Se connecter avec votre compte LNH.com:
  • Soumettre
  • Ou
  • Se connecter avec Google

Lavallée tentera de faire la coupure... encore

lundi, 12.09.2005 / 24 h 00 / Canadiens de Montréal - Nouvelles
X
Partagez avec vos amis


Lavall\u00E9e tentera de faire la coupure... encore
Le défenseur de 23 ans tentera de saisir à plein sa chance offerte grâce au Repêchage Bell

Kevin Lavallée était au nombre des 4 000 joueurs à tenter leur chance au Repêchage Bell.

MONTRÉAL -- Après s'être fait connaître grâce au laissez-passer qu'il a obtenu pour participer au camp d'entraînement des Canadiens, courtoisie de l'émission de télé-réalité Le repêchage Bell diffusée sur les ondes de RDS, le travail de Kevin Lavallée ne fait que commencer alors qu'il tentera d'être parmi les heureux élus.

Alors que Lavallée n'a aucune difficulté de parler de son expérience sur l'émission qui a vu près de 4 000 joueurs tenter leur chance afin d'obtenir un contrat d'essai avec l'une des six formations canadiennes de la LNH, c'est une tout autre histoire lorsque vient le temps de qualifier Le repêchage Bell d'émission de télé-réalité.

« Ce n'était pas quelque chose fait exclusiment pour la télévision ou encore une machine à rêver », de dire le défenseur de 6'2" et 203 livres. « Il n'y avait rien d'artificiel ou encore des effets dramatiques ajoutés. C'est ainsi que se déroule un camp d'entraînement. C'est difficile. C'est intense et tous vos faits et gestes sont scrutés à la loupe. On m'a souvent demandé si des portions étaient embellies, mais tout hockeyeur qui a déjà vécu un camp d'entraînement vous dira la même chose. »

Lavallée possède certes un argument du fait qu'il n'y avait pas de conseil de tribu, de réunion du conseil d'administration ou encore des analyses du Docteur Mailloux pour parler du Repêchage Bell. Mais son passionné plaidoyer à propos du réalisme de l'émission prouve peut-être tout simplement que c'est de la télé-réalité à son meilleur. Ce n'est pas sans surprise, cependant, qu'on ne retrouve pas dans son casier ou au-dessus de son foyer à la maison des affiches de Donald Trump, Julie Snyder ou encore de Mélanie Leclair de Loft Story.

« Je ne regarde aucune de ces émissions comme Survivor » a admis l'athlète de 23 ans. «  Je les trouve ennuyantes et je n'ai jamais saisi pourquoi ils étaient aussi populaires. Pour moi, ils sont sans grand intérêt. »

Sans intérêt ou pas, Lavallée pourrait n'être qu'à quelques bonnes mises en échec et de surnombres avortés de voir son rêve de jeunesse devenir réalité, en partie grâce à cette émission de télé-réalité.

« Simplement le fait d'être ici et d'obtenir cette opportunité est incroyable », avoua Lavallée interloqué en désignant ses pantalons et ses bas à l'effigie du Tricolore. « Je ne peux toutefois me permettre de rester dans un tel état d'esprit. Je suis ici avec un objectif en tête et je me dois de demeurer concentré sinon tout ce travail sera caduc. »

Cette emission nouveau genre dans la programmation de RDS a également donné la chance à Lavallée de côtoyer l'un des plus grands entraîneurs de l'histoire des Canadiens et de la Ligue nationale, en l'occurrence Scotty Bowman

« Peu importe où l'aventure se terminera pour moi, personne ne pourra m'enlever le temps que j'aurai passé en compagnie de Scotty », affirma Lavallée. « D'être assis dans le vestiaire avant la rencontre et de recevoir des mots d'encouragements de la part d'une légende comme Bowman est un souvenir que je chérirai pour le restant de mes jours. »

Parmi les autres personnalités vedettes de l'émission, on retrouvait le rigoureux Mike Keenan. Lavallée n'avait que de bons mots au sujet de tous les gens avec qui il a travaillé, mais qu'en est-il d'Iron Mike ?

« C'est certain qu'il est sévère, mais c'est ainsi qu'il a obtenu du succès. Une chose que les gens doivent comprendre à propos du personnel hockey et des entraîneurs, sur la glace et dans le vestiaire, ils n'ont qu'une chose en tête : le hockey. Mais une fois le rideau tombé, ces gens sont extraordinaires. Pour vous dire la vérité, je m'entendais très bien avec Keenan. Mais, si le contraire était vrai, je ne le vous dirais probablement pas », lança tout sourire Lavallée.

La nouvelle coqueluche des médias est au nombre des douze joueurs ayant participé au tournoi des recrues la semaine passée à Ottawa qui ont reçu une invitation au camp officiel des Canadiens. Il a fait bonne figure alors que les futurs Canadiens ont terminé au troisième rang, sur une possibilité de cinq, avec une fiche de 2-2 .

Mais qui est Kevin Lavallée? Depuis son séjour avec le Titan d'Acadie-Bathurst et le Rocket de Montréal de la LHJMQ, sa carrière de hockeyeur lui a permis de voyager. Le jeune homme originaire de Montréal a passé les quatre dernières campagnes en Allemagne avec les formations de Augsburg, Amberg, Straubling et finalement les Hussies de Kassel.

Lavallée tentera maintenant de rejoindre un groupe sélect, quoique florissant, de joueurs n'ayant jamais entendu leur nom lors d'une séance de repêchage. Martin St-Louis, le champion marqueur du circuit Bettman en 2003-2004 et, qui sait, un futur partenaire à la ligne bleue des Canadiens Francis Bouillon, viennent en tête de lice.

« Tout depuis le début de l'émission et ce que j'ai vu et appris avec les Canadiens jusqu'à maintenant est une expérience incroyable », confia Lavallée. « J'ai rencontré des gens fantastiques ici et je suis toujours en contact avec des amis que je me suis faits lors du Repêchage Bell. C'est ce qui est magique avec les camps d'entraînements : tout le monde se bat pour un poste, mais cela nous unit en tant que groupe. »

Plusieurs voient l'explosion des émissions de télé-réalité comme la descente aux enfers pour la télévision. Mais, en à juger l'expression sur le visage de Lavallée alors qu'il saute sur la glace du Centre Bell arborant fièrement l'uniforme des Canadiens, nous nous permettons d'en doute.

Alexandre Harvey écrit pour canadiens.com