Plus qu'un match intraéquipe

jeudi, 17.01.2013 / 22 h 57 canadiens.com

MONTRÉAL – Si des joueurs s’attendaient à un simple match simulé jeudi soir au Centre Bell, c’était bien mal connaître les partisans des Canadiens.

C’est presque une ambiance de séries qui régnait sur le Centre Bell alors que plus de 17 000 partisans se sont entassés dans les estrades pour voir les Rouges affronter les Blancs, dans une rencontre de deux périodes. Les partisans présents ont pu en retirer une satisfaction certaine, d’autant plus qu’ils ont été accueillis par les joueurs en personne lorsqu’ils ont franchi les portes. Mais il n’y a pas que les partisans qui ont pu retirer quelque chose d’une telle soirée.

Pour Colby Armstrong, la soirée de jeudi représente carrément un rêve de jeunesse devenu réalité.

«J’étais vraiment nerveux avant le match. C’est vraiment cool de faire l’échauffement avec autant de monde qui te regarde. D’avoir vécu l’expérience sans avoir à se soucier de jouer un vrai match après, c’est sûr que ça enlève un poids », a expliqué celui qui a adulé les Canadiens alors qu’il grandissait en Saskatchewan.

«J’étais impressionné même lorsque nous sommes entrés dans le stationnement. Je suis venu avec Josh [Gorges] et lorsque nous sommes arrêtés à un feu rouge juste à côté du Centre Bell, je me suis dit "Oh mon Dieu". C’est fou. C’est Montréal – tu t’y attends un peu, mais quand tu es là, c’est encore plus que ce que tu peux imaginer», a poursuivi l’attaquant qui s’est entendu avec le Tricolore au cours de la saison morte.

Après les deux périodes «règlementaires», une séance de tirs de barrage a eu lieu. Et si les gardiens ont véritablement été la vedette de ce marathon de presque 20 rondes, c’est d’un héros plutôt inusité que tout le monde se souviendra. À deux reprises, le nouveau venu Brandon Prust a tenté d’épater la galerie. Une première fois avec une manœuvre assez audacieuse et une deuxième fois, en fonçant directement dans Peter Budaj pour trancher le débat.

«Je pratique cette manœuvre depuis presque cinq ans. Je dirais que je réussis 50% du temps, mais cette fois-ci, la rondelle a glissé », a indiqué Brandon Prust qui voulait toutefois être certain de réussir son second essai.

«L’entraîneur m’a dit de marquer, alors je lui ai assuré que la rondelle irait dans le filet. Et c’était la seule façon que je pouvais m’en assurer», a poursuivi Prust qui a littéralement renversé Peter Budaj pour permettre à la rondelle de pénétrer le filet. «Je crois que Peter était un peu surpris, mais il n’a rien dit. L’élément-clé a été Gio qui est immédiatement venu célébrer, parce que sinon, nous serions encore en train de faire des tirs de barrage.»

De cette soirée, il faut aussi mentionner la première véritable rencontre d’Alex Galchenyuk avec le public montréalais.

«C’était la première fois que je jouais dans un aréna de la LNH, presque à pleine capacité, et je peux dire que c’était plaisant. J’étais nerveux, mais si j’ai une autre occasion, je vais être plus confortable, c’est certain. C’est de loin la plus grosse foule devant laquelle j’ai joué », a confié le capitaine du Sting de Sarnia, où il évolue dans un aréna avec une capacité de 5 500 sièges. «La foule criait tellement fort, je n’étais même pas certain quand l’arbitre sifflait.»

Alors que pour certains la soirée était synonyme de nouveauté, pour d’autres c’est plutôt la nostalgie qui était à l’honneur. Soirée de retrouvailles pour Francis Bouillon, lui qui a non seulement retrouvé son casier dans le vestiaire, mais également, ses partisans. Ceux-ci l’ont chaleureusement accueilli, y allant même d’une ovation bien sentie lorsqu’il s’est amené au centre de la glace en tirs de barrage.

«Ça a fait du bien. Ça fait plaisir de renouer avec la foule. On ne sait jamais comment ils vont réagir. Depuis que j’ai signé, j’ai toujours eu des bons commentaires des gens que je croisais dans la rue, mais quand tu as une ovation comme ça, ça fait plaisir», a expliqué Bouillon, qui a répondu aux milliers de voix en soulevant son bâton pour saluer la foule.

Même s’il a travaillé toute la soirée à analyser le jeu qui se déroulait devant ses yeux, Michel Therrien a toutefois pris quelques instants pour apprécier son retour derrière le banc du Tricolore, et surtout les réactions des partisans face à son équipe.

« Quelle foule extraordinaire. Ce matin, nous avions un entraînement à Brossard et nous savions qu’il y avait déjà des gens qui attendaient ici, au Centre Bell. En plus avec la belle ovation. Je peux dire que tout le monde a apprécié la réaction de nos partisans», a observé Therrien, qui n’a toutefois pas oublié la vraie raison derrière cette rencontre. « Nous allons avoir des discussions ce soir et tôt demain matin. On va prendre des décisions finales, mais il y a plein de bonnes choses qui ressortent de ce match. »

Est-ce que les choses sont plus claires maintenant dans la tête du pilote du Tricolore par rapport à la formation qu’il emploiera samedi face au Leafs?

«Ça devient assez clair. Donnez-moi quelques heures et vous le saurez», a conclu Therrien qui a annoncé du même souffle que des coupures seront faites vendredi matin avant l’entraînement.

Vincent Cauchy écrit pour canadiens.com.

Courriel HAUT DE PAGE ↑