Series Tied 1 - 1
[25-17-6]
1
3
[29-14-5]
03/05/2013
FINALE
1 2 3 FINALE
Ottawa Senators OTT 0 1 0 1
30 LANCERS 34
24 MJ 33
26 ÉCHEC 37
8 PUN 12
0/4 BAN 0/2
4 GIVEAWAYS 7
0 TAKEAWAYS 6
12 BLOCKED SHOTS 34
         

Une pour Eller

mercredi, 06.08.2014 / 4 h 50

MONTRÉAL - Les Canadiens ne vont pas baisser les bras facilement, même s'ils sont privés d'éléments importants à l'attaque. Quelques heures après avoir déclaré une guerre de mots aux Sénateurs, Michel Therrien et ses troupiers sont passés à l'action sur la glace et ils ont pris la mesure des Sénateurs d'Ottawa 3-1, vendredi, au Centre Bell.

Les joueurs de soutien ont répondu présent et Carey Price a été bien meilleur que jeudi devant le filet.

Moins occupé encore que Craig Anderson, qui a été confronté à 34 lancers, Price a repoussé 29 des 30 tirs envoyés vers lui.

Confronté à la possibilité d'accuser un recul de 2-0 dans la série, les Canadiens ont lutté avec l'énergie du désespoir.

Ryan White a livré son meilleur match de la saison, en réussissant son premier but en séries éliminatoires dans la LNH. Brendan Gallagher et Michael Ryder ont été les autres marqueurs des Canadiens.

Milan Michalek a été le seul marqueur des Sénateurs.

Maintenant à égalité 1-1, la série se transporte à Ottawa pour les troisième et quatrième matchs, dimanche et mardi.

Jeu viril

Les Canadiens avaient semé la discorde en matinée, les Sens étaient prêts à la cultiver en soirée. Les visiteurs ont intégré à leur formation le dur à cuire Matt Kassian, à la place du jeune Cory Conacher, et il a amorcé la rencontre en compagnie de Chris Neil.

Le jeu ne pouvait qu'être viril et, comme jeudi, le Tricolore a affiché beaucoup d'intensité en appliquant 18 des 25 mises en échec de la période. Mais comme jeudi, Anderson veillait au grain. Le talentueux gardien a montré qu'il possédait également un beau talent d'acteur, faisant écoper une pénalité à Brandon Prust.

Les hôtes ont d'ailleurs dû se tirer d'affaire trois fois en infériorité numérique, après avoir raté une chance en supériorité. Ils ont écopé deux de leurs pénalités contre le remplaçant du défenseur Eric Gryba, André Benoît. Malgré cela, ils avaient l'avantage 14-8 dans les tirs au final du premier vingt.

Price n'a été mis à l'épreuve pour la première fois qu'à la huitième minute. Il a réalisé son meilleur arrêt face à Mika Zibanejad vers la fin.

Efforts récompensés

Les Canadiens ont finalement vu leurs efforts être couronnés de succès au deuxième tiers. Autrement dit, la rondelle a fini par tourner pour lui. Résultat: il menait 3-1 à la fin.

White a commencé le bal, à 3:20, en marquant à l'aide d'une feinte ratée, après avoir interceptée la passe soulevée d'Erik Karlsson dans sa zone.

Moins d'une minute plus tard, à 4:13, Gallagher n'a eu qu'à envoyer la rondelle dans l'ouverture béante après avoir reçu la superbe passe d'Alex Galchenyuk.

Michalek a rétréci l'écart à 8:16, en redirigeant la frappe du défenseur Chris Philllips au moment où une pénalité allait être signalée aux Canadiens. Prust n'avait plus de bâton, c'était la désorganisation totale.

Les Sens ont par la suite été menaçants à l'attaque, particulièrement pendant une autre pénalité à Prust. Mais Price s'est dressé afin de frustrer Daniel Alfredsson, Sergei Gonchar, du bout de la jambière gauche, et Zibanejad.

Une séquence importante puisque les Canadiens ont repris une avance de deux buts, à 18:57. Ryder a profité du bel échec-avant de David Desharnais et de Rene Bourque. Le Terre-Neuvien n'allait pas rater pareille occasion sur la passe de Bourque.

C'était 24-21 CH au chapitre des lancers, après 40 minutes d'action.

En troisième, les Canadiens ne se sont pas accrochés à ses deux buts de priorité. Ils ont continué de foncer et de frapper tout ce qui bougeait en chandails blancs. White a été passablement actif sur le plan de la robustesse.

HAUT DE PAGE ↑