Une combinaison gagnante

mardi, 15.01.2013 / 15 h 08 canadiens.com

BROSSARD – Avec un camp d’entraînement écourté comme celui de la présente saison, avoir au sein d’une formation une unité offensive qui a déjà cette chimie vaut son pesant d’or. En ce sens, Michel Therrien a quelques écus dans sa besace.

En 2011-2012, le trio composé de Max Pacioretty, Erik Cole et David Desharnais a fait flèche de tout bois, marquant 40,6% des filets du Tricolore.

«On ne sait jamais si on obtiendra les mêmes résultats. Nous espérons que nous n’aurons pas à le faire parce qu’il y aura plus de monde en santé dans l’alignement », a mentionné Cole. «Mais je crois que la chimie que nous avions l’an dernier est encore là. Nous l’avons vu tout de suite dans les simulations. Tout est question de communication. Si on voit quelque chose, spécialement dans le nouveau système que nous apprenons toujours, nous en discutons pour être plus familiers avec les déplacements des gars sur la glace.»

Amorçant sa 11e saison dans la LNH, Erik Cole sait très bien qu’un camp d’entraînement, spécialement aussi court que celui-ci, ne doit pas être pris à la légère, et il compte bien tout mettre en œuvre pour avoir une préparation optimale en vue de l’ouverture de la saison samedi prochain.

«Il y a des moments pour s’amuser et il y a des moments pour travailler. Maintenant, c’est clairement un temps pour travailler », a claironné le vétéran de 34 ans. «C’est un camp d’entraînement très court et la fenêtre de préparation est tellement petite que tout le monde doit se concentrer et travailler dur. En tant que vétéran, je ne peux que venir à l’aréna tous les jours en étant bien préparé et mener par l’exemple.»

Sa philosophie a trouvé écho auprès de son entraîneur-chef qui a décidé de garder le trio intact jusqu’à nouvel ordre, préférant expérimenter auprès de ses autres attaquants.

«Il y a tellement une belle chimie qui s’est créée au sein de ce trio-là. Les gars jouent bien ensemble. Et ce genre de chimie, c’est important », a lancé Therrien. «Aussi longtemps qu’ils jouent bien ensemble et qu’ils sont productifs, il n’est pas question de les séparer. Je pense qu’ils adorent ça jouer ensemble. Cole joue un bon rôle de vétéran auprès de Pacioretty. Il apprend énormément avec lui. Les deux avec la vision de Desharnais, il y a de bons ingrédients.»

Même s’il compte les bons ingrédients pour concocter son premier trio, nouveau chef des Canadiens a pour but avoué d'a voir une offensive variée en 2012-2013.

«Je suis très conscient que ça prend la contribution de tout le monde. Le fait d’avoir un Brian Gionta en santé, ça va amener une contribution qui n’était pas là l’an passé. Le fait qu’il ait eu la chance de récupérer à 100% de sa blessure, ça apporte le genre de profondeur que l’équipe n’avait pas l’an passé », a rappelé Therrien.

Le principal intéressé abonde dans le même sens que son entraîneur.

«C’est de ça qu’on a besoin. Tu ne peux pas simplement te fier à un seul trio pour marquer des buts. Quand tout le monde est en santé, tu as ces deux ou trois trios qui peuvent marquer sur une base régulière. C’est notre objectif cette saison, de garder les gars en santé et de contribuer à l’offensive », a laissé tomber Brian Gionta, totalement remis d’une blessure au biceps qui a limité sa saison à 31 matchs en 2011-2012.

À moins de quatre jours du premier match de la saison, il faudra voir si Michel Therrien peut trouver la recette gagnante d’un autre trio. Chose certaine par contre, il a déjà les ingrédients pour le faire.

Vincent Cauchy écrit pour canadiens.com.

HAUT DE PAGE ↑