Voir rouge

samedi, 29.03.2014 / 23 h 20 canadiens.com

SUNRISE – Max Pacioretty a non seulement vu des chandails rouges partout autour de lui toute la soirée, mais il a aussi fait scintiller la lumière rouge à quelques reprises face aux Panthers.

Ce n’est plus un secret pour personne lorsqu’il est question que Pacioretty est devenu un des plus redoutables francs-tireurs de toute la LNH. Trouver le fond du filet est devenu monnaie courante pour lui. Mais depuis quelques temps, principalement depuis l’arrivée de Thomas Vanek sur son trio, on dirait qu’il bénéficie d’encore plus d’espace sur la patinoire. Les Panthers l’ont appris à leurs dépens samedi soir, étant témoins de deux autres buts de sa part qui ont permis au Tricolore de l’emporter 4 à 1 au BB&T Center.

« Offensivement nous sommes de plus en plus confortables ensemble. Nous commençons à créer des jeux instinctivement. Ça veut dire que la chimie est de plus en plus forte entre nous », mentionne Pacioretty, de qui le trio avec Thomas Vanek et David Desharnais a amassé sept points face aux Panthers. « Nous voulions nous racheter défensivement en fin de match, mais nous ne pouvons pas être capricieux. Nous prendrons le tout et nous espérons progresser à chaque match. »

Un peu à l’image de Desharnais qui a été critiqué pour son lent début de saison, Pacioretty a pris du temps avant de se mettre en marche il y a quelques mois. Malgré tout, l’attaquant de 25 ans a gardé confiance en ses moyens sachant qu’il était toujours en mesure de se démarquer sur la patinoire. Et il avait raison! En déjouant Dan Ellis à deux reprises samedi, ses 34e et 35e buts de la saison, il a du coup établi une nouvelle marque personnelle, éclipsant son total de 33 réussi en 2011-2012. Si certains savoureraient ce moment, le principal intéressé voit plutôt cette situation comme une étape de plus de franchie.

« Ce n’est pas si spécial. Je tente de m’améliorer à chaque année et je crois que mon jeu s’est continuellement amélioré saison après saison », concède celui qui est devenu seulement le quatrième joueur du Tricolore depuis 1995-1996 à inscrire 35 buts en une saison. « Les chiffres viennent par séquence et il y a un peu de chances là-dedans aussi. Mes deux buts ont été très bien préparés. Tant que ça aide l’équipe à gagner, c’est ça l’important. »

Si les statistiques offensives de Pacioretty étaient le sujet chaud dans le vestiaire après la rencontre, c’est un autre aspect de son jeu qui a davantage retenu l’attention de son entraîneur au terme de la rencontre. Depuis son entrée en poste comme pilote des Canadiens, Michel Therrien a maintes et maintes fois soutenu l’importance du concept d’équipe. Une séquence en particulier en toute fin de rencontre illustre parfaitement ce qu’il veut inculquer à ses joueurs, c’est pour cette raison qu’il était encore plus fier de la soirée de travail de la première étoile de la partie.

« Max a tellement une belle attitude. La chose qui m’a le plus impressionné c’est que sur le dernier jeu, il aurait pu tenter de marquer son troisième but dans le filet désert. Mais il a quand même distribué la rondelle à David Desharnais », souligne Therrien. « Ce sont des petits détails comme ça qui peuvent en dire beaucoup sur la personne. »

En cette soirée humide à Sunrise, Pacioretty, Therrien, les joueurs du Tricolore et les milliers de partisans venus encourager leurs favoris en Floride sont tous repartis heureux pour différentes raisons. L’important c’est que deux autres points sont venus s’ajouter à la récolte.

Hugo Fontaine écrit pour canadiens.com.

Courriel HAUT DE PAGE ↑