La surprise

jeudi, 21.02.2013 / 23 h 31 canadiens.com

MONTRÉAL – Un surplus de confiance peut causer des surprises. Et ces surprises, elles ne sont pas toujours bonnes.

C’est avec un peu moins de dix points d’écart au classement que les Islanders ont rendu visite aux Canadiens, forts d’une séquence de cinq victoires d’affilée. Mais la troupe de Michel Therrien a appris à ses dépens qu’il ne faut jamais sous-estimer une formation qui compte dans ses rangs des joueurs comme John Tavares, ou encore Matt Moulson, auteur de deux buts en avantage numérique.

«C’était le genre de match qui me faisait peur. Des fois, tu as un surplus de confiance et tu crois que ça va être facile. On s’est fait jouer un tour», a offert Francis Bouillon à propos de la remontée des Islanders, qui ont amorcé la deuxième période avec un déficit de deux buts. «On est sortis forts. Après deux à zéro, on croyait que ça allait être facile comme ça pendant trois périodes. On s’est un peu laissé aller là-dessus. Les punitions nous ont coûté deux gros buts. On les a laissés revenir dans le match et on n’a pas pu rivaliser après. C’est un gros deux points qu’on a laissé partir et on est les seuls à blâmer. »

La position des Islanders au classement ne reflète aucunement les capacités offensives de la troupe de Jack Capuano en avantage numérique. Celle-ci domine la LNH pour ce qui est du pourcentage d’efficacité sur la route, en plus de se retrouver au quatrième rang au total. Et quand l’adversaire compte parmi les équipes les plus pénalisés du circuit Bettman, la prudence est de mise.

«Ils ont un excellent avantage numérique, ils ont de très bons joueurs. Nous en avions parlé avant la rencontre. Nous ne pouvons pas accorder deux buts en désavantage numérique comme ça», a souligné Travis Moen, par rapport aux cinq pénalités mineures décernées au Tricolore. «Nous avons eu une excellente première période. Nous avions des ailes sur la glace. En seconde période, la vapeur a été renversée. Nous n’avons pas fait du bon travail pour envoyer des rondelles derrière les défenseurs et utiliser notre vitesse.»

Malgré la défaite, il faut souligner le retour du Max Pacioretty des beaux jours, alors que le jeune ailier gauche a poursuivi sa séquence de matchs avec au moins un but, en profitant pour déjouer Evgeni Nabokov à deux reprises. Après avoir cumulé six points à ses dix premiers matchs, l’attaquant de puissance compte maintenant une récolte de sept points, dont quatre buts, à ses quatre derniers matchs.

«Les choses allaient beaucoup mieux quand je ne marquais pas et que nous gagnions des matchs», a toutefois lancé Max Pacioretty avec un grain de sel. «Nous avons complètement oublié notre plan de match et ils ont saisi l’occasion de nous faire mal paraître. C’est embarrassant d’avoir une avance comme ça et de dévier de notre plan de match autant.»

Même si le résultat n’est pas celui escompté, il ne faut pas oublier que les Canadiens ont obtenu au moins un point lors de huit de leurs dix derniers matchs et qu’à son réveil la troupe de Michel Therrien sera encore au sommet du classement dans l’Est.

Courriel HAUT DE PAGE ↑