Un bon soldat

mercredi, 19.06.2013 / 14 h 59 canadiens.com

MONTRÉAL – Yannick Weber n’a peut-être pas vu beaucoup d’action en 2012-2013, mais le Suisse de 24 ans n’est pas prêt à qualifier sa dernière campagne de gaspillage.

Participant à seulement six rencontres au cours de la saison compressée en raison du récent lock-out, le défenseur au coup de patin fluide voit cette situation comme si le verre était à moitié plein et il croit qu’elle lui sera bénéfique à long terme.

« Ce n’est pas [un scénario] idéal. Vraiment pas », affirme Weber, qui a disputé 115 rencontres depuis qu’il a fait ses débuts dans la LNH avec le Tricolore en 2008-2009. « Je suis encore jeune et j’ai encore beaucoup à apprendre. La dernière saison a été plus difficile mentalement que sur la glace. Peut-être que dans quelques années, je verrai que c’était bon de vivre une saison comme celle-là, que ça aura été bénéfique psychologiquement pour moi. »

Participer à 54 matchs de moins qu’en 2011-2012 a été parfois frustrant pour l’olympien en 2010, lui qui a observé la majorité des 48 parties du calendrier du haut de la galerie de presse. Après avoir terminé au troisième rang chez les meilleurs pointeurs du côté des défenseurs du Tricolore il y a un an, Weber n’a récolté que deux mentions d’aide en plus d’un différentiel de moins-1, tout en passant en moyenne 13:45 sur la patinoire au cours de ses six présences pour la troupe de Michel Therrien.

« Ce n’était certainement pas facile. C’était aussi une saison bizarre en raison du lock-out », confie-t-il, lui qui a en plus raté huit rencontres en raison d’une blessure au genou subie le 7 mars, en Caroline. « Nous avions huit défenseurs en santé dans l’équipe [durant la majorité de la saison]. Nous avons enregistré plusieurs victoires en début de saison, c’était donc difficile pour moi d’obtenir une chance de jouer. Nous n’avons pas obtenu de véritable camp d’entraînement et de matchs hors-concours, obtenir une chance de me tailler une place parmi les six premiers défenseurs était dur. J’ai donc été patient, j’ai attendu mon tour tout en travaillant fort et en demeurant positif. »

C’était plus facile à dire qu’à faire pour Weber, qui a vu les recrues Jarred Tinordi, Greg Pateryn et Nathan Beaulieu être rappelés de Hamilton et obtenir une opportunité de jouer à la ligne bleue des Canadiens. Malgré tout, le jeune vétéran signale que le fait que des joueurs moins expérimentés lui ont été préférés ne devrait pas être interprété comme un manque de confiance en ses habiletés.

« J’ai eu de bonnes discussions avec Marc [Bergevin] et Michel [Therrien]. Ils m’ont tous les deux dit qu’ils étaient fiers de moi, que j’avais travaillé fort et que j’ai été un professionnel durant la saison », partage Weber, qui a été intégré dans la formation par Therrien à quatre occasions en fin de saison régulière. « Ils m’ont confié qu’ils savaient que j’étais capable de jouer ici et que j’étais un défenseur de la LNH. Ils ont ajouté qu’ils avaient confiance en moi. C’était bien d’avoir cette conversation. Maintenant, je vais m’attaquer à la saison estivale et travailler fort en vue de la prochaine campagne.

« Être continuellement retranché de l’alignement n’était pas facile », poursuit l’ancienne vedette de la Ligue américaine, qui a songé à aller poursuivre sa réhabilitation à Hamilton en cours de saison avant de changer d’idée. « Durant toute l’année, mes entraîneurs et mes coéquipiers m’ont tous encouragé et ont été bons avec moi. C’est bien de savoir qu’ils apprécient que je sois ici. »

Pensant déjà au début de la prochaine saison, celui qui deviendra joueur autonome avec restriction cet été espère ne pas revivre la même situation l’an prochain. Souhaitant forcer la main de son directeur général au prochain camp d’entraînement, Weber est motivé à profiter au maximum de sa préparation estivale et à revenir à Montréal au sommet de sa forme.

« C’est la même chose pour tout le monde. C’est l’été et personne ne jouera pendant quatre mois. En septembre lorsque s’amorcera le camp d’entraînement, tout le monde est dans le même bateau », souligne Weber à propos du fait d’obtenir une chance comme tous les autres candidats de se tailler une place à la ligne bleue du Tricolore. « Je serai prêt et ce sera différent de cette année puisque nous disputerons des matchs hors-concours et un véritable camp. J’aurai une opportunité différente que la dernière saison. »

Matt Cudzinowski écrit pour canadiens.com. Texte traduit par Hugo Fontaine.

Courriel HAUT DE PAGE ↑