Le retour de Gallagher

vendredi, 22.02.2013 / 13 h 59 canadiens.com

BROSSARD -- Il faut croire que Brendan Gallagher est fait du même matériel que Max Pacioretty.

Moins d'une semaine après avoir subi une commotion cérébrale à la suite d'une mise en échec de Luke Schenn, le jeune attaquant était de retour à l'entraînement vendredi matin, en vue de la rencontre de samedi soir contre les Rangers de New York.

«Ça fait trois jours que je patine. Aujourd’hui était mon premier jour avec des contacts», a mentionné Gallagher qui a dû patienter pendant de courts moments qui ont paru bien longs avant de revenir au jeu. «Il y a beaucoup d’étapes à suivre avant de revenir dans l’alignement, il y a un protocole à respecter. C’est frustrant parce que ça prend du temps. Tu sens que tu es prêt à revenir, mais tu dois suivre les étapes. C’est important pour ma santé.»

Victime d’une légère commotion cérébrale infligée par un impact avec Brendan Leipsic lors de son séjour avec les Giants de Vancouver, Brendan Gallagher savait très bien à quoi s’attendre dans les heures qui ont suivi l’incident.

«Quand je me suis réveillé dimanche, Josh [Gorges] m’a dit que je n’arrêtais pas de me répéter et ce genre de chose. Ça fait partie de la commotion», s’est souvenu le jeune homme de 20 ans. «Le jour même, tu te sens bien. Mais le lendemain, tu te rends compte qu’il y a quelque chose de différent. Je me souviens de certains bouts, mais les gars ont dû me rappeler certaines choses. Je suis chanceux que mon corps revienne à la normale aussi rapidement.»

Dès qu’il a obtenu le feu vert des médecins pour s’entraîner sans restrictions avec ses coéquipiers, Gallagher a repris là où il avait laissé, alors que Michel Therrien l’a de nouveau réuni à David Desharnais et Max Pacioretty, les deux joueurs avec qui il évoluait lorsqu’il est tombé au combat samedi dernier.

«C’est bien de revenir au sein de leur trio. Ce sont deux très bons joueurs et d’être avec eux, c’est bien», a expliqué Gallagher. «Par contre, les choses peuvent toujours changer très rapidement. Je vais continuer de faire les mêmes choses qu’avant et souhaiter avoir du succès.»

Quant à ce qui est arrivé dans la rencontre face aux Flyers, Gallagher mentionne que c’est le genre de chose qui arrive dans un sport aussi rapide et physique que le hockey.

«Je comprends le sport. Quand tu joues, tu sais dans quoi tu t’embarques. C’est un sport de contact et tu vas te faire frapper», rappelle Gallagher qui ne tient pas rigueur à Schenn pour ce qui est arrivé. «Je n’ai pas de ressentiment envers lui. J’ai apprécié qu’il m’envoie un message texte par après.»

Suite aux multiples étapes par lesquelles il est déjà passé, il n’en reste plus qu’une avant que Gallagher ne se retrouve à nouveau sur une glace de la LNH pour un match. Et cette étape, ce sera samedi matin, alors qu’il rencontrera le docteur pour une dernière fois... enfin, il l’espère.

«Je rencontre le docteur tous les jours. J’imagine que quand tout sera terminé, il va être tanné de me voir.»

Samedi matin Brendan, samedi matin...

Vincent Cauchy écrit pour canadiens.com.

Courriel HAUT DE PAGE ↑