Un réchauffement plutôt corsé

mercredi, 28.11.2012 / 11 h 00 canadiens.com

À tous ceux qui croient que les périodes de réchauffement dans la LNH ne peuvent pas offrir leur lot d’excitation, lisez ceci.

Les partisans arrivés tôt au Forum pour le match de séries éliminatoires entre les Canadiens et les Flyers en 1987 ont eu droit à tout un spectacle, lorsqu’une bagarre générale de 15 minutes a éclaté, avant même que la rondelle ait été mise en jeu. L’intensité est souvent palpable lors des matchs de séries éliminatoires, mais avec les champions défendant de la coupe Stanley, les Canadiens, accusant un déficit de 3 à 2 dans la série et faisant face à l’élimination à domicile, la tension était à son maximum.

Bien que ce soit plutôt inhabituel qu’une bagarre d’un quart d’heure éclate avant même que les hymnes nationaux aient été entonnés, selon l’ancien des Canadiens et gardien partant ce soir-là, Brian Hayward, tous les signes pointaient dans cette direction, et ce, depuis le début de la finale de conférence.

«Je me souviens que c’était une série remplie d’émotions », a partagé Hayward qui a gardé les buts du Tricolore pendant quatre saisons à la fin des années 1980. «Il y avait beaucoup de coups salauds. Il me semble que c’était la série où Craig Ludwig s’est fait assommer par Brian Propp et où Ron Hextall avait participé à quelques bagarres. Je me souviens d’avoir traversé la glace une fois pour participer à une de ces bagarres, mais un arbitre m’a arrêté avant même que je me rende.»

Avec la haine généralisée des deux équipes une envers l’autre, ça n’a pas pris grand-chose pour faire sauter la marmite qui bouillait déjà depuis les cinq premiers matchs. Les attaquants Shayne Corson et Claude Lemieux avaient une routine d’avant-match qui consistait à tirer des rondelles dans le filet adverse avant de quitter la glace. Après avoir vu le manège s’opérer dans les matchs précédents, deux joueurs des Flyers ont prévenu le duo d’arrêter leur rituel. Lorsque les adversaires ont finalement quitté la glace, Corson et Lemieux y sont retournés pour lancer dans le filet de l’équipe visiteuse. Un instant plus tard, les deux Flyers étaient de retour, alors que le dur à cuire Ed Hospodar faisait pleuvoir les coups sur Lemieux, tandis que Chico Resch luttait avec Corson. Ce qui se passait sur la glace s’est rapidement propagé jusqu’aux vestiaires et quelques secondes plus tard, les deux équipes, à moitié habillées – certains sans chandails, d’autres en sandales – ont sautées sur la glace, alors qu’aucun arbitre n’était en vu pour prévenir l’escalade.

«Je ne souviens pas de combien de joueurs ils avaient habillé pour l’échauffement, mais c’était apparemment planifié. On dirait qu’ils avaient 29 ou 30 joueurs sur la glace. J’avais l’impression qu’ils attendaient seulement ça », a mentionné Hayward qui, pour sa part, faisait partie d’une équipe de 18 joueurs et deux gardiens. «J’étais le gardien partant ce soir-là et je me souviens que Larry Robinson est venu me voir pour me dire ‘Sors de la glace!’»

«C’était vraiment une série à couper au couteau », a poursuivi Hayward. «Je ne sais même pas si cette bagarre a vraiment changé quelque chose dans ce match parce que ce genre de chose était déjà arrivé entre nos équipes durant la série. Ce n’était pas beau.»

Les arbitres se sont finalement rendu compte qu’une bagarre générale avait lieu sur la glace, mais lorsque Andy van Hellemond, Wayne Bonney et Bob Hodges sont arrivés sur la glace, les choses étaient déjà hors de contrôle. De petits groupes de joueurs se retrouvaient partout sur la glace et bien que les officiels aient fait ce qu’ils pouvaient, il n’y avait pas grand-chose à faire. Le seul qui n’était pas présent, à l’exception d’Hayward, était, curieusement, le gardien des Flyers, Ron Hextall.

Après 10 minutes de lutte acharnée, les deux équipes, exténuées, se sont calmées et ont retraité dans leurs vestiaires respectifs… jusqu’à ce que Corson fonce sur Don Nachbaur et le frappe au visage, mettant la table pour le deuxième round qui durera cinq minutes. Plusieurs joueurs appelleront cette altercation «La bagarre qui n’a jamais eu lieu», puisqu’aucune pénalité n’a été décernée, l’action se déroulant avant la rencontre.

«Je me souviens très bien des arbitres qui sont venus dans notre vestiaire après, nous disant qu’ils n’avaient aucune idée de ce qu’ils devaient faire », s’est souvenu Hayward en parlant des instants qui ont suivi l’événement qui a ultimement conduit à une défaite de 4 à 3 face aux Flyers.

«Nous ne savions pas si nous allions avoir cinq ou six gars en moins pour amorcer la rencontre. Puis, ils nous ont dit ‘Nous ne savons vraiment pas quoi faire, alors personne n’est suspendu pour le match de ce soir’ », s’est rappelé le gardien. «Nous n’en croyions pas nos oreilles.»

HAUT DE PAGE ↑