Terminées les distractions

mercredi, 05.03.2014 / 19 h 08 canadiens.com

MONTRÉAL – Toutes les spéculations étant maintenant derrière lui, Thomas Vanek veut maintenant aider les Canadiens à gagner le plus souvent possible.

Le directeur général du Tricolore Marc Bergevin a sorti un lapin de son chapeau en faisant l’acquisition du franc-tireur des Islanders de New York, l’un des joueurs les plus convoités en sur le marché des transactions dans la LNH, mercredi. Sachant qu’il y avait une possibilité qu’il soit échangé pour une deuxième fois en l’espace de quelques mois seulement, Vanek est très heureux de se retrouver avec une équipe qu’il a souvent affrontée au fil des années.

« J’étais très excité lorsque j’ai appris la nouvelle, connaissant toute l’histoire de l’équipe », admet Vanek, qui a été acquis en compagnie d’un choix conditionnel de cinquième ronde au repêchage de 2014 en retour de l’espoir Sebastian Collberg et d’un choix conditionnel de deuxième tour en 2014. « Je suis venu jouer à Montréal tellement souvent lorsque j’étais avec les Sabres et j’ai toujours adoré venir jouer ici. L’atmosphère au Centre Bell est tellement électrique. »

Actuellement dans l’Ouest canadien, Vanek retrouvera ses nouveaux coéquipiers, et un ancien coéquipier à Buffalo en Daniel Brière, au cours de la journée de jeudi alors que le Tricolore sera à Phoenix. Joueur autonome sans compensation à la fin de la saison, Vanek a vécu de difficiles moments au cours des derniers mois, lui qui a été au centre de nombreuses rumeurs au cours des dernières semaines.

Bien qu’il n’y ait aucune garantie que son séjour avec le bleu-blanc-rouge se prolonge au-delà de 2013-2014, il veut simplement se concentrer sur ce qui se passe sur la patinoire et aider le plus possible sa nouvelle équipe dans le dernier droit.

« Pour être honnête, la dernière année a été difficile pour ma famille et moi », explique celui qui a inscrit 21 buts et amassé 53 points depuis le début de la campagne. « Lorsque j’ai commencé la saison à Buffalo, je me concentrais sur les Sabres. Lorsque j’ai été échangé aux Islanders, je ne pensais qu’à eux. Plus la date limite des transactions approchait, plus je savais qu’il y avait une possibilité que je déménage encore. Ça a été toute une année jusqu’à présent. Je veux simplement aider cette équipe à remporter le plus de matchs possible. »

En se greffant aux Canadiens, Vanek joint les rangs d’une formation qui est au plus fort de la course pour une participation aux prochaines séries éliminatoires. Avec moins de 20 rencontres à disputer au calendrier régulier, Montréal se trouve actuellement en bonne position de le faire, même si rien n’est encore assuré.

N’ayant pas pris part au tournoi printanier depuis la saison 2010-2011, le vétéran ailier gauche confesse qu’il avait très hâte de d'avoir une autre opportunité d’aider une équipe à aspirer aux grands honneurs. Sachant que tout peut arriver dans les séries, l’ayant vécu à quelques reprises alors que ses Sabres ont causé des surprises au cours des dernières années, il voit quelques similitudes à Montréal qui pourraient entrevoir de belles choses pour les partisans montréalais au printemps.

« La chose la plus importante est de faire les séries éliminatoires et maintenant j’ai une chance de le faire. C’est pour cette raison que nous jouons », mentionne Vanek, qui affiche une récolte de 20 points, dont 15 buts, en 26 rencontres éliminatoires dans la LNH. « Lorsque vous entrez dans les séries, tout peut arriver. Surtout avec Carey Price, qui d’après moi est un des meilleurs gardiens de la Ligue et j’ai joué avec Ryan Miller. Carey est au même niveau que lui. C’est de bon augure. »

S’il se fie à ce qu’il a vu de Price alors que les deux étaient à Sotchi, Vanek ne peut qu’avoir raison.

Hugo Fontaine écrit pour canadiens.com.

HAUT DE PAGE ↑