Voir de l’avant

lundi, 24.06.2013 / 10 h 12 canadiens.com

MONTRÉAL – Souvent, la meilleure chose qu’un joueur peut faire pour oublier une saison difficile est de penser à celle qui suivra.

Malgré la conquête du championnat de la Division Nord-Est des Canadiens en 2012-2013, ce n’est pas tous les joueurs dans l’équipe qui ont trouvé leur rythme de croisière lorsque le lock-out a pris fin en janvier dernier. Étant en voie de connaître la meilleure campagne de sa carrière la saison précédente, Travis Moen a plutôt dû rater 34 rencontres en deuxième moitié de calendrier en raison d’une blessure au haut du corps. Bien que Moen est revenu cette saison plus physique que jamais pour le Tricolore, il a été incapable de retrouver sa touche offensive qui l’a vu inscrire neuf buts et sept mentions d’aide en 48 matchs en 2011-2012.

Après avoir obtenu une prolongation de contrat de quatre saisons du directeur général Marc Bergevin l’été dernier, Moen s’est vu confiné au quatrième trio par l’entraîneur-chef Michel Therrien, majoritairement aux côtés de Ryan White et Colby Armstrong. Avec encore trois années à écouler à son entente avec le bleu-blanc-rouge, l’objectif de Moen sera de hausser son implication physique d’un cran en 2013-2014, tout en continuant de contribuer offensivement le plus possible.

« Je crois que je devrai jouer avec un peu plus d’intensité », a admis le robuste attaquant de 31 ans, qui a conclu la campagne avec une récolte de deux buts et six points. « J’ai parlé avec l’entraîneur et il veut que je sois plus intense, c’est quelque chose que je tenterai de faire dans le futur.

« Je tente d’amener un aspect physique à chacune de mes présences et de jouer mon style », a-t-il ajouté. « L’entraîneur pense que je peux en donner plus et c’est ce que je ferai. »

Alors que Moen tentera d’augmenter son niveau d’intensité lorsque les Canadiens amorceront leur prochaine saison, il le fera sur des bases solides. Avec 82 mises en échec à sa fiche en 45 parties, le natif de Stewart Valley en Saskatchewan a surpassé sa récolte de 75 obtenues en 48 rencontres la saison précédente.

En passant un peu plus de 101 minutes sur la patinoire en infériorité numérique, Moen a d’ailleurs mené les attaquants du Tricolore dans cette catégorie. Il a également pris le deuxième rang de l’équipe en participant à quatre combats, n’étant devancé que par Brandon Prust.

« Peu importe la situation où je suis utilisé, je donne mon maximum. C’est là-dessus que je tente de mettre l’emphase », explique Moen, qui a laissé tomber les gants face à Chris Thornburn, B.J. Crombeen, Gregory Campbell et Wayne Simmonds cette saison. « Me battre fait partie de mon jeu. C’est ce qui m’a permis d’atteindre la LNH et ce n’est pas quelque chose que j’ai peur de faire. »

Avec une autre saison derrière la cravate et alors que la formation montréalaise continue de grandir dans l’espoir d’atteindre un autre niveau la saison prochaine, Moen ne pense seulement qu’à son futur au sein de cette équipe, prêt à profiter au maximum de la durée restante de son contrat.

« Je veux jouer et aider l’équipe à gagner », a-t-il conclu. « Je dois toutefois m’améliorer et prouver à nouveau ce que je sais faire. »

Justin Fragapane écrit pour canadiens.com. Texte traduit par Hugo Fontaine.

HAUT DE PAGE ↑