'alignement dimanche soir ne nuit pas non plus. »


Un visage familier : L'ancien dur à cuire des Canadiens P.J. Stock a effectué un arrêt au camp d'entraînement et a eu la chance d'échanger avec ses anciens coéquipiers. L'athlète originaire du West Island était tout sourire malgré qu'il ait dà» accrocher ses patins cet été après avoir été blessé à l'œil en 2003-2004 alors qu'il s'alignait avec la filiale des Flyers, les Phantoms de Philadelphie.

« Les médecins m'ont avisé que je ne pourrais plus jouer, car je vois double lorsque je regarde vers le haut », expliqua le robuste attaquant de 30 ans qui s'aligna avec les Canadiens pour 20 parties en 2000-2001. « Je leur ai dit que ce n'était qu'un détail, je ne regarde jamais en l'air de toute façon ! »

Le bout-en-train était sans l'ombre d'un doute un des favoris dans le vestiaire des Canadiens lors de son court passage avec l'organisation, Saku Koivu et Craig Rivet, entre autres, se précipitant pour saluer leur ancien comparse. Ses liens avec le camp d'entraînement des Canadiens ne s'arrêtent pas à ses anciens coéquipiers montréalais, il a aussi joué en compagnie de Pete Vandermeer, un autre dur à cuire, avec les Phantoms.

« Pete est un gars génial, un vrai numéro », lança Stock, décrivant le profil de la nouvelle acquisition des Canadiens via le marché des joueurs autonomes. « J'espère que le vent tournera en sa faveur et que vous aurez la chance de le connaître à votre tour. »

Vandermeer est l'un de plusieurs policiers à tenter sa chance au camp d'entraînement. Ses principaux rivaux sont Jimmy Bonneau, Jeff Paul et Raitis Ivanans qui désirent tous combler le poste laissé vacant par Darren Langdon.

« Il est un bon joueur de hockey aussi. Il est un bon patineur et il apporte plus à la patinoire que ses poings », ajouta Stock. « Mais ne vous m'éprenez pas, c'est un dur. Ne vous laissez pas tromper par son sourire. Vous pouvez me croire, une fois qu'il enlève ses dents, c'est du sérieux. »

Alexandre Harvey écrit pour canadiens.com