À son meilleur

lundi, 23.09.2013 / 23 h 00 canadiens.com

MONTRÉAL – Lorsqu’il est sur une lancée, c’est très difficile d’arrêter Max Pacioretty.

Les Devils et Martin Brodeur l’ont appris à leurs dépens lors de la rencontre de lundi soir au Centre Bell alors que le numéro 67 a soulevé la foule à deux reprises, en avantage numérique de surcroît. Ses compagnons de trio David Desharnais et Daniel Brière ont chacun obtenu une mention d’aide sur un des buts.

Avec maintenant une récolte de quatre buts et une mention d’aide en matchs préparatoires, il n’est pas étonnant que le jeune vétéran s’attire les éloges de son entraîneur.

«Pacioretty est tellement un attaquant puissant. Il patine fort. Il a une bonne vitesse et il est venu au camp avec la bonne attitude. Il est en excellente forme physique » a vanté Michel Therrien au sujet du travail de l’ailier gauche de 24 ans. «C’est très demandant de jouer contre lui, surtout quand il utilise sa vitesse comme ça. Il fait vraiment la différence.»

Du côté du principal intéressé, Pacioretty n’hésite pas à mettre la complicité de son trio à l’avant-scène pour expliquer ses succès.

«Nous nous améliorons chaque jour. Nous parlons beaucoup et nous travaillons dur. Je me suis senti très confortable ce soir et je crois que ça a été le cas pour mes compagnons de trio également », a lancé Pacioretty qui a terminé la soirée avec sept tirs au but, soit trois de plus que n’importe quel autre joueur dans la rencontre. «Nous bougeons bien la rondelle. C’est comme si on savait déjà où les autres allaient être et nous ne pouvons que nous améliorer à partir de là. »

Avec un alignement ressemblant grandement à ce qu’il pourrait être le 1er octobre au soir contre les Maple Leafs, les joueurs du Tricolore ont disputé le genre de minutes auxquelles ils peuvent s’attendre lorsque la saison régulière se pointera le bout du nez.

«C’est énorme [d’avoir l’alignement complet]. Tu ne joues pas le même temps en matchs préparatoires, quand ce n’est pas l’équipe complète. Nous avions un alignement presque complet, alors je crois que c’est plus ressemblant à ce qui se passe en saison régulière », mentionne Pacioretty qui n’a joué que 29 secondes de moins que son temps moyen par match en 2012-2013. «Tout le monde joue son rôle et c’est une bonne façon de se préparer pour la saison. »

Parmi les éléments qui sont toujours à peaufiner en cours de saison, il y a l’avantage numérique, qui est sujet à de constants ajustements et modifications. Par contre lors de la rencontre de lundi, c’est un avantage numérique à point qui a fait payer le prix de leur inconduite aux joueurs des Devils.

«Nous utilisons la zone complète désormais. Il y a plus de menaces », souligne Pacioretty, faisant référence au fait que Brière soit droitier. «Les équipes commencent à utiliser seulement un gars en avantage du côté du tir sur réception et c’est encore plus facile de contrer ça. Tu veux utiliser tes armes et donner la rondelle à P.K., mais d’avoir Daniel sur le côté droit est une autre menace et ça ajoute une autre option. Ça devrait aider notre avantage numérique. »

Max Pacioretty et ses coéquipiers auront encore deux occasions de tester l’avantage numérique et bien d’autres choses mercredi et jeudi alors qu’ils disputeront les honneurs d’une série aller-retour contre leurs rivaux de la première ronde des séries en 2012-2013, les Sénateurs d’Ottawa.

Vincent Cauchy écrit pour canadiens.com.

HAUT DE PAGE ↑