Top 10 - Séquences individuelles incroyables

mardi, 11.12.2012 / 8 h 48 canadiens.com

1. Un abonnement à la finale

La décennie 1950 a été sans l’ombre d’un doute celle des Canadiens, avec six conquêtes de la coupe Stanley et quatre autres participations à la grande finale. L’attaquant Bernard « Boom Boom » Geoffrion a certainement eu son mot à dire dans cette série de succès, lui qui a participé à chacun des 53 matchs en finale de la coupe Stanley de 1951 à 1960. Est-ce nécessaire de mentionner que ce record tient toujours encore aujourd’hui?

2. Le Roy du Forum

Le Forum de Montréal n’a jamais été reconnu pour être très hospitalier envers les adversaires des Canadiens, encore moins lorsque Patrick Roy se trouvait devant le filet du Tricolore. Lors de 37 sorties consécutives en saison régulière devant ses partisans du 24 février au 1988 au 11 octobre 1989, Casseau a été imbattable, présentant une fiche de 31 victoires, aucun revers et cinq matchs nuls avec une moyenne de 2,13 et un pourcentage d’efficacité de 0,913.

3. Qui a laissé la lumière rouge allumée?

Dès le premier match dans l’histoire de la LNH, l’attaquant des Canadiens Joe Malone a montré ses couleurs en enfilant cinq buts dans un gain de 7 à 4 contre Ottawa. Malone a poursuivi son travail de démolition contre les gardiens adverses en faisant la lumière rouge au moins une fois lors des 13 matchs suivants, amorçant ainsi sa carrière dans la LNH avec une séquence de 14 matchs consécutifs avec au moins un but, séquence au cours de laquelle il a délié les cordages à 35 fois. Cette séquence est à ce jour la deuxième plus longue dans l’histoire de la LNH.

4. Trois c’est trop

L’un des meilleurs gardiens de l’histoire comme en font foi ses sept trophées Vézina, Jacques Plante s’est dressé telle une muraille devant le filet des Canadiens pendant plus d’une décennie. La preuve, cette séquence record de l’ère moderne où pendant 18 matchs, du 22 octobre au 3 décembre 1959, il a concédé deux ou moins par match à ses adversaires. Et durant cette période, lorsqu’il n’était pas occupé à repousser les tirs de ses adversaires, il tâchait de changer le visage du hockey à tout jamais en portant pour la première fois son révolutionnaire masque protecteur le 1er novembre au Madison Square.

5. Je pourrais m’y habituer

Le gardien Bill Durnan a connu des débuts dans la LNH pour le moins fracassant en 1943-1944. À ses 14 premiers matchs en carrière, le gardien recrue de 27 ans n’a pas connu la défaite une seule fois, conduisant les Canadiens vers la victoire à 11 reprises en plus de livrer trois verdicts nuls. Son record de 14 matchs sans défaite pour amorcer une carrière a finalement été battu 53 ans plus tard par Patrick Lalime des Penguins de Pittsburgh.

6. Régulier comme l’horloge

Lors de la saison 1976-1977, les Canadiens ont pris un malin plaisir à réécrire le livre des records de la LNH. Guy Lafleur en a alors profité pour connaître la plus longue séquence de matchs avec au moins un point jusque-là dans l’histoire du circuit en noircissant la feuille de pointage lors de 28 matchs de suite; le « Démon blond » moussant sa fiche de 19 buts et 42 passes du 2 février au 4 avril 1977. Cette séquence est désormais la 6e plus longue dans l’histoire de la LNH.

7. Toujours au rendez-vous

D’octobre 1975 à avril 1982, les entraîneurs-chefs des Canadiens savaient qu’ils pouvaient être certains de retrouver match après match un numéro 21 dans leur alignement. Au cours de cette période, le centre du Tricolore Doug Jarvis n’a raté aucun rendez-vous, disputant les 560 parties en saison régulière qu’a disputées le Tricolore. Cette séquence représente un record d’équipe, tandis que Jarvis a vu sa séquence d’homme de fer de la LNH prend fin à 964 en octobre 1987.

8. C’est ma place

Lorsque le gardien Georges Vézina a pris place pour la première fois devant le filet des Canadiens en décembre 1910, il a été absolument indélogeable pendant 15 saisons. Avant de tomber au combat le 28 novembre 1925 en raison de la tuberculose lors du premier match de la saison 1925-1926, Vézina été le seul gardien des Canadiens au cours des 366 précédentes parties du club, si ce n’est que sept petites minutes… alors qu’il devait purger ses propres pénalités.

9. On se voit au printemps

Pilier à la ligne bleue des Canadiens dans les années 1970 et 1980, Larry Robinson n’a jamais connu la déception de ne pas participer aux séries éliminatoires au cours de sa carrière qui l’a mené au Temple de la renommée. Au cours de sa carrière, « Big Bird » a participé au bal du printemps lors de 20 saisons consécutives, séquence record qui a été égalée par le défenseur des Red Wings Nicklas Lidstrom en 2011-2012.

10. L’autre record d’Hainsworth

Essentiellement reconnu pour ses performances lors de la saison 1929-1930 alors qu’il avait réalisé 22 jeux blancs en seulement 44 matchs, le gardien des Canadiens George Hainsworth détient une autre marque de la LNH. Lors de sa première campagne dans la LNH en 1926-1927, Hainsworth a enregistré une séquence de 11 victoires, la plus longue série victorieuse pour un gardien de première année.

HAUT DE PAGE ↑