Un point par-ci, un point par-là

lundi, 25.02.2013 / 23 h 40 canadiens.com

OTTAWA - Il y a des défaites qui font plus mal que d’autres, mais parfois c’est pour des raisons différentes.

Les Canadiens ont tout fait lundi soir à Ottawa pour repartir de la capitale nationale avec les deux points en poche. Ils ont mis beaucoup de pression sur leur adversaire, ils ont toujours été en mouvement et ils ont effectué plusieurs lancers au filet. Beaucoup de lancers au filet.

N’eût été du gardien des Sénateurs Ben Bishop, qui avait été nommé la troisième étoile de la dernière semaine d’activités dans la LNH avant la rencontre, le Tricolore aurait obtenu un résultat probablement fort différent de la défaite de 2 à 1 qu’il a subi en tirs de barrage.

« Il a joué tout un match, tout le crédit lui revient. C’est l’histoire du match », admet l’entraîneur-chef des Canadiens Michel Therrien, au sujet du gardien adverse qui a repoussé 44 des 45 lancers dirigés vers lui. « Nous avons tout de même joué un solide match, du début à la fin. On a frappé trois poteaux. Le résultat n’était pas de notre côté, mais il faut quand même prendre le positif. »

Dans la défaite, le Tricolore a tout de même réussi à décrocher un point dans une huitième partie d’affilée. Cette séquence s’est justement amorcée suite au cuisant revers qu’il avait subi aux mains de leur prochain adversaire, les Maple Leafs de Toronto. Ce 27e point récolté lundi permet également à la troupe de Michel Therrien de conserver sa place au sommet du classement dans l’Association de l’Est. Ce point n’est peut-être pas suffisant aux yeux de certains, mais il aura été pleinement mérité.

« Vous vous sentez toujours comme si vous aviez laissé tomber l’équipe lorsque vous ne récoltez pas les deux points. Surtout lorsque vous ne marquez pas assez de buts », mentionne Max Pacioretty, qui en obtenant une mention d’aide sur le but d’Andrei Markov en deuxième période, a pris la tête des meilleurs pointeurs des Canadiens avec 14 points. « Nous jouons du bon hockey, donc nous n’avons qu’à travailler que certaines choses et faire plus de circulation devant le filet. Leur gardien a bien joué, mais je crois que nous l’avons fait mieux paraître qu’il ne l’a été.

Malgré leurs mines basses, les joueurs savent qu’ils peuvent bâtir de cette performance et continuer d’aller de l’avant. Ils ont bien défendu leur gardien en ne concédant que 24 lancers, leur avantage numérique a réussi à s’imposer et ils ont été disciplinés, comme le témoigne le total de deux minutes qu’ils ont passées au cachot durant la totalité de la rencontre.

En fin de compte, c’est certain que c’est le résultat qui compte, mais même l’homme en charge sait que sa troupe a tout laissé sur la patinoire de la Place Banque Scotia.

« J’ai aimé la manière qu’on a joué ce soir, on avait quand même beaucoup d’autorité sur la patinoire », explique Therrien. « Il va y avoir des soirs où le résultat ne sera pas de notre côté, c’est normal. »

Il faut donc prendre les points lorsqu’ils se présentent, comme lundi soir.

Hugo Fontaine écrit pour canadiens.com.

Courriel HAUT DE PAGE ↑