Un retour réussi

jeudi, 13.06.2013 / 15 h 30 canadiens.com

MONTRÉAL – Le retour de Francis Bouillon à Montréal lui aura permis de démontrer que, malgré son âge, il lui restait encore beaucoup d’essence dans le réservoir.

En acceptant de revenir dans le giron de l’équipe avec laquelle il avait passé la majorité de sa carrière dans la LNH, Bouillon savait que son rôle serait un peu différent de celui qu’il remplissait avant son départ de Montréal, lors de l’été 2009. Devenu le doyen de la brigade défensive du Tricolore dès l’instant où il a apposé sa signature au bas de son contrat, l’athlète de 37 ans savait qu’on allait miser sur lui pour aider les jeunes défenseurs. Cependant, il ne voulait pas uniquement être un professeur, il voulait également faire sa marque pour aider son équipe à connaître des succès.

« En général je suis bien satisfait de ce que j’ai réalisé cette saison. Quand j’ai signé mon contrat l’été dernier, je voulais faire partie des six défenseurs à chaque match et aussi demeurer en santé. Je crois que toutes ces choses-là ont bien été pour moi », raconte Bouillon, qui a pris part à toutes les rencontres des Canadiens en saison régulière de même qu’en séries éliminatoires, récoltant neuf points au passage. « J’ai quand même connu une bonne saison, j’ai fait partie d’une bonne solution puisqu’on voulait améliorer cette équipe-là et la rendre gagnante. Sur ces points-là, ça a bien été tout au long de la saison. »

Impatient à l’idée d’endosser de nouveau le chandail bleu, blanc et rouge, Bouillon a dû attendre quelques mois de plus avant de renouer officiellement avec les partisans montréalais en raison du lock-out. Lorsque les activités ont repris leur cours normal en janvier, le vétéran défenseur a rapidement constaté qu’il avait pris la bonne décision en rentrant au bercail.

Son efficacité dans sa zone et son courage ont été des facteurs importants tout au long de la saison pour les Canadiens et le fait qu’il a prouvé à tous les observateurs et à lui-même qu’il était toujours le même joueur que par le passé n’a fait que rendre son retour à la maison encore plus agréable.

« J’ai adoré mon retour à Montréal. Lors du match d’ouverture quand on a porté le flambeau, il y avait beaucoup d’émotions », rappelle Bouillon au sujet des cérémonies lors de l’ouverture locale au Centre Bell. « J’ai apprécié chacun des moments cette année. Tous les beaux moments, les victoires et même quand ça allait un peu moins bien comme en fin de saison. On a affronté l’adversité une fois de temps en temps, mais je pense qu’on s’est tout le temps bien relevé.

« Pour moi ça a été une belle saison, je suis bien heureux de ce qui s’est passé », manifeste-t-il. « C’était en plus très facile pour moi et ma famille d’être de retour chez nous et de jouer devant mes amis et ma parenté. »

Comme pour plusieurs autres vétérans, disputer 48 rencontres en un peu plus de trois mois a été toute une commande pour Bouillon. On a beaucoup compté sur lui lorsque des défenseurs sont tombés au combat et il a veillé au grain lorsque certaines recrues ont fait leur apparition dans l’alignement. Bien qu’il ait rempli son rôle à la perfection, ce ne fut pas de tout repos, ne bénéficiant que de quelques jours de congé durant l’année pour recharger les batteries avant de reprendre du service.

« Personne ne savait à quoi s’attendre, mais ça a été difficile. Ça a été dur physiquement et mentalement aussi », atteste Bouillon, qui a tout de même terminé au cinquième rang chez le Tricolore au chapitre des mises en échec avec 78. « On finissait un match au Centre Bell et on prenait l’avion tout de suite après parce qu’on jouait le lendemain. Ce n’était pas facile. Mais tous les joueurs dans la Ligue avaient le même calendrier et ça a été comme ça durant toute la saison. »

Contrairement à l’année dernière alors qu’il ne savait pas ce que l’avenir lui réservait, Bouillon pourra profiter pleinement de l’été sachant qu’il sera de retour au Centre Bell en 2013-2014, lui qui a paraphé un nouveau contrat d’un an en mars dernier. À l’image des partisans qui ont vu leurs favoris effectuer toute une remontée au classement au cours de la dernière campagne, il croit que le meilleur est encore à venir pour le Tricolore et que tous les espoirs sont permis.

« On a vu que du positif cette année et on ne va que continuer à s’améliorer », partage Bouillon, qui entamera sa 14e saison dans la LNH l’automne prochain. « Cette année était la première année pour le nouveau personnel en place dans l’organisation et on a tous appris au cours de cette saison. Je suis persuadé qu’on aura une équipe encore meilleure l’année prochaine. »

Hugo Fontaine écrit pour canadiens.com.

HAUT DE PAGE ↑