Regarder de l'avant

lundi, 15.07.2013 / 11 h 12 canadiens.com

MONTRÉAL – Connor Crisp a acquis sa notoriété lorsqu’il a disputé un match devant le filet des Otters d’Erie en mars 2012, mais il veut s’assurer que sa carrière sera ultimement définie par quelque chose d’autre.

Lorsque le gardien partant Ramis Sadikov a été forcé de quitter une rencontre en première période face à Niagara après être entré en collision avec un joueur adverse, et que son adjoint Devin Williams était déjà absent suite à une blessure à la tête, l’attaquant de 6-pieds-4 et 225 livres a été désigné comme son remplaçant d’urgence. Prenant part à son premier match de la saison après avoir subi une blessure à l’épaule, Crisp a repoussé 32 des 45 lancers dirigés vers lui dans une défaite de 13 à 4 contre les IceDogs, se méritant la première étoile pour avoir gardé son équipe dans le match après 40 minutes de jeu. Toutefois, Crisp ne prévoit pas revêtir l’équipement de gardien de sitôt.

« Ça [L’expérience d’être gardien face à Niagara] revient à l’occasion. Naturellement, on m’a souvent posé des questions à ce sujet lorsque j’étais à Erie », partage le natif d’Alliston, en Ontario, qui a pris part au récent camp de perfectionnement annuel des Canadiens, quelques jours après avoir été sélectionné au 71e rang au repêchage 2013 de la LNH. « C’était toute une expérience. Puisque j’ai maintenant été repêché, ça démontre que c’était une occasion unique. C’est arrivé, j’ai fait ce que j’ai fait et maintenant je suis ici pour me faire un nom en tant qu’ailier gauche avec les Canadiens de Montréal. »

Ignoré à sa première année d’éligibilité au repêchage de la LNH suite à la saison 2011-2012 après n’avoir pris part qu’à six parties en raison d’une blessure, Crisp a rebondi cette saison dans l’OHL, faisant tourner les têtes partout où il est passé. En plus d’amasser 22 buts et 36 points en 63 matchs, le jeune homme de 19 ans a passé 139 minutes au banc des punitions, un sommet dans son équipe, en plus de laisser tomber les gants à neuf reprises cette saison pour les Otters.

« Il est tout un athlète et il est solide », confirme le directeur du recrutement amateur des Canadiens, Trevor Timmins, soulignant que Crisp a terminé parmi les meneurs dans presque tous les tests physiques lors du Combine des Canadiens, au mois de juin. « Oui, nous avons comblé un besoin en le repêchant. À un certain point, vous devez le faire. »

Se décrivant comme un attaquant de puissance qui aime avoir l’opportunité d’établir sa position devant le filet en étant physique, Crisp, grâce à son acharnement et son instinct de compétiteur, a rapidement attiré l’attention de l’entraîneur-chef des Otters Kris Knoblauch, qui a pris les rênes de la formation de la Pennsylvanie en novembre 2012. Utilisé à toutes les sauces, Crisp était un régulier sur l’avantage numérique en plus de faire du temps supplémentaire sur les unités spéciales en infériorité numérique en deuxième moitié de saison 2012-2013.

« Je crois qu’il est un joueur bien équilibré. Il comprend le jeu et il est un joueur très intelligent », explique le pilote des Otters, ajoutant que Crisp est excellent en possession de la rondelle en plus de ne pas avoir froid aux yeux. « Pour un gars imposant, il n’a pas peur avec la rondelle. Connor comprend qu’on marque des buts en étant autour du filet. Il aime aller dans ce secteur. Il est très bon pour faire dévier la rondelle. Il travaille beaucoup sur cet aspect lors des entraînements parce qu’il sait que s’il désire aller loin au hockey, c’est quelque chose qu’il devra faire. Il a beaucoup de fierté dans cet aspect de son jeu et il veut s’améliorer. »

Souhaitant transporter son style de jeu robuste de l’OHL jusqu’à la LNH à un certain point dans un futur pas si lointain, Crisp comptera sur sa maturité et sa force mentale pour éventuellement atteindre son plein potentiel sur la glace.

« Connor passe de nombreuses heures au gymnase et c’est de son plein gré. Beaucoup de joueurs d’âge junior n’ont pas ce dévouement », mentionne Knoblauch, qui s’attend que son protégé exerce un leadership encore plus grand sur la patinoire et à l’extérieur la saison prochaine en plus d’améliorer sa constance en offensive. « Je crois que ça [la saison 2011-2012] a été dur pour lui puisqu’il n’a pas pu jouer souvent en raison de sa blessure. Je crois que ces situations font parfois réaliser des choses aux joueurs. Ils réalisent que le hockey peut leur être retiré comme ça. Je crois qu’il en profite au maximum [de l’opportunité qu’il a maintenant]. »

Souhaitant déjà obtenir une invitation au camp des recrues des Canadiens en septembre prochain, Crisp est conscient que le chemin pour devenir un joueur de la LNH à temps plein est rempli d’embûches et qu’il devra travailler fort et y être dévoué. Heureusement pour lui, son arbre généalogique compte l’ancien entraîneur de la LNH Terry Crisp et le dépisteur de longue date Jeff Crisp, qui ont pu lui apprendre des leçons qui lui ont été utiles tout au long de sa carrière au hockey.

« Je crois que la chose la plus importante [qu’ils m’ont appris] est de demeurer concentré », mentionne Crisp, qui admet qu’il devra améliorer sa rapidité et son jeu dans les espaces restreints dans le futur. « Vous obtenez beaucoup d’attention, surtout lorsque vous êtes au hockey mineur. Les gens ont de grandes attentes à votre endroit et vous ne pouvez pas vous enfler la tête. Vous devez vous pratiquer tous les jours et faire ce que vous devez faire afin de vous améliorer tous les jours.

« [L’ancien entraîneur-chef des Otters] Robbie Ftorek m’a [aussi] beaucoup aidé à comprendre le jeu », poursuit-il. « Il m’a appris certaines choses du hockey que je ne savais même pas qui existaient. Il allait sur la patinoire deux heures avant l’entraînement afin de travailler sur son jeu en tant qu’ancien joueur. Il nous disait tout le temps : ' Vous devez aimer le hockey. Vous devez vouloir être ici. C’est ça qui vous permettra d’atteindre vos buts. »

Avec ces leçons en tête, Crisp se dirige certainement dans la bonne direction.

Matt Cudzinowski écrit pour canadiens.com. Texte traduit par Hugo Fontaine.

HAUT DE PAGE ↑