[51-25-6]
2
3
[31-35-16]
07/02/2012
FINALE F
1 2 3 F FINALE
Pittsburgh Penguins PIT 0 0 2 0 (2-8) 2
34 LANCERS 30
31 MJ 14
26 ÉCHEC 19
8 PUN 8
0/3 BAN 0/3
7 GIVEAWAYS 10
6 TAKEAWAYS 9
7 BLOCKED SHOTS 14
         

Les Canadiens l'emportent en fusillade

mercredi, 06.08.2014 / 4 h 50

MONTRÉAL (PC) - Les Canadiens ont fourni une autre vive opposition aux Penguins de Pittsburgh, mardi, et ses efforts leur ont finalement permis d'éviter de subir le balayage de la série de quatre affrontements contre eux cette saison, en l'emportant 3-2 en tirs de barrage.

C'est un but de Tomas Plekanec au huitième tour de la séance qui a renvoyé tout le monde à la maison, le coeur léger.

Rene Bourque et Lars Eller avaient aussi trompé la vigilance de Marc-André Fleury. Mais Evgeni Malkin et Chris Kunitz leur avaient fourni la réplique.

Louis Leblanc et Lars Eller ont été les marqueurs du CH (21-24-9) en temps réglementaire; Pascal Dupuis et James Neal, son 28e, ceux des Penguins (30-19-5).

Carey Price a remporté son duel contre Fleury, les visiteurs ayant l'avantage 34-30 dans la colonne des lancers.

Bel effort

Le Tricolore a très bien maîtrisé les Pens au cours des deux premières périodes. Rien de flamboyant, que de l'efficacité en défense. On n'avait pas intérêt à tenter d'ouvrir le jeu, de toute façon.

On a été à même de vérifier la théorie de Jacques Martin, prédécesseur de Randy Cunneyworth, selon laquelle «quand on s'acquitte bien de la tâche dans sa zone, ça crée des occasions à l'attaque».

Travis Moen, de retour au jeu après une absence de cinq matchs, Leblanc et Erik Cole ont obtenu des chances de marquer en première période. Mais une entrée en la matière tiède pour les deux équipes...

La deuxième, nettement plus réchauffée, a vu le Tricolore obtenir les plus belles occasions et prendre les devants.

Comme ça lui arrive souvent, il s'est donné du rythme en infériorité numérique. Plekanec, pendant une pénalité à Eller, a cogné à la porte du but de Fleury à deux reprises.

À l'autre bout, P.K. Subban est venu sauver Price en s'improvisant gardien devant un tir du défenseur Paul Martin.

À la relance, Plekanec s'est échappé devant Fleury qui n'a pas bronché.

Leblanc a finalement ouvert le score à 11:21, en déjouant Fleury d'un tir des poignets. Leblanc a rabattu sur la glace à l'aide d'une main la passe de Chris Campoli, qu'a redirigée vers lui Andrei Kostitsyn.

Bourque a par la suite failli doubler l'avance des siens, encore en infériorité. Mais il a raté la cible.

Ça s'est joliment animé en début de troisième tiers, avec trois buts dans les huit premières minutes.

Dupuis a d'abord fait 1-1, à 1:03, même s'il a fait dévier la passe de Joe Vitale à l'aide de son patin droit directement dans l'espace du gardien. Le but a été accordé parce que le geste de Dupuis n'était pas volontaire.

Eller a ensuite redonné l'avance aux hôtes d'une façon bizarre, à 3:00. Son tir anodin, décoché du flanc droit, a fait mal paraître Fleury. La rondelle a frappé le poteau avant de ricocher dans le dos du gardien.

Les Penguins ont recréé l'égalité à 7:32, Neal mettant la touche finale à un échange amorcé par Kunitz et Martin.

Le Tricolore a pu déployer une attaque massive avec moins de cinq minutes à écouler. Mais on se doute bien du résultat. Place à la prolongation, donc...

Une courte période où l'action n'a pas manqué. David Desharnais avait la victoire au bout de la lame de son bâton, tout près de Fleury, mais il a visé trop haut.

Il ne restait plus que la séance des tirs de barrage, qui en a donné pour son argent au public.

VOIR AUSSI
Bye-bye complexes
Sommaire: Canadiens-Penguins
Faits saillants
Dans le calepin – 7 février 2012 
Ryan White à Hamilton pour conditionnement 

HAUT DE PAGE ↑