Ottawa - 16 janvier 2014

jeudi, 16.01.2014 / 24 h 01

Il y a un vieil adage qui dit “Si vous le construisez, ils viendront”. Et c’est le cas à Ottawa lorsqu’il est question de la Patinoire des Rêves, située tout près de l’Hôtel de ville. Construite en 2012 dans le cadre d’un partenariat entre la ville d’Ottawa, Hockey Canada et les Sénateurs d’Ottawa, l’endroit compte une patinoire de 12 500 pieds carrés, des vestiaires chauffés et des tables à pique-nique. De mars à avril, la patinoire sert d’espace récréotouristique pour la communauté. Tout près, on retrouve des galeries d’art, ainsi que le Temple de la renommée du sport d’Ottawa.

Avec une température au-dessus du point de congélation, le fait que la Patinoire des rêves soit réfrigérée n’est pas un luxe, permettant aux visiteurs de s’adonner à leur sport favori dans la Capitale nationale, en plus de permettre aux futurs joueurs de la LNH de peaufiner leurs feintes. Par contre n’oubliez pas vos patins – la patinoire n’offre pas de location.

Si la Patinoire des rêves porte bien son nom, il y a quelque chose d’autre, ou plutôt quelqu’un d’autre qui a marqué l’imaginaire d’un peuple en entier et qui lui a permis de rêver. Alors que ceux qui l’ont vu jouer se font vieillissants, les plus jeunes générations savent tout de même qui est ce joueur iconique, véritable symbole du hockey et de ce que représentent les Canadiens de Montréal. Et pour aider à se souvenir de ce grand du hockey, des statues ont été érigées au Québec à sa mémoire. Plusieurs connaissent la statue érigée devant l’aréna Maurice-Richard, à Montréal, dans le coin du Stade Olympique, là où des dizaines de gerbes de fleurs avaient été déposées lors du décès du membre du temple de la renommée, en 2000. Le 27 juin 2001, c’est à Gatineau qu’une nouvelle statue de Richard, créée par la compagnie Au Cœur du Bronze, a fait son apparition dans le Parc Jacques-Cartier, lors d’une cérémonie regroupant près de 1 000 dignitaires.

Courriel HAUT DE PAGE ↑