Le Phénix

lundi, 02.12.2013 / 23 h 41 canadiens.com

MONTRÉAL – On ne sait pas si c’est la moustache ou autre chose, mais David Desharnais a vraiment retrouvé ses ailes.

Après avoir connu des moments difficiles au cours des dernières semaines, David Desharnais a prouvé lundi soir que ses bons résultats des derniers matchs n’étaient pas que le fruit du hasard. Une autre rencontre, une autre soirée de deux points.

« Il fait des bons jeux. Pour moi, ce qui est important, c’est qu’il se batte le long des bandes, qu'il soit le premier sur la rondelle et qu'il prenne de bonnes décisions », a souligné Michel Therrien au sujet de Desharnais, donnant en exemple sa deuxième mention d’aide en avantage numérique. « Même sur le but de Pacioretty, il y avait beaucoup d’efforts de sa part pour gagner la rondelle et faire la passe à Markov. C’est à ça que nous nous attendons de la part de David et c’est ce qu’il fait en ce moment. Son éthique de travail lui apporte de la confiance. C’est aussi simple que ça. »

Depuis le 15 novembre 2013, c’est donc le David Desharnais des beaux jours qui est réapparu, le même qui avait terminé au troisième rang des pointeurs des Canadiens avec 60 points en 2011-2012. Même si le but qu’il avait alors marqué à Columbus ne compte pas à sa fiche, il s’agit toutefois pour l’attaquant de Laurier-Station d’un de ses plus importants en carrière.

« Mon but en fusillade a été l’étincelle. Tout le monde était derrière moi. Quand je suis revenu au banc, j’étais plus content de la réaction des gars que de mon but. Cette réaction-là m’a donné un second souffle », a souligné Desharnais qui a depuis amassé huit points en huit matchs en plus de présenter un différentiel de plus-6.

N’ayant pas trouvé le fond du filet à ses 19 premiers matchs cette, et ayant passé quelques rencontres dans les estrades, Desharnais sait toutefois qu’il a toujours eu l’appui indéfectible de ses coéquipiers et, surtout, de son entraîneur.

« Même s’il a eu un passage à vide, nous avons toujours été à ses côtés. Mais le crédit lui revient. C’est lui qui s’est retroussé les manches et qui a sorti ses bottes de travail », a affirmé Michel Therrien qui a visiblement eu la main heureuse en réunissant Desharnais à son compagnon de toujours, Max Pacioretty. « C’est toujours dans l’adversité que tu vois les bonnes personnes et les gens de cœur. Présentement, on se doit d’être fier de lui. »

D’ailleurs David Desharnais est vu par plusieurs de ses coéquipiers, dont Max Pacioretty plus spécialement, comme étant un catalyseur en offensive, l’ailier ayant marqué huit buts depuis qu’il a retrouvé le numéro 51.

« C’est un gars excellent pour préparer des jeux. Parfois ça se voit dans mon jeu s’il ne produit pas puisque ça veut dire que je ne produis pas non plus », a soutenu Pacioretty qui a marqué son 10e de la saison ce soir. « C’est là que je crois qu’il est important de le pousser. C’est le joueur le plus généreux que je connaisse et il fait tout en son pouvoir pour que tu paraisses bien. Les gars comme Gally et moi doivent tenter de marquer à chaque occasion qu’il nous offre. »

C’est exactement ce qu’ils ont fait, puisque Rene Bourque et Pacioretty ont tous deux profité de sa générosité ce soir.

Et en ce qui concerne la moustache qu’il conserve toujours, même si Movember est terminé, Desharnais affirme qu’il s’agit surtout d’une question personnelle.

« Je ne suis pas un gars superstitieux. J’aime le look. C’est tout », assure le joueur de centre qui affiche toujours une pilosité faciale plutôt impressionnante.

Vincent Cauchy écrit pour canadiens.com.

Courriel HAUT DE PAGE ↑