Dès le départ

jeudi, 19.12.2013 / 23 h 30 canadiens.com

ST-LOUIS – Pendant la majeure partie de la saison, la première période a été le pain et le beurre des Canadiens. Or, jeudi contre les Blues, la première période a été fatale pour la troupe de Michel Therrien.

Malgré quelques occasions avec un homme en plus, les Canadiens ont plutôt vu les locaux s’inscrire à la marque, en désavantage numérique de surcroît. Les Blues ont inscrit deux autres buts avant la fin du premier engagement tandis que la formation montréalaise n’a pu mettre fin à sa fameuse disette, n’étant pas en mesure de faire scintiller la lumière rouge lors des vingt premières minutes pour une huitième rencontre de suite.

« Le problème n’est pas de marquer des buts », d’expliquer le capitaine des Canadiens, Brian Gionta, au terme du revers de 5 à 1. « Nous faisons des erreurs. Nous ne jouons pas de la bonne façon. Nous avons donné un but à court d’un homme et quelques deux contre un sur notre jeu de puissance. »

Au cours des dix derniers matchs, les Canadiens n’ont inscrit qu’un but au premier engagement tandis que leurs adversaires ont fait délier les cordages à neuf reprises.

« C’est difficile lorsque tu te creuses un trou », de poursuivre Gionta, qui a obtenu quatre des 26 lancers des siens. « Tu commences alors à appliquer de la pression et tu ouvres le jeu. Tu ne peux suivre ton plan de match. Ça ne paye pas lorsqu’on se creuse un trou en première période. Nous sommes revenus en deuxième, mais les choses se sont écroulées de nouveau en troisième. »

« Nous avons des départs lents », d’ajouter Gionta. « Je ne sais pas si c’est notre préparation pour avoir ce niveau de désespoir dès le début du match. Lorsque nous sommes dans un trou, il semble que nous donnons une poussée. Nous devons commencer dès le début, pas la façon dont nous l’avons fait lors des six ou sept derniers matchs. »

Même avec un retard de trois buts après le premier engagement, les joueurs des Canadiens étaient loin de penser que les carottes étaient cuites, gardant espoir de revenir de l’arrière.

« Nous y croyons tous que nous pouvions revenir », d’indiquer Gallagher, l’auteur du seul filet pour le Tricolore, qui a du même coup atteint le cap des dix buts en 2013-2014. « La seule bonne nouvelle après la première période est qu’il restait encore quarante minutes de jeu. Nous voulions nous assurer de gagner la deuxième période puis la troisième. Nous avons eu des chances, mais nous n’en avons pas profité. »

Si les signes positifs étaient difficiles à trouver après la rencontre, l’entraîneur-chef Michel Therrien a tout de même apprécié la qualité du travail des unités en désavantage numérique, elles qui n’ont pas concédé de but à l’adversaire lors des six derniers matchs sur la route, repoussant les six jeux de puissance des Blues qui possèdent pourtant le cinquième meilleur jeu de puissance du circuit Bettman.

« C’est le seul temps où je peux dire qu’on a travaillé de la bonne manière, c’était en désavantage numérique », de conclure Therrien. « Le reste du match a été très difficile. »

Alexandre Harvey écrit pour canadiens.com.

Courriel HAUT DE PAGE ↑