Le général se lève

mardi, 22.01.2013 / 22 h 50 canadiens.com

MONTRÉAL – Alors que des jeunes loups ont vécu leurs premiers beaux moments dans la LNH, c’est le général en défensive qui a mené les troupes à la victoire, mardi soir.

N’ayant pris part qu’à 69 rencontres depuis la saison 2009-2010 en raison de nombreuses blessures, Andrei Markov avait beaucoup de choses à prouver à l’aube de la campagne. Voulant démontrer qu’il fait toujours partie de l’élite de la LNH, le vétéran défenseur a pris les choses en main face aux Panthers et a permis au Tricolore de savourer un gain de 4 à 1, son premier gain de la campagne.

« Ce n’est pas seulement à cause de moi, toute l’équipe a bien joué. C’était un bon match », raconte Markov qui suite à ses deux buts, trouvait le fond du filet pour la première fois depuis le 9 novembre 2010. « Chaque but est spécial, chaque victoire est spéciale. Je suis heureux d’être de retour et d’être en santé. J’aime bien jouer ici devant nos partisans. »

Même si le Russe de 34 ans tente encore de retrouver son rythme de croisière, son entraîneur-chef sait mieux que quiconque ce qu’il peut emmener match après match. Après l’avoir dirigé lors de son premier passage derrière le banc des Canadiens au début des années 2000, Michel Therrien sait exactement qu’il peut faire confiance à Markov sur la surface glacée et il n’hésite pas à l’utiliser à profusion, comme le témoigne sa moyenne de presque 24 minutes d’utilisation par match jusqu’à présent.

« Quel général. Andrei est un joueur où il se sent le mieux c’est sur une patinoire de hockey. C’est là qu’il s’exprime le mieux, c’est là qu’il a du plaisir», explique Therrien qui savourait sa première victoire avec le Tricolore depuis son retour avec l’équipe, en juin dernier. « Encore une fois ce soir, autant offensivement qu’il a marqué deux buts, il a contrôlé le jeu à sa manière des deux côtés de la patinoire. Défensivement il est solide. »

Jumelé à son compatriote Alexei Emelin, Markov s’avère être un excellent modèle pour son jeune coéquipier, et un traducteur hors-pair lorsque vient le temps de lui transmettre certaines consignes de son entraîneur. Le nouveau pilote du Tricolore ne pouvait demander mieux, à tous les points de vues.

« Il forme un bon duo avec son partenaire Emelin. J’aime bien ces deux joueurs-là ensemble, ils communiquent bien, c’est plus facile pour eux de communiquer. Mon russe n’est pas encore à point », confie Therrien à la blague.

Reconnu davantage pour alimenter ses coéquipiers que pour trouver le fond du filet à profusion, Markov a admis ne pas se souvenir la dernière fois qu’il avait inscrit deux buts dans la même partie. Normal, cela remontait à plus de trois ans, à Long Island, le 19 décembre 2009. Lui-même un peu surpris, le principal intéressé croit qu’il ne fait que profiter des chances qui se présentent à lui.

« Je crois que tout le monde doit être un tireur. Si vous avez une occasion de le faire, pourquoi pas? », confie Markov qui a fait mouche à chaque occasion en avantage numérique. « S’il y a de la circulation devant le filet adverse, prenez le lancer. »

Gageons que ses coéquipiers en ont pris note.

Hugo Fontaine écrit pour canadiens.com.

Courriel HAUT DE PAGE ↑