Le moment de briller

mardi, 22.01.2013 / 12 h 31 canadiens.com

BROSSARD – Partout où il passe, Brendan Gallagher connaît du succès. Maintenant, c’est à Montréal qu’il débarque.

Lors du camp d'entraînement 2011-2012, Brendan Gallagher avait fait tourner bien des têtes. Il y avait disputé cinq matchs, obtenant au passage une mention d’aide et dirigeant 14 tirs au but.

Dernier joueur alors retranché, Gallagher a repris le chemin de Vancouver avec une seule idée en tête, revenir à Montréal le plus tôt possible. En raison du lock-out, le jeune homme a plutôt pris la direction de Hamilton, se rapprochant un peu plus du but. Et maintenant, un peu moins de trois ans après avoir entendu son nom être prononcé sur le podium au Centre Bell, il enfilera le chandail officiellement pour une première fois.

«J’ai bien dormi. C’est sûr que j’y ai pensé un peu, mais en même temps, quand tu es hors de l’aréna, tu peux t’en dissocier. En venant ici aujourd’hui, je suis devenu un peu nerveux. En même temps, c’est du hockey et tu dois être capable de livrer la marchandise.»

Ancien capitaine des Giants de Vancouver ayant notamment participé au Championnat du monde junior en 2012, Gallagher n’est pas étranger à la pression.

«J’ai joué dans des matchs importants auparavant. Je peux bâtir sur ce genre d’expérience et les petites choses que je dois faire. Je dois rester moi-même, ne pas essayer de faire ce que je ne fais pas d’habitude», a poursuivi le deuxième meilleur pointeur des Bulldogs de Hamilton lorsqu’il s’est amené au camp.

Si l’émotion sera à son comble pour Gallagher lorsqu’il mettra le patin sur la glace, la situation de celui qui sera à ses côtés au centre, Alex Galchenyuk risque d’être similaire.

«Ça va être plaisant c’est certain. Regardez-le sourire là-bas», a mentionné Gallagher littéralement assailli par les journalistes, en faisant référence à Galchenyuk, de l’autre côté du vestiaire. «C’est un joueur dynamique. Vous avez vu ce qu’il peut faire avec la rondelle. Ça va être un bon joueur dans cette ligue et pour longtemps. Je vais apprécier jouer avec lui et Prusty, c’est sûr. »

Statistiquement parlant, le trio formé de Gallagher, Galchenyuk et Prust en est un plutôt intéressant, du fait qu’ils cumulent 281 matchs d’expérience dans la LNH, Prust en comptant 280.

«C’est un peu comme la gardienne sur notre trio», a lancé Gallagher à la blague. «C’est comme ça qu’on l’a surnommé, mais je crois qu’il ne le sait pas encore. »

Et Prust ne sera pas seul à veiller sur les deux jeunes attaquants. C’est l’équipe en entier qui y veillera.

«Nous savons qu’avec des joueurs qui ont peu d’expérience, il y aura des erreurs et beaucoup d’émotions. Tout ce que nous pouvons faire, c’est de les supporter et s’ils font une erreur, de s’assurer d’être là et de leur enseigner du même coup», a professé le vétéran défenseur Josh Gorges. «Je ne crois pas que nous devons changer notre façon de jouer. Nous nous attendons à beaucoup de ces gars-là. Nous nous attendons à ce qu’ils jouent de façon intelligente.»

Vincent Cauchy écrit pour canadiens.com.

Courriel HAUT DE PAGE ↑