Pittsburgh - 22 janvier 2014

mercredi, 22.01.2014 / 14 h 28

Avant même de débuter, nous voulons vous confier que même si nous avons quitté Montréal pour quelques jours, nous ne nous sommes pas échappés du froid à l’extérieur à notre arrivée à Pittsburgh! C’est donc dans l’idée de vous faire penser aux chaudes températures estivales que nous avons décidé de braver le froid pour marcher aux alentours du PNC Park, le domicile des Pirates du baseball majeur.

Inauguré en 2001, ce stade est considéré l’un des plus beaux sur tout le circuit. En marchant aux abords du stade, nous avons découvert quelques imposantes statues de bronze. Au total, trois ont été installées, mais une en particulier a attiré notre attention. Celle du légendaire voltigeur et membre du Temple de la renommée, Willie Stargell. Pourquoi celle-ci, dites-vous? Pas seulement parce qu’elle fait 12 pieds de haut, mais voyez-vous, Stargell a écrit une page d’histoire à Montréal. Au cours de la saison 1978, il a frappé le plus long circuit de l’histoire du Stade olympique en propulsant la balle 535 pieds plus loin au dernier balcon du champ droit. Durant de nombreuses années, le siège où est atterrie la balle a été peinturé en jaune pour rendre hommage à l’exploit du frappeur de puissance des Pirates. Suite au départ des Expos pour Washington en 2004, le fameux siège a été déplacé au Temple de la renommée du baseball canadien, à Saint-Marys, en Ontario.

Comme tout bon stade de sport, de nombreux articles à l’effigie des joueurs étoiles de l’équipe locale sont mis en valeur dans différentes vitrines du bâtiment. En nous approchant de la boutique souvenir des Pirates, nous avons été estomaqués en apercevant les chandails vedettes. Sans surprise, ceux du dernier Joueur le plus utile en 2013 dans la Ligue nationale, Andrew McCutchen, et du redoutable troisième-but Pedro Alvarez y étaient en évidence. Mais quelle ne fut pas notre surprise lorsque nous avons aperçu que celui du gérant de l’équipe, Clint Hurdle, y était au détriment de celui du receveur montréalais, et grand partisan du Tricolore, Russell Martin. Après qu’il eut été l’un des joueurs importants derrière la première qualification en séries éliminatoires de l’équipe depuis 1992, nous avons été très déçus que Martin n’obtienne davantage de visibilité dans son propre stade.

HAUT DE PAGE ↑