Vers une quatrième

lundi, 18.02.2013 / 12 h 53 canadiens.com

BROSSARD – Dans le calepin aujourd’hui: le lave-vaisselle de Michel Therrien, le sous-sol de Carey Price et Gorges sur la Caroline.

En route vers quatre - Ce sont deux équipes en quête d’une quatrième victoire de suite qui s’affronteront au Centre Bell, alors que les Hurricanes sont à Montréal. Avec une fiche de 8-4-1 (17 points), les Hurricanes sont au sommet de la Division Sud-ouest et troisième dans l’Est. Alimentés par les attaquants Eric Staal, qui a enregistré des points lors de ses 11 derniers matchs, et son frère Jordan, deuxième meilleur pointeur de l’équipe avec 12 points, les Hurricanes ont obtenu au moins un point à leurs six dernières rencontres.

«C’est une équipe qui joue très bien dernièrement et je crois que leurs deux meilleurs centres fournissent un bon "1-2 punch" », a souligné le vétéran de neuf saisons, Josh Gorges, qui a mis l’emphase qu’il sera important de garder la tête froide devant la troupe de Kirk Muller. «Ils ont deux trios qui peuvent vraiment frapper et les autres travaillent très dur. Alors on veut rester concentrés, faire de notre mieux et avoir encore du succès en tant qu’équipe ce soir.»

Le lave-vaisselle – Avec l’absence de Brendan Gallagher, l’entraîneur Michel Therrien a décidé de réintégrer l’attaquant Ryan White dans la formation, et devrait se retrouver au centre du quatrième trio. White a raté les quatre derniers matchs des siens, après avoir écopé d’une mauvaise pénalité lors du match du 7 février face aux Sabres. Pour s’assurer de bien expliquer les étapes de sa démarche avec White aux membres de médias, Therrien y est allé d’une analogie pour le moins inusité.

«C’est un peu comme un enfant qui arrive à un âge où il peut amener son assiette au lave-vaisselle. La première fois, tu vas lui dire. S’il ne le fait pas, tu vas lui expliquer. Puis tu vas lui passer un message. Et ensuite viennent les conséquences. Pas de téléphone, pas d’Internet», a lancé simplement Michel Therrien lors de son point de presse. «Honnêtement, c’est la même chose, mais à un niveau différent. La première fois, je lui ai parlé. La deuxième fois, il y a eu une petite conséquence. La troisième fois, il est arrivé ce qui est arrivé, en espérant que ça ne se reproduise plus.»

L’antivirus - Au repos forcé pendant quelques jours en raison d’un virus, Carey Price était de retour à l’entraînement avec ses coéquipiers lundi matin. Michel Therrien a toutefois assuré que Price ne serait pas le gardien partant pour la rencontre avec la Caroline.

«J’ai juste attrapé quelque chose. Je ne sais pas si c’est la grippe ordinaire, mais c’était assez intense. Quand je me suis levé vendredi, j’ai déjeuné et je savais que quelque chose ne tournait pas rond. Ça a progressivement empiré. Je n’ai pas dormi de la nuit, j’ai eu de la fièvre, toute la panoplie», a laissé savoir Price qui ne s’est pas présenté au Centre Bell samedi soir, afin de se reposer, mais aussi pour ne pas contaminer ses coéquipiers. « J’ai regardé le match de mon sous-sol. Les gars ont bien joué défensivement et ils ont marqué quelques buts. Et Buds [Peter Budaj] a bien joué aussi.»

Maintenant, le cerbère de 25 ans est en processus de retour à la normale, lui qui se retrouve toujours au sommet de la LNH pour le nombre de victoires, avec huit, sur un pied d’égalité avec Marc-André Fleury des Penguins et Viktor Fasth des Ducks.

«Je me sens comme si je n’avais rien fait durant quatre jours. Mon niveau d’énergie est bas, je me sens un peu mou, mais c’est probablement le résultat quand tu restes assis dans une pièce sombre pendant quatre jours», a confié Price qui a mentionné qu’il verrait mardi matin s’il lui sera possible de reprendre du service, contre les Rangers.

Vincent Cauchy écrit pour canadiens.com.

Courriel HAUT DE PAGE ↑